Le nouveau « Monsieur Ebola » fait le point sur la recherche en France

Le nouveau « Monsieur Ebola » fait le point sur la recherche en France

21.10.2014
  • 1413909465556295_IMG_139157_HR.jpg

Le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l’Institut de microbiologie et maladies infectieuses (IMMI), vient d’être nommé par le Premier ministre Manuel Valls « coordinateur de l’ensemble des opérations internationales et nationales de réponse » à la crise Ebola.
En compagnie
d’Yves Lévy, président d’Aviesan et P-DG de l’INSERM, il fait le point sur les projets menés par les organismes de recherche français avec notamment la présentation d’un nouveau test diagnostic qui permet la détection d’une charge virale en 15 minutes.

Un test rapide de détection

Le dispositif mis au point par une équipe du CEA à Marcoule, le dispositif se présente sous la forme d’une cassette de la taille d’un ticket de micro. Une goutte de sang de sérum ou d’urine est déposée sur une bandelette. Une bande test apparaît au bout d’un quart d’heure si le seuil de 100 000 copies/mL est dépassé.
« C’est un test de diagnostic positif mais pas un test d’exclusion. Son concept d’emploi dépendra des résultats sur le terrain et du choix des acteurs de terrains. » Le test se base sur l’emploi d’un anticorps monoclonal très spécifique au virus Ebola développé depuis 2012 grâce au programme de financement interministériel NRBC-E.

L’essai en Guinée se précise

Au chapitre des essais thérapeutiques, les intervenants ont rappelé la priorité donnée au favipiravir, un antiviral autorisé au Japon dans l’indication des grippes sévères. Un essai thérapeutique doit être lancé en Guinée mi-novembre et coordonné par le Pr Denis Malvy, responsable de l’unité « unités maladies tropicales et du voyageur » du CHU de Bordeaux, et le Dr Sakoba Keita, coordinateur de la lutte contre Ebola en Guinée.

L’équipe doit « travailler dans un contexte critique et parfois même hostile, explique le Pr Denis Malvy, c’est un essai adaptatif et non randomisé, un véritable challenge ». Les 60 patients inclus dans l’étude seront recrutés lors de la phase d’expansion de la virémie, quand la voie orale est encore conservée. En effet, l’évolution du patient suit deux phases qui se chevauchent.
La première phase est celle de l’expansion virémique, tandis que la seconde se caractérise par une désorganisation immunitaire accompagnée de défaillances d’organes. « Nous donnerons aussi le traitement à des patients plus avancés, mais nous n’attendons pas de miracle », poursuit le Pr Malvy. Les résultats prémilitaires sont attendus pour janvier 2015, comparant le taux de mortalité chez ces 60 patients aux 40 % généralement observés.

Parallèlement à cet essai clinique, des études précliniques sur le favipiravir, le lavimudine (un analogue nucléosidique actif sur le VIH et sur le VHB) et sur des cocktails d’anticorps monoclonaux seront entreprises au sein du laboratoire P4 Jean Mérieux, à Lyon.

Comprendre les populations locales

Vinh-Kim Nguyen, qui tient la chaire « anthropologie et santé mondiale » du collège d’étude mondiale de la fondation maison des sciences de l’homme, a annoncé un vaste programme de recherches visant à comprendre et anticiper les réactions des populations vis-à-vis de l’épidémie et des traitements. « Il y a une méfiance dans ces régions vis-à-vis de l’intervention de l’Occident qui n’est pas un atavisme culturel, a-t-il affirmé, mais qui s’explique par des mesures de contrôle de l’épidémie qui se sont mal passées. » Les sociologues vont tenter de répondre à cinq questions : quelle est la réponse de la société face à l’épidémie ? Quel est l’impact des rumeurs sur Ebola ? Comment la société perçoit et réintègre les survivants ? Comment la société perçoit les soignants ?
Quelle image les habitants ont des essais cliniques menés en urgences dans leurs pays ? Il s’agit d’études au long cours qui ne déboucheront sur des publications que dans plusieurs années.

Cohorte de survivants

Un autre projet tient à cœur à Jean-François Delfraissy : la constitution d’une cohorte de survivants afin d’isoler les facteurs de bon pronostic d’évolution de la maladie, mais aussi pour assurer la production de sérum de convalescent pour traiter les malades. « L’établissement français du sang va assurer la sécurité du donneur et du receveur dans cette région qui connaît une forte prévalence du VIH », a expliqué Jean-François Delfraissy. Une initiative similaire doit être pilotée en Sierra Leone par des chercheurs d’Oxford avec le soutien de la fondation Wellcome Trust.


Essais cliniques en cascade pour les deux candidats vaccins

Plusieurs essais cliniques ont été annoncés aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) concernant les deux candidats vaccins dirigés contre le virus Ebola qu’elle avait retenue à l’issue de sa grande consultation de septembre.
Selon le Dr Marie-Paule Kieny, sous-directeur général de l’OMS pour les systèmes de santé et l’innovation, un essai clinique débutera à Lausanne avant la fin du mois sur le vaccin utilisant comme vecteur un adénovirus de chimpanzé de sérotype 3 (ChAD3) développé par l’Institut américain des allergies et des maladies infectieuses et GlaxoSmithKline.
Ce vaccin avait déjà donné de bons résultats dans une étude publiée dans « Nature Medicine ». « Une réunion sur les aspects éthiques de cet essai a lieu en ce moment même au siège de l’OMS », a ajouté Marie-Paule Kieny.
Le deuxième candidat vaccin, basé sur le virus de la stomatite vésiculaire (VSV-EBO), n’est pas en reste. Suite au don de 800 doses par le gouvernement canadien et l’acquisition de la licence par le laboratoire américain NewLink, deux essais menés par le NIH ont commencé aux Etats-Unis. Moins de 10 volontaires ont été inclus pour le moment tandis que d’autres essais sont prévus à HambourgLausanne et au Gabon d’ici à deux semaines. « Nous attendons des résultats sur la sécurité et sur les doses optimales à la fin de l’année, et des résultats sur l’efficacité dans 6 mois », a conclu Marie-Paule Kieny.
 

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
22.10.2014 à 04h41

« Un bon point pour Valls qui imite en partie ce que font les anglais. Il manque un numéro de téléphone pour que les patients qui viennent des pays à risques et présentent des symptômes soient pris en Lire la suite

Répondre
 
22.10.2014 à 10h53

« Euh... Il existe un numéro vert : 0800 13 00 00 ! »

Répondre
 
21.10.2014 à 21h58

« On peut faire le point à sa place sur la recherche sur Ebola en France, rien, nada ! »

Répondre
 
21.10.2014 à 21h52

« "Les résultats prémilitaires" ! Les résultats préliminaires ? »

Répondre
 
21.10.2014 à 20h32

« Seulement un "Monsieur" Ebola ? Quelle manque d'ambition de la part de nos politiques ! Il nous faut absolument une "Haute Autorité pour l'Observation et l'Analyse de la maladie Ebola" !! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 20

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter