Drame à la maternité d’Orthez : l’anesthésiste écrouée

Drame à la maternité d’Orthez : l’anesthésiste écrouée

03.10.2014
  • 1412341090550887_IMG_137681_HR.jpg

Une anesthésiste belge souffrant d’un « problème pathologique d’alcool » a été mise en détention provisoire jeudi après le décès, mardi, d’une de ses patientes, victime d’un accident d’anesthésie lors de son accouchement à la maternité d’Orthez, dont les activités ont été suspendues depuis par les autorités sanitaires.

Parallèlement à ce volet judiciaire se poursuit la procédure sur la fermeture éventuelle de la maternité d’Orthez (Pyrénées-Atlantiques), déjà en sursis en raison de difficultés chroniques de recrutement de gynécologues-obstétriciens. « Je ne me vois absolument pas rouvrir cette maternité sachant que je serai obligé au 11 octobre, date limite, de constater que les conditions du côté des obstétriciens ne sont absolument pas remplies », a déclaré le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Aquitaine, Michel Laforcade, sur France Bleu Béarn.

Violation de l’obligation de sécurité

L’accident est survenu dans la nuit du 26 au 27 septembre lors de l’accouchement par césarienne, sous anesthésie générale, d’une jeune parturiente âgée de 28 ans.

Victime d’un arrêt cardiaque, elle avait été transférée à l’Hôpital de Pau où elle est décédée. Son bébé est quant à lui sain et sauf et les autorités sanitaires avaient décidé dès lundi de suspendre l’activité de la maternité.

Convoquée devant les gendarmes mardi, l’anesthésiste, âgée de 45 ans, s’était présentée avec un taux d’alcool de 2,40 g/l de sang et aurait reconnu avoir « un problème pathologique d’alcool ».

Placée en garde à vue, elle a été ensuite mise en examen et en détention provisoire à la maison d’arrêt de Pau jeudi pour « homicide involontaire aggravé par la violation manifeste et délibérée d’une obligation de prudence et de sécurité », passible de cinq ans d’emprisonnement, selon le procureur de la République de Pau, Jean-Christophe Muller.

Un point presse sera organisé ce vendredi, en fin d’après-midi, à Bordeaux à l’agence régionale de santé d’Aquitaine. Il sera l’occasion d’aborder les principales conclusions de l’enquête de l’ARS et les dispositions pour assurer la sécurité et la continuité des prises en charge.

Avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 38 Commentaires
 
07.10.2014 à 02h03

« Ils sont tenus de présenter leurs diplômes, comme les français...et le niveau d'un diplôme belge n'est pas à discuter. Le problème là est celui de la solitude et du déracinement d'une consœur psycho Lire la suite

Répondre
 
07.10.2014 à 01h38

« Si on avait permis à un(e) jeune d'Orthez ou de Pau de faire des études de médecine et devenir anesthésiste au lieu de "fusiller" notre jeunesse par des concours drastiques, alors Orthez aurait pu a Lire la suite

Répondre
 
07.10.2014 à 17h12

« Allons bon, les médecins roumains ne sont pas heureux chez eux, ils quittent la roumanie (heureux) et je constate par le déracinement,qu'ils ne sont pas heureux en France aussi!
Feraient-ils concurr Lire la suite

Répondre
 
06.10.2014 à 18h15

« En matière d'accidents médicaux, les médecins sont immédiatement cloués au pilori , dans le cas présent les données d'autopsie sont inconnues, et rien ne prouve que l'anesth ait été alcoolisée cette Lire la suite

Répondre
 
05.10.2014 à 22h47

« Fondée ou pas, cette mise en détention provisoire va peut-être la conduire à l'abstinence et l'aider pour son sevrage ... »

Répondre
 
06.10.2014 à 11h11

« Comme elle est belge et qu'elle a travaillé en Afrique, cette détention provisoire permettra d'éviter délais de justice et dépenses considérables (en moyens judiciaires et argent du contribuable) po Lire la suite

Répondre
 
06.10.2014 à 18h16

« À n'en pas douter, à moins qu'elle ne se suicide en prison, la prison étant là pour protéger la société mais dans son cas cela ne me semblait pas indispensable »

Répondre
 
05.10.2014 à 16h10

« Une leçon à tirer ? Elle s'appelle : déserts médicaux. Ils sont un choix délibéré des élites de la Santé Publique depuis 30 ans. Pourquoi ? Pour diminuer " l'offre de soins" , et le coût de la Santé Lire la suite

Répondre
 
06.10.2014 à 10h56

« Il y a des anesthésistes français alcooliques ou toxicomanes et probablement plus chez ceux qui ne sont que "mercenaires itinérants". »

Répondre
 
06.10.2014 à 18h17

« Je suis parfaitement d'accord avec vous, c'est une honte »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Bilan des ECNi 2016 : moins de candidats, les jeunes ont cartonné, l'ophtalmo au top !

ecni

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), en partenariat avec le Centre national de gestion... 1

Les gastro-entérologues veulent sensibiliser les Français à la prévention des cancers digestifs

gastro

À l'occasion des Journées francophones d’hépatogastroentérologie et d’oncologie digestive (JFHOD), la Société nationale française de gastro-... Commenter

Attentats, situation exceptionnelle : en Bourgogne-Franche-Comté, les médecins libéraux s’organisent

blondet

L’URPS médecins libéraux Bourgogne-Franche-Comté organise ce vendredi, à Beaune, une soirée d’information pour présenter à la profession et... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter