PLFSS : 3,2 milliards d’euros d’économies pour l’assurance-maladie, ce qu’il faut retenir

PLFSS : 3,2 milliards d’euros d’économies pour l’assurance-maladie, ce qu’il faut retenir

29.09.2014
  • 1412020687549433_IMG_137277_HR.jpg

Aux grands maux les grands remèdes. Le gouvernement a présenté lundi les grandes lignes du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2015 qui ambitionne de réaliser pas moins de 3,2 milliards d’euros d’économies sur la seule branche maladie, en ciblant particulièrement les produits de santé.

L’objectif est de ramener le déficit de la branche maladie à 6,9 milliards d’euros en 2015 (contre plus de 10 milliards en tendance annuelle).

A cet effet, l’objectif national des dépenses d’assurance-maladie (ONDAM) sera fixé à 2,1 % en 2015 (contre 2,4 % en 2014), à hauteur de 182,3 milliards d’euros. Petit signal adressé à la médecine libérale, la hausse de l’enveloppe budgétaire de la ville (+2,2 %) sera supérieure à l’enveloppe de l’hôpital (+2 %).

Marisol Touraine a réaffirmé qu’il n’y aurait aucun déremboursement de médicaments ni diminution de la prise en charge des soins. La ministre de la Santé a confirmé que le tiers payant intégral serait mis en place pour les bénéficiaires de l’ACS à compter du 1er juillet 2015. Tour d’horizon des principales mesures d’économies sur l’assurance-maladie.

Cliquer sur le tableau pour l'agrandir

• Le médicament principal contributeur

En baissant les prix des médicaments (550 millions d’euros), en encourageant la prescription des génériques (435 millions d’euros), sans oublier d’autres mesures indirectes qui touchent le secteur (maîtrise médicalisée, actions sur la structure des prescriptions...) ce budget de la Sécu réclame à nouveau un très lourd tribut à l’industrie pharmaceutique, bien au-delà du milliard d’euros.

Le gouvernement prévoit cette année une mesure de régulation spécifique pour encadrer le coût des traitements liés à l’hépatite C « susceptibles de remettre en cause le respect de l’ONDAM en 2014 et les années suivantes ». « En 2014, ce mécanisme de régulation se déclenchera si le chiffres d’affaires alloué au traitement de l’hépatite C est supérieur à 450 millions d’euros et à 700 millions d’euros en 2015 », prévoient les ministères de la Santé et de l’Economie.

• Pertinence des actes et le bon usage des soins (1,1 milliard d’euros)

Le gouvernement veut réduire les actes redondants et les iatrogénies médicamenteuses, notamment auprès des personnes âgées. Ce volet regroupe des actions de maîtrise médicalisée (objectifs de bonnes pratiques, programmes ciblés d’accompagnement) et de maîtrise des volumes de prescription.

À l’hôpital, les agences régionales de santé pourront mettre en œuvre des plans annuels d’actions d’amélioration de la pertinence des soins. Les ARS pourront conclure des contrats avec les hôpitaux « les plus concernés par l’absence de pertinence » et leur allouer des objectifs qualitatifs et quantitatifs d’amélioration. Les établissements qui n’auront pas tenu leurs objectifs pourront être soumis à une mise sous observation pendant 6 mois; certaines de leurs prescriptions être placées sous autorisation préalable de l’assurance-maladie.

De nouvelles baisses de tarifs des professionnels libéraux sont prévues dans ce chapitre à hauteur de 150 millions d’euros pour tenir compte des gains de productivité dans certaines spécialités.

• Optimiser la dépense hospitalière (520 millions d’euros d'économies)

L’optimisatisation des achats (350 millions) et des dépenses des établissements (55 millions) et une gestion plus pertinente de la liste en sus (105 millions) doivent permettre de réaliser plus de 500 millions d’euros à l’hôpital, a affirmé Marisol Touraine.

• Virage ambulatoire (370 millions d’euros)

Le gouvernement veut doper la chirurgie ambulatoire (100 millions d’euros) et repositionner l’hôpital dans les parcours de santé (110 millions). L’accent sera mis sur l’accompagnement de la sortie d’hôpital (programmes de retour à domicile) et l’hospitalisation de jour sera encouragée (ainsi que l’HAD).

Afin d’inciter les généralistes et spécialistes à s’installer en libéral en zone sous dense, le PLFSS prévoit la création d’une aide en cas de congé maternité ou paternité afin de contribuer à couvrir les charges de son cabinet médical. Ce dispositif baptisé praticien territorial de médecine ambulatoire (PTMA) devra être signé entre le médecin et son agence régionale de santé à partir du 1er janvier 2015. Un « soutien financier à l’activité » sera également apporté aux médecins de montagne pour leur permettre de répondre aux contraintes particulières.

Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 12 Commentaires
 
30.09.2014 à 22h22

« Et si l'homme politique devenait un professionnel plutot qu'un amateur responsable mais pas coupable de son inculture. Au lieu de s'accrocher a des fonctions politiques car il ne savent rien fair Lire la suite

Répondre
 
30.09.2014 à 21h25

« Quel manque d'imagination, de la part de Marisol Touraine ! Les mêmes voeux pieux et trucs éculés qu'on nous sert depuis des années, malheureusement sans aucun succès !! »

Répondre
 
30.09.2014 à 19h47

« Pour les biologistes, la concertation a été: 8 baisses annuelles consécutives des tarifs de 4 à 5 % chaque année soit 35 % de baisse sans baisse des charges, à cela a été imposée une accréditation Lire la suite

Répondre
 
30.09.2014 à 15h15

« La reforme des professions réglementées , le sera par concertation, dixit le ministre de l'économie . Concertation = réunir les représentants des professionnels, leur soumettre un texte, entendre ma Lire la suite

Répondre
 
30.09.2014 à 13h09

« On finira bientôt par l'avoir la médecine communiste... et on attirera plus de médecins nord-coréens ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 18

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 16

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter