Médecins privés de thèse : des jeunes généralistes lancent un SOS à Najat Vallaud-Belkacem

Médecins privés de thèse : des jeunes généralistes lancent un SOS à Najat Vallaud-Belkacem

24.09.2014
  • 1411568549547808_IMG_136817_HR.jpg

Le Syndicat national des jeunes médecins généralistes (SNJMG) demande à Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation Nationale, d’intervenir pour permettre à plusieurs dizaines d’internes en médecine générale de finir leur formation.

« De jeunes médecins ayant suivi tout leur cursus théorique et pratique requis sont empêchés par de nouveaux textes [...] et par une interprétation administrative trop rigoureuse de soutenir leur thèse, et donc d’exercer leur métier au service de la population », écrit ce mercredi le syndicat dans une lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem (voir la lettre ci-dessous).

Situations dramatiques

En théorie, les internes en médecine générale doivent passer leur thèse dans les 3 ans qui suivent la fin de leur internat. Le code de l’Éducation nationale précise toutefois que ce délai peut être porté à 6 ans (le double de la durée réglementaire de la maquette de formation). Mais malgré ce laps de temps en apparence suffisant, les aléas de la vie ont empêché plusieurs dizaines d’internes d’achever leur thèse.

Problèmes de santé, familiaux ou personnels, parentalité, non-connaissance des obligations réglementaires, perte de relations avec le milieu universitaire, difficulté à valider un sujet ou à trouver un directeur de thèse... le SNJMG a reçu le témoignage de 23 résidents et internes âgés de 31 à 59 ans qui n’ont pu, pour l’un de ces motifs, achever leur cursus dans les délais impartis. « Ces personnes vivent pour la plupart des situations personnelles dramatiques », commente le Dr Théo Combes, président du SNJMG. Certains touchent les allocations chômage ou maladie, d’autres vivent d’activité salariée.

Pas de dérogation possible

Comment en est-on arrivé là ? Une instruction de la direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP) envoyée en février 2012 aux présidents d’université et doyens de médecine, et dont « le Quotidien » a eu copie, stipule qu’« aucune dérogation ne peut être accordée parce que les textes ne le prévoient pas ». « Cette attitude intransigeante est cruelle et inhumaine, écrit le SNJMG à Najat Vallaud-Belkacem. Sans la finalisation de leur formation, perdant toutes les équivalences professionnelles soumises à leur condition d’étudiants en 3e cycle d’études médicales, sans indemnisation chômage malgré tout le travail passé à temps plein à l’hôpital en tant que résidents ou internes, ces personnes se retrouvent après une dizaine d’années supérieures longues et difficiles sans aucun diplôme ! »

Recours auprès du conseil d’État

Ida Marina Lanzi, défend le dossier des « privés de thèses » pour le SNJMG. Elle est elle-même dans l’impossibilité de valider son diplôme de docteur en médecine, ayant interrompu son travail entre 2010 et 2012 à la suite d’un accident de voiture.

Il y a deux ans, elle a appris qu’elle n’était plus autorisée à s’inscrire en faculté de médecine. Elle se retrouve dans une impasse. Il lui est impossible de finir sa formation et de travailler en tant que médecin. Une ultime solution à laquelle elle ne veut se résoudre serait de s’exiler à l’étranger pour finir son 3e cycle.

Le SNJMG se bat depuis plusieurs mois contre la « toute puissance aveugle et sourde de l’administration ». Il a demandé au Premier ministre d’abroger les textes qui fixent des délais pour passer la thèse. Le syndicat s’apprête à déposer un recours auprès du conseil d’État.

En interpellant la ministre de l’Éducation nationale, les jeunes généralistes espèrent débloquer une situation qui plonge les « privés de thèse » dans une « impasse aussi tragique qu’absurde ».

Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 20 Commentaires
 
25.09.2014 à 14h22

« Ma petite allusion au "Dr" cambadelis n'est pas passée. La modération de ce site aurait elle des liens avec ce charmant personnage ? »

Répondre
 
Stéphane L
Stéphane L La rédaction du Quotidien du Médecin 25.09.2014 à 17h17

« Bonjour. La rédaction écarte les propos diffamatoires. Vous pouvez reformuler votre commentaire en vous basant sur des informations factuelles et vérifiables par tous. Merci. la rédaction. »

Répondre
 
25.09.2014 à 09h55

« Qu'ils acquittent leur inscription à la fac, qu'ils trouvent un patron de thèse et un sujet de thèse, qu'ils soutiennent leur thèse = OU EST LE PROBLEME ? Dire qu'il y a des gens qui passent leur b Lire la suite

Répondre
 
25.09.2014 à 16h47

« Non 75 et plus, mais eux il y a encore des enseignants. »

Répondre
 
25.09.2014 à 09h06

« On peut comprendre parfois l'administration : entre le moment où on finit ses études à 25 ans et le moment de sa thèse à 59 ans, la médecine a un peu évolué... Je plains les patients qui seront pris Lire la suite

Répondre
 
25.09.2014 à 20h47

« Vous croyez vraiment que c'est la soutenance de thèse qui met à jour les connaissances médicales ! Et qui vous dit que le médecin qui passe sa thèse tardivement n'a pas vu de patients depuis 30 ans Lire la suite

Répondre
 
24.09.2014 à 21h32

« Pour avoir soutenu ma thèse 23 ans après la fin de mes études et mon stage interné, et pas mal galéré quand l'Ordre des Médecins ne m'a plus renouvelé ma licence de remplacement, je compatis de tout Lire la suite

Répondre
 
24.09.2014 à 21h29

« De toutes façons, les thèses aujourd'hui c'est pipeau ! »

Répondre
 
25.09.2014 à 10h18

« A quelques exceptions près, ça a toujours été pipeau et surtout ça n'a jamais été un critère de capacité à exercer la médecine !
Et puis citons certains sujets qui passent leur thèse certes non médi Lire la suite

Répondre
 
26.09.2014 à 23h48

« Oui t'as raison il faut passer l’agrégation et bientôt cela ne vaudra plus rien, il faudra l'avoir c'est tout ! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Temps de travail non respecté : les internes de Marseille mettent en demeure l'AP-HM

aphm

Le Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) a sommé, ce lundi 16 janvier, l'Assistance publique-Hôpitaux de... Commenter

Légalisation du cannabis : non pour Valls et Montebourg, oui pour les autres candidats à la primaire à gauche

cannabis

Les sept candidats à la primaire de la gauche ont exprimé leurs diverses positions au sujet du cannabis lors du deuxième débat télévisé, le... Commenter

Pourquoi je refuse le tiers payant : le SML édite à son tour une affiche

sml

Le refus de la généralisation du tiers payant obligatoire continue d'inspirer les syndicats de médecins libéraux. Après l'affiche de la... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter