Carmat réplique après le reportage critique d’« Envoyé spécial »

Carmat réplique après le reportage critique d’« Envoyé spécial »

19.09.2014
  • 1411132634546177_IMG_136369_HR.jpg

Le 11 septembre, France 2 diffusait un reportage consacré au business des prothèses médicales dans l’émission « Envoyé spécial ». La société française Carmat, qui a implanté quelques mois auparavant, et pour la première fois, un cœur bioprothétique sur un patient, fait l’objet d’une longue séquence.

Le cœur Carmat est-il au point ? Le marché de cette prothèse a-t-il été surévalué ? S’agit-il d’une réelle avancée thérapeutique ? Le discours de Carmat est mis en doute pendant plus de 20 minutes. La communication d’entreprise aurait pris le pas sur la science, avancent les journalistes, afin de protéger le cours en bourse de la société. Le caractère innovant de la prothèse n’est quasiment pas abordé alors que les spécialistes interrogés font part de leur scepticisme.

Mise au point

Peu après le reportage, le cours de la société dévisse de près de 10 %... Huit jours après, la société française réplique dans un communiqué (disponible en ligne) pour dénoncer « la violence de ce reportage à charge ». Point par point, Carmat réfute les accusations et les approximations de la presse.

« Carmat n’a jamais prétendu être le premier cœur artificiel, lit-on dans le communiqué, mais le premier projet français et le premier projet bioprothétique. » Carmat n’a pas non plus prétendu être un dispositif autonome comme on l’entend dans le reportage.

Le marché serait de 100 000 prothèses par an ? « Carmat n’a jamais prétendu vendre à court, moyen ou long terme » cette quantité, clame l’entreprise qui rectifie : « Le chiffre de plus de 100 000 représente les patients qui, chaque année, atteignent le stade d’insuffisance cardiaque biventriculaire terminale irréversible […] et qui seraient anatomiquement compatibles avec la bioprothèse. » Traiter une petite fraction de cette population permettrait au Français d’être viable économiquement.

L’entreprise réaffirme que ses prothèses ont atteint un stade industriel même si les essais cliniques sont en cours. Sur ce dernier point, Carmat n’en dit pas plus, justifiant son silence par des raisons déontologiques. On sait seulement qu’un deuxième patient a été opéré en août et que deux autres doivent suivre.

S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
21.09.2014 à 23h03

« Le problème c'est la "précipitation de l'info" dans ce monde actuel,
"le temps c'est de l'argent" money, money ! »

Répondre
 
20.09.2014 à 07h24

« J'ai participé à de nombreux congrés de Biomédical Engineering
Aux USA. Ils ont une bonne blague: "if you dont have enough money to try your device on a pig, try it on a frenchman, they have no regu Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Temps de travail non respecté : les internes de Marseille mettent en demeure l'AP-HM

aphm

Le Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) a sommé, ce lundi 16 janvier, l'Assistance publique-Hôpitaux de... 3

Légalisation du cannabis : non pour Valls et Montebourg, oui pour les autres candidats à la primaire à gauche

cannabis

Les sept candidats à la primaire de la gauche ont exprimé leurs diverses positions au sujet du cannabis lors du deuxième débat télévisé, le... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 34

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter