DOSSIER 2 : LES ALLERGIES ALIMENTAIRES - Allergie alimentaire : quand et comment s'adresser à l’allergologue ?

DOSSIER 2 : LES ALLERGIES ALIMENTAIRESAllergie alimentaire : quand et comment s'adresser à l’allergologue ?

18.09.2014

Dans le cadre des allergies alimentaires, le bilan allergologique tient une place importante dans la future prise en charge, cela à plusieurs titres : l’allergologie moléculaire permet de faire la différence entre allergies vraies et allergies croisées ; l’induction de tolérance alimentaire améliore grandement la qualité de vie du patient allergique ; les régimes d’exclusion prônés jusqu’alors ne sont plus de mise. Étant en première ligne, le médecin traitant a un rôle primordial. Premier interlocuteur en cas d’urgence, il est souvent l’initiateur du bilan. Il collige de nombreux éléments indispensables lors de la réaction allergique : circonstances de déclenchement et chronologie des événements, aliments ingérés, conservation immédiate des étiquetages suspects, traitement délivré. Certains arguments cliniques et biologiques doivent l’inciter à adresser à l’allergologue.

  • D2-chp4-allergie

Les situations qui nécessitent un recours au spécialiste

 
1. Les situations d’urgence
 
Plusieurs cas faisant appel à un traitement en urgence doivent systématiquement impliquer un bilan allergologique. Il peut s’agir d’un épisode aigu d’urticaire surtout s’il est généralisé, d’un angio-œdème de la face, d’une crise d’asthme aiguë grave ou d’un choc anaphylactique. L’identification du ou des allergènes responsables est impérative.
 
2. Les manifestations récidivantes
 
Des bronchites spastiques ou crises d’asthme à répétition, des épisodes quasi quotidien d’urticaire sur une période de plus de six mois, des poussées aiguës et récidivantes d’eczéma atopique (tant chez l’adulte que chez l’enfant), des troubles digestifs chroniques avec, chez l’enfant, une cassure de la courbe de poids, une toux chronique avec reflux gastro-œsophagien sont autant de circonstances pouvant altérer la qualité de vie du patient et être d’origine alimentaire. Elles doivent amener les médecins généralistes et les pédiatres à adresser à  l’allergologue.
 

En attendant le rendez-vous chez l’allergologue

 
1. Les éléments cliniques indispensables
 
Étant en première ligne, le médecin généraliste envisage une trousse d’urgence adaptée à chaque situation clinique. Il répertorie les circonstances de déclenchement sans omettre aucun élément, récupère l’emballage ou la composition du plat ingéré, décèle certains facteurs associés :
 
un épisode infectieux contemporain de l’épisode allergique, une gastro-entérite ;
une activité sportive, un stress ;
la prise de médicaments : AINS, aspirine, bêtabloquants.
 
2. La biologie
 
Le médecin prévoit un bilan biologique de dépistage en fonction des circonstances cliniques précises. 
 
1) Si ce bilan de type Trophatop® se révèle positif, il n’est aucunement question, dans un premier temps et en attendant la consultation avec l’allergologue, d’éviter systématiquement la consommation des aliments qu’il contient. Il suffit parfois de demander au patient si, depuis l’épisode aigu, il a de nouveau consommé l’aliment suspect et trois cas de figure se présentent alors :
 
Il l’a remangé sans problème sous la même présentation ou sous une autre forme (en cas de suspicion d’allergie à l’arachide avec des Curly, si la personne a remangé depuis l’épisode des M&MS ou Snickers sans problème) : le doute est levé sur cet aliment-là et aucune éviction n’est nécessaire ;
 
Il l’a à nouveau ingéré parfois de façon accidentelle ou volontaire et des symptômes sont apparus. L’éviction est préconisée au moins jusqu’au bilan allergologique ;
 
Si, en revanche, les aliments du mélange Trophatop® positif n’ont pas été à nouveau consommés, il est licite, dans le doute, de les éviter temporairement en attendant le bilan allergologique tout en autorisant les traces d’allergènes.
 
2) En cas de Trophatop® négatif et de symptômes évocateurs d’une allergie lors d’une nouvelle ingestion, l’éviction est de mise en attendant le bilan allergologique, l’aliment pouvant ne pas être inclus dans le mélange Trophatop® testé.
 
Chez l’allergologue : l’éviction totale n’est plus de mise
La notion de tolérance alimentaire physiologique a bouleversé les notions jusqu’alors admises en ce qui concerne la prise en charge des allergies alimentaires. Désormais, la possibilité d’induction de tolérance alimentaire est un argument supplémentaire pour adresser les patients à l’allergologue. Cette induction permet d’éviter l’aggravation des symptômes par rupture de tolérance et de prévenir des risques cliniques plus importants liés à une réintroduction accidentelle. L’enfant est le candidat idéal pour l’induction de tolérance de nombreux aliments ( œuf, arachide, noix de cajou, noisette, pistache, etc.). Chez l’adulte, l’indication va surtout concerner les allergies alimentaires croisées avec le pollen de bouleau.
 
 À retenir
  • Le médecin généraliste a un rôle important dans la prise en charge initiale de l’allergie alimentaire. Les informations qu’il collecte auprès de son patient sont une aide précieuse pour l’allergologue.
  • Prescrire une trousse d’urgence adaptée avant d’arriver chez l’allergologue.
  • Un test de dépistage biologique type Trophatop® positif n’implique pas l’éviction systématique de tous les aliments qu’il comporte, mais un bilan allergologique adapté.
  • Toujours faire la part des choses entre la période de sensibilisation où la biologie de dépistage peut être positive, mais sans symptômes cliniques associés (pas d’éviction alimentaire), et l’allergie où la biologie et la clinique sont corrélées.
 
Dr Catherine Quéquet
Allergologue
 
D’après un entretien avec le Dr Christine Sauvage, chef de service allergologie, hôpital Saint-Vincent-de-Paul, Lille.
 
 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter