Ebola : les soignants continuent de payer un lourd tribut à l’épidémie

Ebola : les soignants continuent de payer un lourd tribut à l’épidémie

15.09.2014
  • 1410794986544567_IMG_135935_HR.jpg

La Sierra Leone a annoncé dimanche le décès dû au virus Ebola du Dr Olive Buck, qui dirigeait l’hôpital public Lumley, dans l’ouest de la capitale, Freetown. Âgée d’une soixantaine d’années, le médecin a été diagnostiquée positive mardi et admise à l’hôpital Connaught, en centre-ville. La Sierra Leone a déjà perdu trois autres médecins - le premier était son unique spécialiste en virologie - en juillet, et une cinquantaine d’infirmières. « C’est une nouvelle triste perte pour la profession, a déclaré à l’AFP le responsable des services médicaux », le Dr Brima Kargbo, précisant que le ministère de la Santé « déplorait la disparition d’une autre combattante dans la lutte contre Ebola ».

Deux autres médecins néerlandais qui travaillaient en Sierra Leone et pourraient avoir été contaminés - ils ont soigné des patients qui sont ensuite décédés - ont été rapatriés, a annoncé la fondation les employant. La Sierra Leione va recevoir l’appui de 62 médecins et 103 infirmiers cubains, soit la contribution « la plus importante » d’experts de la santé par un État depuis que l’épidémie d’Ebola a éclaté en début d’année, selon la directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan.

10 % des victimes

L’OMS s’était alarmée le 25 août dernier de la proportion « sans précédent de médecins, d’infirmiers, d’infirmières et d’autres agents de santé » contaminés depuis le début de l’épidémie. Environ 10 % des victimes sont des personnels de santé, un bilan d’autant plus lourd que les trois pays les plus touchés, le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone, comptaient déjà à peine un ou deux médecins pour 100 000 habitants. Le Dr Sylvain Baize s’inquiétait dans « le Quotidien »* de ce nombre élevé de victimes parmi les soignants. « En général, soulignait-il, dans ce type d’épidémie, les décès des personnels soignants surviennent au début, avant que l’on sache qu’il s’agit d’une épidémie d’Ebola. Le fait qu’il y ait toujours des victimes parmi les professionnels de santé prouve qu’ils ne sont pas protégés, bien que l’information soit maintenue connue. »

Au Liberia, le GIP ESTHER (Ensemble pour une solidarité thérapeutique hospitalière en réseau) a déploré en août dernier, le décès d’un de ses médecins partenaires, le Dr Abraham Borbor qui avait conduit le projet ESTHER au Liberia à l’hôpital John Fitzgerald Kennedy de Monrovia. Malgré un traitement avec le sérum expérimental ZMapp, il n’a pas survécu à l’infection contractée au chevet de ses patients. C’est aussi au Liberia, qu’en ce même mois d’août, que le Dr Kent Brantly et la missionnaire Nancy Writebol, tous deux citoyens américains, ont contracté le virus. Rapatriés aux États-Unis à l’hôpital universitaire Emory (Atlanta, Georgy), où ils ont bénéficié du traitement expérimental ZMapp.

Transfusions de plasma

À ce jour, 4 Américains dont au moins deux médecins - la profession d’un des quatre n’a pas été révélée - ont été rapatriés et soignés aux États-Unis. Parmi eux, le Dr Rick Sacra, 51 ans, également contaminé au Liberia, est soigné dans un hôpital du Nebraska, où il aurait reçu des transfusions de plasma, provenant de son collègue le Dr Brantly. Ce dernier aurait reçu, avant son rapatriement et son traitement par le ZMapp, une transfusion de plasma provenant d’un adolescent guéri d’une infection par le virus Ebola. La sérothérapie est un des traitements autorisés par l’OMS lors de sa dernière consultation d’experts.

Le Liberia reste de loin le pays le plus touché. La présidence a publié à la fin de la semaine dernière la liste des dix hauts responsables, dont deux secrétaires d’État, limogés pour avoir désobéi à l’injonction en août de rentrer au pays pour participer à la lutte contre Ebola.

« Le Quotidien » du 01/09/2014

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
16.09.2014 à 16h30

« On continue de payer un lourd tribu à une pathologie que l'on connaît et qui semble être de plus en plus importante. Nous sommes de plus en plus impuissants. Il faudrait maintenant savoir se protége Lire la suite

Répondre
 
15.09.2014 à 23h29

« Quel courage déployé par tous ces soignants au péril de leur vie.
Ils nous rappellent ce que peut être la médecine, bien loin des petites préoccupations égoïstes de nous-mêmes et de nos patients.
Le Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Grippe : l'Ordre réclame la vaccination obligatoire des médecins

bouet voeux

Le Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) est favorable à une vaccination obligatoire des praticiens contre la grippe, et plus... 89

Bilan en demi-teinte des expérimentations d'alternatives à la PACES

paces

Les alternatives à la première année commune aux études de santé (PACES) expérimentées depuis deux ans dans dix facultés ont entraîné une... 1

Jean-Luc Bennahmias (UDE) : « Il faut reconnaître des médecines différentes » Abonné

Jean-Luc Bennahmias (UDE) : « Il faut reconnaître des médecines différentes »-1

Candidat à la primaire sous les couleurs de l'Union des démocrates et écologistes (UDE), Jean-Luc Bennahmias veut désengorger les urgences... 3

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter