Enfance battue, intimidée, violée, tuée : l’UNICEF interpelle sur les violences sous nos yeux

Enfance battue, intimidée, violée, tuée : l’UNICEF interpelle sur les violences sous nos yeux

04.09.2014
  • 1409839989541276_IMG_135045_HR.jpg

En intitulant son rapport « Cachée sous nos yeux », l’Unicef veut dessiller le regard et changer les mentalités sur les violences qui pèsent sur les enfants, là où ils devraient se sentir en sécurité : leurs communautés, foyers, écoles. « Ce sont des données* - issues de 190 pays - qui mettent mal à l’aise : aucun gouvernement ou parent ne voudra les voir. Mais si nous n’affrontons pas la réalité que représente chacune de ces statistiques révoltantes, nous n’abandonnerons jamais cette mentalité selon laquelle la violence contre les enfants est normale et tolérable. Elle n’est ni l’un ni l’autre », affirme Anthony Lake, directeur général de l’Unicef.

Près d’un meurtre sur 5 touche un enfant

La violence tue. En 2012, presque 95 000 enfants de moins de 20 ans ont été victimes d’homicide dans le monde ; 90 % d’entre eux vivaient dans des pays à faible et moyen revenu - au premier rang desquels l’Amérique latine et les Caraïbes (25 400) suivies de l’Afrique de l’Ouest et centrale (23 400) puis de l’Afrique de l’est (15 000). La majorité des victimes est composée de garçons.

Très répandus, les châtiments physiques, infligés par les tuteurs réguliers dans le cadre de l’éducation ou de la discipline, frappent 6 enfants sur 10 (presque un milliard). Ils sont souvent assortis d’agression psychologique. Les formes les plus graves (coups à la tête, sur les oreilles ou le visage) concernent 17 % des enfants dans 58 pays.

Environ 3 adultes sur 10 dans le monde pensent que le châtiment corporel est nécessaire pour éduquer un enfant ; une idée surtout répandue dans les classes défavorisées et peu instruites des pays.

Les violences entre pairs sont communes, surtout chez les garçons : la prévalence des agressions physiques entre élèves de 13 à 15 ans varie de 20 % (Ex-République Yougoslave de Macédoine, Uruguay) à plus de 50 % (Bostwana, Djibouti, Égypte, Ghana, Yémen). Plus d’un élève sur 3 subit au moins un acte d’intimidation. La même proportion d’adolescents en Europe et Amérique du Nord admet avoir intimidé un pair.

Une jeune fille sur 10 a subi des actes sexuels forcés

Un quart des adolescentes de 15 à 19 ans se disent victimes de violence, de la part des cercles proches (famille, amis, enseignants) ou des partenaires pour les filles mariées ou ayant été mariées. Plus de 70 % des jeunes filles ont désigné leur mari ou partenaire comme auteur de sévices à leur encontre, en Inde, au Mozambique, au Népal, au Pakistan, en Zambie ; et une adolescente mariée sur trois dans le monde a subi des violences psychologiques ou physiques.

Environ 120 millions de filles dans le monde (plus d’une sur 10) ont subi des rapports ou actes sexuels forcés dans leur vie. Le taux de prévalence dépasse 10 % dans les pays d’Afrique Subsaharienne, contre moins de 1 % en Europe. Une fois encore, les principaux auteurs sont les partenaires passés ou présents de ces femmes.

Les pays à haut revenu sont aussi concernés

Les garçons ne sont pas épargnés par les violences sexuelles quoique dans de moindres proportions.

Les pays à haut revenu sont aussi concernés : en Suisse, en 2009, 22 % des adolescentes et 8 % des adolescents ont été victimes au moins une fois de violences sexuelles. La cybercriminalisation est la forme la plus commune de violence.

Ces sévices restent tabous : près de la moitié des jeunes filles n’en ont jamais parlé à personnes. Et 7 sur 10 déclarent n’avoir jamais cherché d’aide pour y mettre fin. Près de la moitié des 15-19 ans dans le monde pense qu’il est parfois justifié qu’un mari batte sa partenaire.

L’Unicef insiste sur la dimension sociétale - et non individuelle - de la violence, induite par des inégalités économiques, sociales et culturelles. Seuls 39 États dans le monde protègent juridiquement les enfants des châtiments.

*Informations recueillies dans les enquêtes (principalement mises en place dans les pays à revenu faible et intermédiaire) appuyées par l’Unicef, l’US Agency for international development (USAID), dans les enquêtes mondiales sur la santé des élèves en milieu scolaire et l’étude HSBC sur les comportements en matière de santé des enfants en âge d’aller à l’école.

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
05.09.2014 à 07h01

« Autrement dit : famille et école qui sont si protégées par nos systèmes sont le ferment de la violence... »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 12

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter