Médecin en 2014, qui êtes-vous ?

Médecin en 2014, qui êtes-vous ?

26.07.2014
  • france

Quel est le portait type du médecin en 2014 ? Le dernier atlas démographique publié par le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) en livre un aperçu.

Le document s’appuie sur les chiffres établis à partir des 276 354 praticiens inscrits au tableau au 1er janvier de cette année, 215 531 en activité totale et 60 823 retraités (dont 12 946 en cumul emploi-retraite).

Sur ce total, 198 760 médecins exercent régulièrement, les autres étant remplaçants ou sans activité. Quel âge ont-ils ? Quel est leur mode d’exercice ? Où travaillent-ils ? Réponses.

Généraliste… plus pour très longtemps

Au 1er janvier 2014, l’Ordre recense 90 630 généralistes en activité régulière. Ils sont majoritaires au sein de la profession, devant les spécialités médicales (84 335 médecins) et la chirurgie (23 795 praticiens). Mais, en 2020, ils ne seront plus que 86 203, selon les projections du CNOM. À l’inverse, les rangs des spécialistes vont grossir jusqu’à devenir majoritaires dans les six prochaines années.

Cela ne surprendra personne : les effectifs des médecins généralistes n’ont cessé de diminuer depuis plusieurs années. En 2007, la France comptait près de 97 000 généralistes. Le nombre de spécialistes a lui augmenté de plus de 6% au cours des 7 dernières années…

 
La cinquantaine passée

L’âge moyen du médecin en activité régulière atteint 51,6 ans. Le généraliste est le plus âgé (51 an en moyenne). Les spécialistes et les chirurgiens sont très sensiblement plus jeunes : 50,3 ans en moyenne pour les premiers, 49,4 pour les seconds.

L’Ordre souligne le poids important des praticiens âgés aujourd’hui de plus de 60 ans. Ils représentent à eux-seuls plus d’un quart de l’effectif total. Les moins de 40 ans, eux, ne pèsent que pour 16,3%, ce qui pose la question du renouvellement démographique dans les prochaines années lorsque les plus de 60 ans auront pris leur retraite.

pyramideages2014.png
Source : CNOM

De plus en plus souvent une femme (plus jeune)

La tendance se confirme au fil des ans: la profession se féminise. La part des femmes est passée de 38% en 2007 à 44% au 1er janvier 2014. Cela contribue aussi à rajeunir la profession puisque leur âge moyen est de 49 ans contre 53 ans pour les hommes. L’âge moyen de l’entrée à l’Ordre est de 33 ans pour les femmes contre 36 ans pour les hommes.

 
Encore libéral… bientôt salarié ?

Les libéraux sont encore majoritaire au sein de la profession. Au 1er janvier 2014, l’Ordre en recense 90 552, soit 45,6% de l’effectif total. Les salariés comptent pour 43,6%. L’exercice mixte (salarié et libéral) a séduit 10,8% des médecins.

Cependant, on observe ces dernières années une montée en puissance du salariat (+11,2% depuis 2007) tandis que le secteur libéral recule (-4,4% depuis 2007). Le phénomène devrait se confirmer et, selon les projections de l’Ordre, les praticiens salariés seront majoritaires en 2020. Ils représenteront 44,7% des effectifs contre 43,7% de libéraux.

À noter que 58,20% des généralistes exercent en libéral contre 34,9% en tant que salarié.

 
PACA, zone médicale la plus dense

La densité médicale a sensiblement régressé en 2014. Au 1er janvier de cette année, elle était de 297,8 médecins pour 100 000 habitants contre 299,7 un an plus tôt. Huit régions affichent des densité supérieure à la moyenne. En tête, Provences-Alpes-Côtes-d’Azur compte 356,5 praticiens pour 100 000 habitants.

Suivent l’Ile-de-France, le Languedoc-Roussillon, l’Alsace, l’Aquitaine, Midi-Pyrénées, Rhônes-Alpes et le Limousin. La Picardie et le Centre arrivent en queue de peloton avec une densité médicale respectivement de 231,2 et 235,2. L’Ordre souligne que près de ma moitié des régions françaises ont une forte probabilité de voir leur densité médicale baisser d’ici à 2020.

densitemedicale2014.png
Source : CNOM

Deux nouveaux médecins sur dix diplômés hors de France

En 2013, l’Ordre a enregistré 6 940 nouvelles inscriptions au tableau. 76% d’entre eux étaient titulaires d’un diplôme français, 12,6% d’un diplôme européen et 11,4% d’un diplôme extra-européen. Dans ce domaine, la situation évolue peu au fil des ans : en 2009, la répartition de l’origine géographique des diplômés étaient strictement la même qu’en 2013.

diplomes2014_0.png
Évolution de la part des diplômes (Source : CNOM)

S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 12

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter