Pradaxa, le profil de sécurité aurait-il pu être meilleur ?

Pradaxa, le profil de sécurité aurait-il pu être meilleur ?

24.07.2014
  • 1406220371538515_IMG_134288_HR.jpg

Après le « New York Times » en février dernier, c’est cette fois le « British médical journal » qui reproche au laboratoire Boehringer Ingelheim d’avoir dissimulé des données sur son anticoagulant, Pradaxa.

Le « BMJ » reprend les mêmes affirmations et évoque des documents internes montrant que le laboratoire a procédé à une analyse extensive qui montrerait que « la mesure des concentrations plasmatiques avec une adaptation des doses permettrait de réduire de 30-40 % le risque de saignement comparé à la warfarine ». Toujours selon le « BMJ », avec une telle adaptation des doses, l’efficacité et la sûreté de la molécule seraient meilleures qu’avec un dosage mais aussi meilleures qu’avec l’antivitamine K de référence.

La réponse du laboratoire

Le Laboratoire rejette ces affirmations estimant y avoir déjà répondu dès février 2012. Il souligne que les données complètes de l’étude RE-LY ont été fournies à la FDA et à l’EMEA. Il reconnaît des simulations sur des modèles mathématiques ont été réalisés afin de mieux comprendre si un traitement mieux ajusté en fonction des concentrations plasmatiques pouvait améliorer l’efficacité et la sécurité. « Ces hypothèses théoriques ne se sont pas révélées exactes lorsqu’elles ont été appliquées aux données cliniques », souligne le laboratoire, ce qui explique qu’elles n’ont pas été rendues publiques. « Les données scientifiques disponibles ne soutiennent pas le fait que les doses de Pradaxa pourraient être décidées seulement en fonction des concentrations sanguines », insiste Boehringer Ingelheim.

Les caractéristiques, tels que l’âge, l’état de la fonction rénale et la prise de certains médicaments, sont « des facteurs essentiels contribuant au risque de saignement », affirme le laboratoire qui s’inquiète par ailleurs de l’éventuel affet de cette controverse sur les patients qui risquent d’interrompre leur traitement. « Les patients ne doivent pas arrêter leur traitement sans en parler préalablement à leur médecin », indique-t-il.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
25.07.2014 à 00h26

« Et alors ? Cela remet en question QUOI exactement? L'efficacité de Pradaxa ? La diminution des saignements intracraniens? NON ! Encore une polémique aguicheuse. inutile, pour casser de l'ADO, et p Lire la suite

Répondre
 
24.07.2014 à 21h13

« "On peut toujours espèrer avoir à traverser le champs sans avoir à sauter sur une mine". Mille merci à nos bons vieux Mrs AVK (en une prise /j) et INR (c'est pas le bout du monde si on prend un peu Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

BCG, méningocoque, HPV... les recommandations du calendrier vaccinal 2017

calendrier

Le calendrier des vaccinations 2017 vient d'être rendu public ce jour par le ministère chargé de la Santé après avis du Haut Conseil de la... 1

Marisol Touraine appelle à voter « massivement » pour Emmanuel Macron

touraine

La ministre de la Santé est sortie de son silence à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, dimanche soir. « J’appelle les... 11

ROSP : 7 000 euros par généraliste en 2016

ROSP

Très attendue, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est versée ces jours-ci à près de 91 000 médecins libéraux au titre... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter