Une infirmière soupçonnée d’avoir escroqué un million d’euros

Une infirmière soupçonnée d’avoir escroqué un million d’euros

15.07.2014
  • 1405428803537287_IMG_133941_HR.jpg

Une infirmière libérale a été interpellée à Lyon et placée sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une enquête sur une escroquerie à la Sécurité sociale dépassant le million d’euros, a annoncé vendredi la police.

« C’est une affaire atypique » et « du jamais vu pour l’instant, en tout cas sur Lyon », a déclaré lors d’un point presse Albert Doutre, le directeur départemental de la sécurité publique du Rhône, dénonçant « une volonté d’enrichissement extrêmement importante sur le dos des organismes sociaux ».

Âgée de 53 ans, l’infirmière a été présentée jeudi devant la juge d’instruction après l’ouverture d’une information judiciaire pour « escroquerie, faux et usage de faux » concernant des « surfacturations », des « fausses factures » et des « actes fictifs » entre 2009 et 2014, a précisé le commissaire Bertrand Favre-Tissot, adjoint à la sûreté du Rhône.

Dans un communiqué publié ce 15 juillet, l’Ordre national des infirmiers a indiqué son intention de se porter partie civile dans cette affaire. « Nous ne pouvons accepter que l’image des infirmiers et infirmières puisse être ternie par le comportement inqualifiable de certains qui ne représentent que des cas marginaux » déplore Antoine LOUBES, Président du Conseil départemental de l’ordre des infirmiers du Rhône.

Six appartements

L’infirmière a été remise en liberté sous contrôle judiciaire après paiement d’une caution et avec l’interdiction d’exercer sa profession.

Selon les enquêteurs, l’infirmière, qui « a acquis depuis 2009 six appartements », percevait un salaire de « 20 000 euros par mois », et « ne payait pas d’impôts » grâce à une défiscalisation massive. Les investigations auraient permis la saisie de plus de 800 000 euros d’avoirs criminels notamment sous forme de contrats d’assurance-vie.

Au micro de France 3 Rhône-Alpes, l’infirmière a assuré que son chiffre d’affaires était le « reflet d’une activité atypique », qu’elle avait « travaillé énormément », et que « rien n’est fictif ».

Ouverte il y a plus d’un an après une plainte de la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) du Rhône, l’enquête a été confiée à la brigade financière de la sûreté départementale.

Avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... 2

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 67

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter