Services à la personne : la Cour des comptes dénonce une gabegie

Services à la personne : la Cour des comptes dénonce une gabegie

11.07.2014
  • 1405092130537230_IMG_133926_HR.jpg

Après le rapport d’information du Sénat, c’est au tour de la Cour des comptes de publier un rapport sévère sur « le développement des services à la personne et le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie ».

Les sages de la rue Cambon dénoncent d’abord une organisation confuse, différente selon que les intervenants sont autorisés par les conseils généraux, ou agréés par les services de l’État ; selon qu’ils sont prestataires (donc intégrés dans une organisation de travail), ou relèvent d’un employeur particulier (mandataire, emploi direct).

L’unité du pilotage de la politique de développement des services à la personne fait défaut, et l’autorité en charge (la direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services) n’est pas responsable des crédits qui y sont affectés. « Ce pilotage devrait mieux tenir compte des politiques de solidarité existantes comme celle en faveur de la dépendance », lit-on.

Pas assez de nouveaux emplois

La loi du 26 juillet 2005 a fixé l’objectif de création de 500 000 emplois supplémentaires en 3 ans, et deux priorités : la structuration et la professionnalisation du secteur. Or la Cour dénonce un impact sur l’emploi limité avec au mieux 230 000 emplois créés.

Le travail « dissimulé » demeure, sans pour autant que des études l’évaluent.

Et les priorités affichées n’ont pas été tenues. La coexistence de services relevant du privé lucratif, du public, et de l’associatif, avec 3 conventions distinctes, freine la structuration du secteur, alors que des logiques transversales de filières devraient être mises en œuvre. Et les efforts de professionnalisation restent insuffisants pour répondre au défi du vieillissement.

« La politique de soutien aux services à la personne se révèle coûteuse si on la rapporte au nombre d’emplois concernés. Elle risque de ne pas être soutenable si l’emploi se développe notablement dans le secteur pour faire face aux besoins de la population vieillissante », résument les sages.

La Cour des comptes recommande de mieux articuler les objectifs des pouvoirs publics en matière de développement des services à la personne, d’unifier leur cadre réglementaire, de renforcer la lutte contre le travail dissimulé, d’évaluer le coût des niches sociales et de simplifier le régime fiscal appliqué à ces services.

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
12.07.2014 à 08h53

« Services à la personne : la Cour des comptes dénonce une gabegie
Cette instance tombe des nues, le projet de loi sur les vieux le disait il y a quelques mois qu' il fallait diminuer le reste à charg Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 12

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter