Hospi Diag s’ouvre au grand public : un outil qui manque sa cible ?

Hospi Diag s’ouvre au grand public : un outil qui manque sa cible ?

11.07.2014
  • 1405068239536955_IMG_133865_HR.jpg

Créé par la loi HPST, l’outil Hospi Diag s’ouvre à tous les internautes. Ce site regroupe une multitude d’indicateurs, de la gestion des blocs à la durée de séjour, permettant de comparer la performance des établissements de santé. Au départ, seules les Agences régionales de santé pouvaient le consulter. Les professionnels de santé y ont eu ensuite accès, et à présent le grand public.

Trois nouveaux indicateurs complètent une liste déjà longue : le taux d’absentéisme du personnel non médical, le turn over global, l’organisation du système d’information. L’ergonomie du site, peu intuitive, ne facilite guère la navigation.

À quoi sert concrètement cette plateforme de données ? Qui la consulte ?

Parmi les médecins hospitaliers, a priori, pas grand monde : « Je ne suis jamais allé sur ce site, et personne autour de moi ne m’en a jamais parlé », témoigne ainsi le Dr Norbert Skurnik, président de la Coordination médicale hospitalière, un intersyndicat de médecins hospitaliers.

Une infime minorité de médecins se documente sur la toile

Le Dr Jean-Pierre Esterni, du bureau du SNAM-HP (Syndicat national des médecins des hôpitaux publics), consultait Hospi Diag lorsqu’il était en poste à l’hôpital de Toulon. « J’étais le seul dans mon service à y aller, et à savoir ce que c’était. Je triais l’information sur la cancérologie au sein du territoire, que je restituais ensuite à mes collègues, raconte l’oncologue. Quand on sait lire entre les lignes, on peut décrypter des choses. Mais 90 % ou 95 % des praticiens hospitaliers n’en ont rien à faire. Ce qui les préoccupe, c’est d’avoir les moyens de bien travailler. Pas d’être comparé chaque matin avec l’activité des hôpitaux voisins. »

Hospi Diag, au même titre que le site ScopeSanté, vise à rendre le système de santé français plus transparent. Il a été présenté par les autorités comme un aiguillon à même de stimuler les équipes hospitalières. « L’aiguillon pour améliorer les pratiques, c’est le compagnonnage, le travail en commun, la politique territoriale. Ce n’est pas de créer une concurrence artificielle par un logiciel, rebondit le Dr Esterni. Et puis, à quoi bon savoir des données chiffrées sur tel ou tel service ? Les praticiens, devenus des outils de production, ne décident de rien et ne pèsent pas sur la vie de l’hôpital. Pour créer une dynamique vertueuse, il faudrait imposer aux CME [commissions médicales d’établissement] de débattre chaque trimestre des tableaux de bord de chaque pôle. Cancérologie mise à part, personne ne le fait, car c’est trop sensible. »

Delphine Chardon
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Soutien de Fillon, l'ex-PDG d'Axa se défend d'avoir inspiré son programme Sécu

Henri de Castries

C'était un secret de Polichinelle : l'ancien PDG du groupe d'assurance Axa, Henri de Castries, a rendu public ce mardi son engagement clair... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 57

Avec la salle de consommation à moindre risque, « 8 000 injections n'ont pas eu lieu dans l'espace public », dit le Dr Jean-Pierre Lhomme (Gaïa)

salle shoot

Le 17 octobre 2016, s'ouvrait, dans des locaux attenants à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), la salle parisienne de consommation à moindre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter