Sous la pression, l’EMA assouplit sa politique d’accès aux données cliniques

Sous la pression, l’EMA assouplit sa politique d’accès aux données cliniques

10.07.2014
  • 1404998302536887_IMG_133829_HR.jpg

Il sera finalement possible de télécharger, imprimer et sauvegarder l’intégralité des données cliniques fournies à l’Agence européenne du médicament par les laboratoires pharmaceutiques dans le cadre des demandes d’Autorisation de mise sur le marché, a-t-on appris mercredi par le biais d’un communiqué de l’Agence.

Le 12 juin dernier, le conseil d’administration de l’EMA devait approuver définitivement la nouvelle politique d’accès aux données cliniques, dont la rédaction était rendue obligatoire par le règlement européen n° 1049/2001 voté par le Parlement qui exige que toute personne qui en fait la demande doit pouvoir consulter ces données.

La fin du « view-on-screen-only »

Les premiers éléments qui avait transpiré de cette nouvelle régulation avaient provoqué une levée de boucliers des milieux de la recherche académique, mais aussi du médiateur européen Emilie O’Reilly. Les présentations successives de l’EMA évoquaient en effet un accès « view-on-screen-only » aux données cliniques pour tous ceux qui en faisaient la demande.

En bon français, cela signifiait une impossibilité de télécharger, imprimer ou transmettre ces données qui ne pouvaient être consultées qu’en ligne. Se livrer à un travail de recherche et d’analyse à partir de ces données dans ce cadre se serait révélé particulièrement difficile, comme le soulignaient les directeurs de plusieurs centres Cochrane ainsi que le comité de rédaction du « British Medical Journal ».

Les critiques ont été entendues

Les critiques ont fini par porter leurs fruits, puisque l’adoption de la version définitive de la nouvelle politique a été repoussée en octobre, afin d’inclure plusieurs amendements proposés par le directeur exécutif de l’EMA Guido Rasi, levant les restrictions de consultation. L’adoption définitive de la nouvelle politique doit maintenant intervenir le 2 octobre prochain, à l’occasion de la prochaine rencontre du conseil d’administration de l’agence.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
11.07.2014 à 08h48

« Il était temps, puisque nous tendons de plus en plus vers la transparence. Pas de raison que cela soit secret s'il n'y a pas de résultats à cacher... »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 6

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... 1

Création d'un modèle miniature d'appareil reproducteur féminin

Woodruff Lab

Une équipe de l’université Northwestern (Illinois, États-Unis) a développé un appareil reproducteur féminin miniature, et l'a présenté dans... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter