Prostitution : la pénalisation des clients rejetée par une commission spéciale du Sénat

Prostitution : la pénalisation des clients rejetée par une commission spéciale du Sénat

10.07.2014
  • 1404997657536903_IMG_133835_HR.jpg

Mesure phare de la proposition de loi sur la prostitution, la pénalisation des clients a été supprimée par une commission spéciale du Sénat, qui a considéré qu’elle serait inefficace pour lutter contre les réseaux mais précariserait davantage les prostituées.

Au terme d’un intense débat, les 37 membres de cette commission qui examinaient la proposition de loi renforçant la lutte contre la prostitution ont adopté le texte tout en le privant de son article principal, qui prévoyait de punir l’achat d’actes sexuels d’une contravention de 1 500 euros. Le stage de sensibilisation pour les clients interpellés a aussi été supprimé.

L’idée de sanctionner le recours à une prostituée avait déjà fait l’objet de vifs débats lorsque le texte avait été adopté en décembre par l’Assemblée. Plusieurs associations dont Médecins du monde s’étaient élevées contre la proposition de loi soutenue par la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem.

Situation sanitaire et sociale des prostitués

La pénalisation des clients est le seul point qui a « réellement divisé » la commission, a confirmé sa rapporteure, la sénatrice socialiste Michèle Meunier. Elle-même a voté contre l’amendement supprimant cette pénalisation, mais « la majorité des membres a considéré qu’elle risquait de dégrader la situation sanitaire et sociale » des prostituées.

Le nouveau texte confirme aussi l’abrogation du délit de racolage et renforce les mesures d’accompagnement social et professionnel pour celles qui veulent quitter la prostitution. Elles pourront profiter d’une identité d’emprunt et les étrangères bénéficieront plus facilement d’une autorisation de séjour. Et l’intégralité des sommes confisquées aux réseaux de traite abondera un fonds d’aide aux prostituées.

La pénalisation des clients peut encore revenir par un amendement en séance au Sénat.

Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
11.07.2014 à 15h24

« A quand un vrai statut professionnel avec locaux en pleine propriété personnelle , médecine du travail , forfaits de cotisation sécu et d'imposition fiscale , agrément de local , déclaration au regi Lire la suite

Répondre
 
10.07.2014 à 22h04

« Certains sénateurs redouteraient-ils d'être mis à l'amende ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 1

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... Commenter

Création d'un modèle miniature d'appareil reproducteur féminin

Woodruff Lab

Une équipe de l’université Northwestern (Illinois, États-Unis) a développé un appareil reproducteur féminin miniature, et l'a présenté dans... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter