Open data : Touraine veut accélérer l’ouverture des données publiques en santé dès 2014

Open data : Touraine veut accélérer l’ouverture des données publiques en santé dès 2014

09.07.2014
  • 1404917318536672_IMG_133778_HR.jpg

Installée en novembre 2013, la commission dite « open data en santé », chargée du débat sur l’ouverture des données publiques de santé, a remis ce mercredi à Marisol Touraine ses conclusions attendues. Sur la base de cette contribution de 63 pages, la ministre de la Santé a aussitôt annoncé qu’elle allait « accélérer » le développement de l’open data en santé (ouverture, partage et réutilisation des données) dans trois directions, avec des mesures effectives « dès cette année ».

Le premier champ concerne les données individuelles de l’assurance-maladie demandées à des fins de recherche ou d’étude. Marisol Touraine promet de mettre en place une gouvernance spécifique et un accès

« sécurisé ». Les modalités de cette gouvernance seront inscrits dans le projet de loi de santé, présenté en conseil des ministres en septembre 2014. La question est posée de l’évolution de la structure juridique de l’Institut des données de santé (IDS).

Deuxième grand axe : le gouvernement veillera à ce que les enquêtes et les recherches financées sur fonds publics prévoient « dès leur conception, l’ouverture des données anonymes en vue d’une mise à disposition en open data ».

Gratuité

Troisième orientation préconisée par le rapport et reprise par la ministre : les données publiques de santé « par ailleurs strictement anonymisées dans un souci de protection de la vie privée » (c’est-à-dire à risque nul d’identification) seront mises à disposition de tous « gratuitement, sans restriction et de façon détaillée ».

Marisol Touraine a rappelé son engagement de publier parallèlement un grand nombre de données de santé sur le portail www.data.gouv.fr, en particulier sur la performance des hôpitaux, la consommation de médicaments et la démographie des professionnels de santé.

Les enjeux de l’accès aux données de santé touchent en particulier à la « démocratie sanitaire, à l’autonomisation des patients, aux progrès de la recherche et à la capacité de notre pays à favoriser l’innovation », lit-on dans le rapport.

Cyrille Dupuis
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
Hervé M Médecin ou Interne 09.07.2014 à 22h26

« Arf estimons nous heureux, on n'en est pas encore à l'incrustation obligatoire de micro-puce dans l'avant bras, même si c'est acté dans la loi depuis quelques années... »

Répondre
 
09.07.2014 à 17h43

« Sanguinet-Tonnerre Maryse Madame,
Pensez-vous honnête et vertueux de valider un système initialisé par vos prédécesseurs et qui asserviront le soin et la relation patient professionnel de santé ? Je Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Soutien de Fillon, l'ex-PDG d'Axa se défend d'avoir inspiré son programme Sécu

Henri de Castries

C'était un secret de Polichinelle : l'ancien PDG du groupe d'assurance Axa, Henri de Castries, a rendu public ce mardi son engagement clair... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 57

Avec la salle de consommation à moindre risque, « 8 000 injections n'ont pas eu lieu dans l'espace public », dit le Dr Jean-Pierre Lhomme (Gaïa)

salle shoot

Le 17 octobre 2016, s'ouvrait, dans des locaux attenants à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), la salle parisienne de consommation à moindre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter