L’UCI renforce les contrôles antidopage sur le Tour

L’UCI renforce les contrôles antidopage sur le Tour

04.07.2014
  • 1404483092535769_IMG_133503_HR.jpg

L’Union cycliste internationale (UCI) a conclu avec la Fondation antidopage dans le cyclisme (CADF) et l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) un accord de collaboration pour améliorer les contrôles antidopage lors du Tour de France 2014 qui débute ce samedi 5 juillet.

Plusieurs mesures ont ainsi été arrêtées afin de conférer au système de contrôle un maximum d’efficacité. Depuis le mois de mai, grâce aux données de localisation fournies par la CADF, l’AFLD a procédé à des contrôles sur les coureurs les plus susceptibles de participer à la « Grande Boucle », en s’appuyant si besoin sur les agences antidopage des pays limitrophes. Peu avant le départ, des contrôles sanguins seront effectués sur l’ensemble des participants.

Des échantillons conservés pour des analyses ultérieures

Pour les étapes se déroulant au Royaume-Uni, l’AFLD, la CADF et l’Agence britannique contre le dopage (UKAD) collaboreront en matière de logistique et d’échange d’informations. Pour les étapes en France, les coureurs qui devront faire l’objet de contrôles seront choisis conjointement par la CADF et l’AFLD compte tenu des informations dont elles disposent.

Les trois instances ont décidé de conserver une partie des échantillons prélevés pour permettre des analyses ultérieures bénéficiant des progrès en matière de techniques de détection.

« Le programme antidopage mis en place à travers cet accord contient tous les éléments nécessaires pour atteindre les objectifs de la lutte contre le dopage, à savoir la protection de la santé des coureurs et l’éthique dans ce sport », a souligné Francesca Rossi, directrice de la Fondation antidopage dans le cyclisme. Brian Cookson, président de l’UCI, s’est lui réjoui « que l’ensemble des acteurs de la lutte antidopage œuvrent de concert pour garantir la réputation du cyclisme à l’occasion d’un événement majeur ».


Une médecine du travail pour les sportifs

Thierry Braillard, secrétaire d’État aux sports, s’est engagé ce jeudi à réfléchir sur le rôle et l’organisation d’une médecine du travail pour les sportifs, dans le cadre de ses travaux sur le statut du sportif de haut niveau.  Thierry Braillard a évoqué cette ambition devant  Roger  Legeay, président du mouvement pour un cyclisme crédible ( MPCC) et le  Dr  Armand  Mégret, médecin  référent du  MPCC.
À travers le suivi longitudinal, les cyclistes français affiliés à la  FFC, dont le  Dr  Mégret est également le médecin, sont déjà en quelque sorte soumis à une médecine du travail contrairement à leurs collègues d’autres disciplines.
 
Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Temps de travail non respecté : les internes de Marseille mettent en demeure l'AP-HM

aphm

Le Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) a sommé, ce lundi 16 janvier, l'Assistance publique-Hôpitaux de... 4

Légalisation du cannabis : non pour Valls et Montebourg, oui pour les autres candidats à la primaire à gauche

cannabis

Les sept candidats à la primaire de la gauche ont exprimé leurs diverses positions au sujet du cannabis lors du deuxième débat télévisé, le... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 36

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter