Données de santé : les Français n’ont pas pleinement confiance en la Toile

Données de santé : les Français n’ont pas pleinement confiance en la Toile

01.07.2014
  • 1404207936534346_IMG_133066_HR.jpg

En 2017, un utilisateur de smartphone sur deux aura installé une application santé ou bien-être, soit 3,4 milliards de personnes dans le monde, affirme la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) dans son rapport sur les données personnelles. En France, déjà 7 millions de personnes ont cédé à la tendance. En toute confiance ?

Pas vraiment. Plus de 30 % des Français sont très inquiets (8 %) ou plutôt inquiets (23 %) quant à l’utilisation des données personnelles sur Internet. 43 % sont confiants, tandis que 22 % n’y ont jamais songé, révèle l’enquête « parler de santé sur le web, quelle(s) conséquences », co-initiée par la Chaire Réseaux sociaux de l’Institut Mines Telecom, Doctissimo, et autres associations*.

Cette angoisse naît à l’idée que ces données puissent être lues ou utilisées à leur encontre par un assureur (39 %), leur employeur (36 %), une mutuelle (27 %) ou l’assurance-maladie (21 %).

Les Français sont dans le flou quant à savoir ce qu’il advient de leurs données. 43 % pensent qu’elles sont analysées par des logiciels et 58 % qu’elles sont soumises à la lecture d’employés de forums, blogs, ou réseaux sociaux. Une majorité (57 %) juge possible la récupération de leurs données postées sur le Web.

Confiance dans le médecin traitant et les organismes publics

Conséquence de cette inquiétude : les Français ne sont pas prompts à stocker ou publier leurs informations de santé sur des éditeurs qui garantissent pourtant le maintien de la confidentialité – seulement 9 % y sont prêts –, un éditeur de logiciel santé ou grand public (respectivement 7 % et 2 %), un opérateur de télécommunication ou un fournisseur d’accès à Internet (0). Ils témoignent en revanche toute leur confiance dans leur médecin traitant (cité par 59 % des sondés), les associations de patients (55 %), les établissements de santé (42 %) les professionnels de santé, ou les pouvoirs publics. Et 2 personnes sur 10 refusent de stocker leurs données sur un ordinateur.

Enfin, 70 % des Français souhaitent que les données soient anonymisées et que leur accord soit demandé lors de l’inscription ou du téléchargement d’une application, et de leur usage.

* LauMa communication, Patients & Web, Renaloo, vivre sans thyroïde, etc. Enquête auto-administrée sur le web du 17 avril au 6 juin 2014, via les forums de Doctissimo et les sites Web des organismes participants, auprès de 2 735 participants dont 848 répondants retenus pour l’analyse, ayant déjà partagé des données de santé sur le Web.

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 2

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter