Vincent Lambert : le Conseil d’État se prononce en faveur de la décision d’arrêt des soins prise par l’équipe médicale

Vincent Lambert : le Conseil d’État se prononce en faveur de la décision d’arrêt des soins prise par l’équipe médicale

24.06.2014
  • 1403626770532881_IMG_132632_HR.jpg

Comme le laissait supposer le rapporteur du Conseil d’État à l’issue de l’audience publique du 20 juin dernier, l’assemblée du contentieux du Conseil d’État a jugé légale la décision prise le 11 janvier 2014 par le médecin du CHU de Reims en charge de M. Vincent Lambert, le Dr Éric Kariger, de mettre fin à son alimentation et à son hydratation artificielles. Ce jugement met fin à la suspension, qui avait été prononcée par le tribunal administratif, de la mise en œuvre de la décision du11 janvier 2014.

Une décision au cas par cas

Toutefois, le Conseil d’État tient à préciser la portée de sa décision qui « concerne exclusivement » la situation de Vincent Lambert. « La circonstance qu’une personne soit dans un état irréversible d’inconscience ou, à plus forte raison, de perte d’autonomie la rendant tributaire d’un mode artificiel d’alimentation et d’hydratation ne saurait caractériser, par elle-même, une situation dans laquelle la poursuite de ce traitement apparaîtrait injustifiée au nom du refus de l’obstination déraisonnable », précise le Conseil d’État. « Chaque cas particulier doit faire l’objet, sur la base des éléments médicaux et non médicaux le concernant, d’une appréciation individuelle en fonction de la singularité de la situation du patient », souligne-t-il.

L’assemblée du contentieux s’est prononcée notamment au vu de l’expertise médicale qui a conclu à une dégradation de l’état de conscience de Vincent Lambert « correspondant désormais à un état végétatif, au caractère irréversible des lésions cérébrales et à un mauvais pronostic clinique ». Elle a également tenu compte « de la volonté exprimée » par Vincent Lambert avant son accident « de ne pas être maintenu artificiellement en vie s’il se trouvait dans un état de grande dépendance ».

Le cadre de la loi Leonetti respecté

Le Conseil d’État précise que sa décision s’inscrit dans le cadre tracé par la loi du 22 avril 2005, dite Loi Leonetti. « Le législateur, en adoptant les dispositions du code de la santé publique issues de cette loi, a en effet défini le cadre dans lequel un médecin peut prendre une décision de limiter ou d’arrêter un traitement qui traduirait une obstination déraisonnable, et ce que le patient soit ou non en fin de vie », expliquent les 17 juges de l’assemblée du contentieux. A aussi été rappelé le jugement du 14 février dernier selon lequel « l’alimentation et l’hydratation artificielles constituent des traitements » au sens de la loi Leonetti.

Les juges estiment que, dans le cas de Vincent Lambert, la décision d’arrêt de ces traitements prise par l’équipe du CHU de Reims a bien respecté les conditions (critères médicaux et non médicaux) posées par la loi.

La décision du Conseil d’État souligne « que la loi dite Leonetti est compatible avec la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales dont l’article 2 protège le droit à la vie ».

Recours des parents auprès de la Cour européenne

Peu avant les conclusions du Conseil d’État, les parents de Vincent Lambert ont décidé de saisir en urgence la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dans l’espoir que celle-ci s’oppose à l’arrêt des soins du tétraplégique au cas où le Conseil d’État viendrait à l’ordonner. « La Cour a été saisie lundi 23 juin 2014 par les parents du requérant, au cas où le Conseil d’État suivrait son rapporteur public », a indiqué un porte-parole de la CEDH. La décision « sera prise dès que possible après que l’arrêt aura été rendu par le Conseil d’État », a-t-il précisé.

Réagissant à la suite du jugement du Conseil d’État, le Dr Kariger a estimé qu’il s’agissait d’une « reconnaissance » pour son équipe mais s’est inquiété des pressions que faisait peser cet ultime recours qui, selon lui, était « le délai de trop pour Vincent Lambert et pour son équipe ». Il en a appelé au ministre de la Santé et des Affaires sociales, Marisol Touraine.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 14 Commentaires
 
25.06.2014 à 11h58

« Le don d'organe serait à éventuellement à évoquer ? »

Répondre
 
25.06.2014 à 09h13

« La première chose à faire, me semble-t-il, c'est de respecter la volonté du premier intéressé , c'est à dire Mr LAMBERT. Existe-t-il des preuves tangibles de l'expression de sa volonté de ne pas êtr Lire la suite

Répondre
 
25.06.2014 à 07h26

« Puisque les parents veulent à tout prix garder leur enfant, pourquoi ne font-ils pas comme certains parents, tout aussi traumatisés, arrrêter les soins et faire un don d'organes: leur
fils vivrait Lire la suite

Répondre
 
24.06.2014 à 23h33

« Comment une bande d'énarques pourrait-elle décider de la vie et de la mort d'un patient... Où va-t-on ? »

Répondre
 
24.06.2014 à 23h04

« PROFESSION: VETERINAIRE /

Il me semble que le conseil d'état n'a fait que rappeler la loi/
La loi est applicable pour tous/
Toutes les fins de vie sont uniques/
Vouloir légiférer de nouveau : non/ Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
sécurité

968 agressions déclarées en 2016 : année noire pour la sécurité des médecins

Le nombre de d'agressions de praticiens déclarées s'est envolé en 2016 pour atteindre un nombre record, selon un bilan de l'Observatoire de la sécurité des médecins publié en exclusivité par « le Quotidien ». Dans deux tiers des cas, les incidents concernent un généraliste. Les menaces verbales restent majoritaires mais les cas de vandalisme augmentent. 20

Guérilla tarifaireC à 25 euros : les généralistes contestataires de Romillé traduits en commission paritaire Abonné

Cinq médecins de Romillé (Ille-et-Vilaine) sont convoqués aujourd'hui devant leur caisse primaire, à Rennes, pour avoir facturé leurs... Commenter

Baisses des forfaits techniques, suppression du modificateur ZLes radiologues en grève contre les coups de rabot tarifaire Abonné

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) appelle les spécialistes à une journée de grève nationale aujourd'hui pour refuser... 3

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter