L’Alliance mondiale contre la résistance aux antibiotiques appelle à un plan d’action en 10 points

L’Alliance mondiale contre la résistance aux antibiotiques appelle à un plan d’action en 10 points

24.06.2014
  • 1403622480532797_IMG_132618_HR.jpg

Créée il y a deux ans et demi pour sensibiliser le public sur l’urgence et la gravité du danger que représente la résistance aux antibiotiques, la « World Alliance Against Antibiotic Resistance », lance cette semaine une déclaration en faveur d’une action urgente. Présidée par le Dr Jean Carlet (ancien réanimateur, spécialiste des infections nosocomiales et de la résistance aux antibiotiques), l’alliance qui regroupe 700 personnes de 55 pays formule dans cette déclaration ses 10 recommandations pour préserver l’efficacité des antibiotiques et stabiliser l’écosystème bactérien. « Sans un effort collectif et rapide, certaines infections vont devenir impossibles à traiter, et certains actes (transplantations, traitements diminuant l’immunité, chirurgie lourde…) vont devenir trop risqués pour être entrepris. D’ores et déjà, certaines infections nosocomiales et de ville sont liées à des bactéries multirésistantes qui entraînent des échecs thérapeutiques », souligne l’Alliance qui rappelle les 25 000 décès en Europe et 23 000 aux États-Unis liés chaque année à l’antibiorésistance.

Un plan de lutte dans chaque pays

La première d’entre elles est de favoriser la prise de conscience de tous les acteurs, y compris le grand public, de l’intensité du danger représenté par la résistance bactérienne. L’Alliance préconise aussi d’organiser dans chaque pays un plan national de lutte contre la résistance bactérienne mais aussi de faciliter l’accès permanent aux antibiotiques essentiels et de qualité, en particulier dans les pays en voie de développement. Il s’agit aussi de surveiller la consommation des antibiotiques et leur niveau de résistance, de développer de nouveaux tests diagnostiques efficaces pour favoriser un traitement antibiotique rapide et ciblé, d’utiliser les antibiotiques avec prudence et de façon contrôlée (dans les hôpitaux, la ville, l’élevage, l’aquaculture...). De grandes campagnes d’information et d’éducation devront être relayées auprès du grand public et des professionnels de santé pour un emploi plus rationnel des antibiotiques, de même que devront être renforcés les efforts de prévention et de contrôle de la transmission bactérienne (mesures d’hygiène, d’isolement, contrôle de l’eau...). La recherche fondamentale et appliquée ainsi que le développement de nouveaux produits et de nouveaux vaccins antibactériens devra être favorisée. L’inscription du « concept d’antibiotique » au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO est l’une des mesures emblématique prônée par l’Alliance.

L’Alliance a été officiellement lancée en décembre 2011 sous le nom de ACdeBMR. Son siège social est situé en France, au sein du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ).

Pas d’antibiotiques en prévention dans les élevages, préconise l’ANSES

L’Agence française de sécurité alimentaire et sanitaire (ANSES) qui s’est autosaisi du sujet, a publié la semaine dernière un rapport intitulé « Évaluation des risques d’émergence d’antibiorésistances liées aux modes d’utilisation des antibiotiques dans le domaine de la santé animale ». L’agence préconise l’arrêt des prescriptions préventives car, souligne-t-elle, « le risque d’induire de la résistance chez les bactéries des flores commensales est présent chez tous les animaux traités, alors que le bénéfice thérapeutique est dépendant de l’élimination effective de la bactérie pathogène dont la présence n’est que suspectée ».

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
25.06.2014 à 00h01

« L'anses devrait lire le rapport d'Isabelle saporta sur le livre noir de l'agriculture. Pas de grand discours, des faits. Et qu'elle se rende sur place. Et ensuite action réaction
Les écolos ont ét Lire la suite

Répondre
 
25.06.2014 à 10h22

« Il n'y a pas eu que les écolos au gouvernement, depuis Giscard, de nombreux ministres de la santé Médecins n'ont strictement rien fait, à cause des lobbies de l'agro-alimentaire, qui sont les vrais Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
vieux

Grippe : premières leçons d'une épidémie précoce Abonné

L'arrivée précoce de la grippe a surpris les professionnels de santé et les hôpitaux. Le virus A(H3N2) circulant touche en majorité les personnes âgées. D'aucuns évoquent déjà l'épidémie de l'hiver 2014/2015 où une surmortalité record avait été observée avec un excès de 18 300 décès. Le Pr Bruno Lina estime qu'il ne s'agit pas d'une « réplique de 2014 ». De plus, la souche circulante est une... 2

Grippe : l'Ordre réclame la vaccination obligatoire des médecins

bouet voeux

Le Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) est favorable à une vaccination obligatoire des praticiens contre la grippe, et plus... 88

Bilan en demi-teinte des expérimentations d'alternatives à la PACES

paces

Les alternatives à la première année commune aux études de santé (PACES) expérimentées depuis deux ans dans dix facultés ont entraîné une... 1

Jean-Luc Bennahmias (UDE) : « Il faut reconnaître des médecines différentes » Abonné

Jean-Luc Bennahmias (UDE) : « Il faut reconnaître des médecines différentes »-1

Candidat à la primaire sous les couleurs de l'Union des démocrates et écologistes (UDE), Jean-Luc Bennahmias veut désengorger les urgences... 3

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter