Vincent Lambert : le rapporteur du Conseil d’État se prononce contre le maintien en vie

Vincent Lambert : le rapporteur du Conseil d’État se prononce contre le maintien en vie

20.06.2014
  • 1403274884531759_IMG_132263_HR.jpg

Le rapporteur public du Conseil d’État s’est prononcé ce vendredi 20 juin contre le maintien en vie de Vincent Lambert, tétraplégique en état végétatif chronique depuis six ans.

Le Conseil d’État n’a pas tant à décider de la vie ou de la mort de l’ancien infirmier psychiatrique, qu’à se prononcer sur la légalité de la procédure mise en œuvre par l’équipe du Dr Kariger au CHU de Reims. Précisément, Rémi Keller a recommandé l’annulation de la décision du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne, qui s’était prononcé pour le maintien en vie de Vincent Lambert, après que le CHU de Reims, où est hospitalisé le patient, avait décidé d’arrêter l’alimentation et l’hydratation artificielle.

« Nous ne proposerons pas de confirmer le jugement du tribunal ; la décision d’interrompre le traitement de Vincent Lambert correspond aux conditions de la loi de 2005 » sur la fin de vie, a-t-il déclaré. Il a notamment rappelé que, d’après une récente expertise médicale demandée par le Conseil d’État en février aux Prs Marie-Germaine Bousser, Jacques Luauté et Lionel Naccache, « Vincent Lambert est en état végétatif totalement inconscient. Le traitement n’a pas d’autre effet que de le maintenir artificiellement emmuré dans son état », a-t-il affirmé. Les experts avaient en effet conclu à la « compatibilité des résultats des explorations cérébrales avec un état végétatif » et « au caractère irréversible des lésions cérébrales », avec un mauvais pronostic clinique.

Déchirements familiaux

Vincent Lambert avait, selon son épouse et un de ses frères, « exprimé à plusieurs reprises son souhait de ne pas être maintenu dans un état de dépendance, si cela devait lui arriver un jour. La voix de Vincent Lambert nous apparaît, ainsi, certes tenue et fragile, mais constitue un élément du dossier que vous ne pouvez pas ignorer », a poursuivi Rémi Keller.

Certes, a-t-il noté, les membres de la famille du patient sont en désaccord : les parents, catholiques traditionalistes, ainsi qu’un frère et une sœur se battent pour le maintenir en vie, contre l’avis de l’épouse, du neveu, de 6 autres frères et sœurs et du corps médical, qui refusent l’obstination thérapeutique.

« Si vous deviez interdire un arrêt de traitement au seul titre que des membres de la famille s’y opposent, vous leur donneriez un droit de veto que le législateur n’a pas voulu leur apporter », a estimé le rapporteur.

Décision mardi 24 juin

Les 17 membres de l’assemblée du contentieux du Conseil d’État rendront leur décision le 24 juin à 16 heures. Elle sera définitive ; aucun recours ne pourra lui être fait. Ils ont entre les mains, outre la nouvelle expertise médicale, quatre avis portant sur l’application de la loi de Leonetti, issus de l’Académie nationale de médecine, du Comité consultatif national d’éthique, du Conseil national de l’Ordre des médecins, et de Jean Leonetti en personne.

« Si vous suivez les requérants, ce sera la première fois de votre histoire, que vous, juges des libertés, prononcerez une décision irrémédiable », a déclaré Maître Claire Le Bret-Desaché, avocate des parents.

« Imaginez un instant que cet homme soit votre fils, ce fils qui n’est pas atteint d’une maladie grave (...) qui n’est pas en fin de vie, ce fils qui ne souffre pas, mais ce fils lourdement handicapé, en état de dépendance, dont l’état est stabilisé », a-t-elle affirmé, expliquant que Vincent Lambert « dort, se réveille, ouvre les yeux, sourit, pleure, suit du regard ». Et de lire une lettre de la mère.

Le Dr Kariger espère de son côté que la décision que prendra le Conseil soit « suffisamment explicite pour que cela apporte une réponse claire à tous les patients qui sont ou seront dans la même situation ».

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 10 Commentaires
 
24.06.2014 à 09h02

« Comment une bande d'énarques pourrait-elle décider de la vie et de la mort d'un patient... Où va-t-on ? »

Répondre
 
17.10.2014 à 10h50

« Mépris populiste et facile (ou jalousie ?) à l'égard des énarques (beaucoup de membres du Conseil d'Etat ne le sont d'ailleurs pas).
C'est le médecin qui prend la décision, conformément à la loi. Le Lire la suite

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 23.06.2014 à 17h50

« Que sait on vraiment de l'âme, et du fonctionnement subtil de l'être humain pour trancher si vite !? »

Répondre
 
21.06.2014 à 21h43

« Il conviendrait que le doute profite à l'accusé ... »

Répondre
 
21.06.2014 à 15h26

« La loi Leonetti s'applique au cas Lambert et doit être appliquée ! L'attitude des parents est honteuse. Il est lamentable de laisser souffrir son fils contre sa volonté pour défendre des théories re Lire la suite

Répondre
 
21.06.2014 à 21h19

« Si Vincent Lambert est en état végétatif, il ne souffre pas ! Et s'il n'est pas en état végétatif mais souffre, il faut le soulager plutôt que de cesser de l'alimenter et hydrater pour le faire mour Lire la suite

Répondre
 
21.06.2014 à 15h54

« La décision du conseil d'état me paraît aujourd'hui raisonnable et elle doit être appliquée. Mais je pense que l'équipe médicale a commis au départ de cette affaire une faute impardonnable en "oubli Lire la suite

Répondre
 
21.06.2014 à 11h29

« En quoi un neveu est-il ayant droit de patient ? À moins qu'il ait été nommé personne de confiance je ne vois pas pourquoi il aurai son mot à dire, sinon demandons aussi à la concierge, aux collègue Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 2

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter