La loi de santé laisse les médecins libéraux sceptiques mais ouvre beaucoup d’espoirs aux patients

La loi de santé laisse les médecins libéraux sceptiques mais ouvre beaucoup d’espoirs aux patients

19.06.2014

S’ils se sont majoritairement exprimés contre la généralisation du tiers payant attendue en 2017, les syndicats de médecins libéraux ont également émis des réserves sur les orientations du projet de loi santé présentées ce jeudi par Marisol Touraine.

MG France est peut-être le plus mesuré. Le syndicat de généralistes salue des « avancées », et plus particulièrement l’instauration du médecin traitant de l’enfant (généraliste ou pédiatre) ou le numéro d’appel unique pour la permanence des soins ambulatoires dans chaque département. Il regrette cependant « l’absence de moyens » pour amorcer la « révolution du premier recours » voulue par le gouvernement.

Montagne ou souris ?

Pour le Syndicat des médecins libéraux, « la montagne a accouché d’une souris », car les grandes lignes de la loi n’apportent « aucune solution concrète aux maux qui affecte le système de santé ». Le syndicat déplore que le texte privilégie « l’hospitalocentrisme » et souligne l’absence de mesure spécifique à la prise en charge pluriprofessionnelle des patients.

« Encore une réforme ratée », s’emporte la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF). Hormis l’introduction de la prévention dans la politique de santé, le syndicat regrette que le gouvernement n’ait pas enclenché la réforme hospitalière. « Seule une restructuration profonde du système hospitalier peut permettre le retour d’un équilibre de ce secteur qui, pour l’instant, reste empêtré dans les déficits », affirme le syndicat.

La branche généraliste de la Confédération (UNOF-CSMF) voit dans la loi santé « l’épisode 2 de la loi HPST ». Il y retrouve tous les « ingrédients de la loi Bachelot qui avaient amené les médecins libéraux à se mobiliser : l’étatisation et la bureaucratisation ».

Une mesure inquiète spécifiquement les spécialistes des plateaux techniques du BLOC : le développement de la chirurgie ambulatoire qui aura selon eux des répercussions sur la responsabilité médicale des chirurgiens, obstétriciens et anesthésistes. Cette évolution ouvre selon eux « une brèche dans le droit médical relatif aux obligations de soins attentifs post-opératoires ».

Avant même la présentation des orientations du projet de loi, la Fédération des médecins de France s’était montrée très critique, dénonçant « une énième concertation jusqu’en 2015 autour du projet de loi santé ». « Il faut arrêter de gagner du temps et agir vite et fort », affirmait son président le Dr Jean-Paul Hamon.

L'Union française pour une médecine libre n'est pas plus tendre avec le projet du ministère de la Santé. Dans une vidéo publiée en ligne, le Dr Jérôme Marty, président de l'UFML, prend pour cible principale la généralisation du tiers payant et dénonce une tentative d'« enfumage » de Marisol Touraine

L’inquiétude des cliniques

Le collectif soins coordonnés, association qui fédère des représentants de 14 professions de santé, estime pour sa part que le projet de loi s’apparente à un « catalogue de mesures sans stratégie » : « La réduction des déficits attendra d’autres propositions. »

La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) s’interroge sur la place qui sera dévolue aux cliniques à l’avenir dans le système de santé et demande une « concertation réelle et sérieuse autour des mesures contenues dans le projet de loi de santé ». Les hôpitaux privés s’inquiètent tout particulièrement d’une « atteinte au libre choix des patients de leurs établissements de santé et médecins ».

Les usagers reconnus mais en attente de moyens

Le milieu associatif a accueilli plus favorablement l’annonce d’une meilleure représentation des usagers dans le système de santé, l’ouverture prochaine d’actions de groupe pour réunir en une seule et même procédure plusieurs demandes de réparation des patients, mais aussi l’important volet consacré à la prévention et à l’éducation thérapeutique.

Le collectif interassociatif sur la santé (CISS) espère que les bonnes intentions ministérielles se traduiront dans les faits. « Depuis la loi fondatrice du 4 mars 2002, les organisations d’usagers se sont trouvées, trop souvent, reléguées au rang de faire-valoir. » Le collectif met toutefois en garde : « Attention, si aucun fonds dédié ne vient appuyer ce rôle renforcé, ce sera toujours une démocratie sanitaire de pacotille. »

Aides salue la création des centres d’information et d’accompagnement en santé, « occasion historique de développer une offre en santé sexuelle adaptée aux populations les plus vulnérables au VIH, aux IST et aux hépatites ».

La Ligue contre le cancer applaudit le parcours éducatif en santé dès le plus jeune âge ou la mise en place d’un logo sur les produits alimentaires industriels prouvant leur qualité nutritionnelle. Mais l’association s’interroge sur l’absence totale d’annonces sur le programme national de réduction du tabagisme ou de la lutte contre l’alcool. « Les lobbys alcooliers ont-ils eu plus de poids que la santé publique ? », attaque la Ligue.

Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 19 Commentaires
 
19.07.2014 à 14h35

« Non non non assez de nous presser comme des citrons , pas de tiers payant , dans ce cas tous les généralistes de se déconventionner;;; »

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 10.07.2014 à 21h57

« C'est tout ce que nous méritons, car nous sommes incapables de dire non !
Au Portugual les médecins descendent dans la rue.
S'il s'agit de financer l'aide juridictionnelle en prélevant leurs revenu Lire la suite

Répondre
 
23.06.2014 à 23h56

« Les patients auront la médecine et les médecins qu'ils méritent.... personne ne leur montre le revers de la médaille.
c'est bien triste, tout cela mène à la fin de la médecine libérale. »

Répondre
 
22.06.2014 à 09h00

« Y'en a marre du CISS de ses bonnes intentions en appui du ministère. Les organisations d’usagers sont des pompes à fric comme d'autre, ET NE FONT D'AILLEURS PAS MIEUX. Souvent, une VÉRITABLE démoc Lire la suite

Répondre
 
22.06.2014 à 00h56

« Juste un tout petit commentaire: en Allemagne, les directeurs d'hôpitaux sont obligatoirement des médecins, en France ce sont des administratifs qui ne rêvent que de "bouffer du médecin".... »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 4

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 11

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter