L’Académie de médecine rend un avis moins tranché sur les anticoagulants oraux directs

L’Académie de médecine rend un avis moins tranché sur les anticoagulants oraux directs

13.06.2014
  • 1402652788529695_IMG_131698_HR.jpg

De nouvelles recommandations ne clarifient pas toujours les choses. Après l’ANSM et la HAS l’année écoulée, l’Académie de médecine vient de publier à son tour des recommandations sur les anticoagulants oraux directs (AOD), ou ex-« nouveaux anticoagulants oraux » (NACOs). Si l’institution tient un discours très proche des agences sanitaires, le ton est moins tranché... au risque de compromis parfois déstabilisants. Trois AOD sont arrivés sur le marché entre 2008 et 2013, deux anti-Xa, l’apixaban (Eliquis), le rivaroxaban (Xarelto) et un anti-thrombine, le dabigatran (Pradaxa).

Inciter à la prudence

Comme l’ANSM et la HAS, l’Académie reprend le terme « d’alternative aux AVK » pour qualifier le positionnement des AOD. Si la HAS s’était clairement exprimée en indiquant que « la prescription des AOD ne doit pas être privilégiée par rapport à celles des AVK », l’Académie est moins directive estimant que « les AOD doivent être considérés comme peu différents des AVK aussi bien en termes d’efficacité que de risque hémorragique ».

Les deux instances s’accordent sur le fait que, pour les AOD, il n’existe pour l’instant aucun moyen de mesurer en pratique courante le degré d’anticoagulation, que leur action est très sensible à l’oubli d’une prise et surtout qu’il n’existe pas d’antidote en cas de surdosage. Si pour la HAS « il n’existe aucun argument scientifique pour remplacer un traitement AVK efficace et bien toléré par un autre anticoagulant oral », l’Académie préfère en référer simplement à « la prudence ».

La HAS avait indiqué que le choix d’un traitement par AOD se ferait « au cas par cas», selon l’âge, le poids, la fonction rénale, l’observance et le souhait du patient. Tout en concédant que la prescription en première intention est licite, l’Académie a précisé l’indication « la plus pertinente » compte tenu du « recul encore insuffisant (...) en vie réelle ». Elle a repris pour cela les propositions de la HAS selon les mêmes termes : les patients prenant un traitement AVK, dont l’INR n’est pas maintenu dans la zone cible malgré une observance correcte ; les patients pour lesquels les AVK sont contre-indiqués ou mal tolérés ; les patients qui acceptent mal les contraintes liées à la surveillance de l’INR. En ajoutant un item un peu déconcertant sur « les patients qui s’avèrent incapables d’adapter convenablement leur posologie à l’INR ».

Dr I. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 8 Commentaires
 
14.06.2014 à 12h45

« Le lobby des labos a poussé à prescrire les NACO pour les 40 jours post PTH. On comprend éventuellement leur utilisation à long terme mais pour 40 jours post op ?!!!!
Et pourtant les commerciaux fo Lire la suite

Répondre
 
13.06.2014 à 20h32

« Assez d'accord. A considérer, la théorie c'est important, la vraie vie c'est très important. Médecin-cardio. »

Répondre
 
13.06.2014 à 19h36

« Demandez aux patients ce qu'ils pensent des INR tous les 15 jours, du régime sans choux-salade-tomate et de la liste infinie des interactions médicamenteuses...
C'est clair que les biologistes préfè Lire la suite

Répondre
 
14.06.2014 à 05h39

« Previscan : boite de 30 ... 3.85 €
sintrom : boite de 30 ........ 2.98 €
xarelto : boite de 30 ......... 75,78 €
pradaxa 110 / 150 boite de 30... 75.78
...... Sans commentaire , ne pas dire n'i Lire la suite

Répondre
 
14.06.2014 à 08h56

« Arrêtez ça, les biologistes n'attendent pas les INR pour vivre. Si vous faites contrôler vos INR tous les 15 j et portez des interdits alimentaires, commencez par réviser votre pratique. Coûts des A Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 13

Des files d'attente quatre jours par an pour prendre rendez-vousSous le feu des critiques, un ophtalmo gardois défend sa méthode Abonné

Le Dr Thierry Bangil, ophtalmologue à Pont-Saint-Esprit, organise une fois par trimestre une prise de rendez-vous pour le renouvellement de... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter