Médecin traitant de l’enfant : une mesure « clientéliste », selon le SML

Médecin traitant de l’enfant : une mesure « clientéliste », selon le SML

10.06.2014
  • 1402407488528796_IMG_131441_HR.jpg

Le Syndicat des médecins libéraux (SML) est hostile à la reconnaissance du médecin traitant pour les enfants de 0 à 16 ans, mesure prévue dans le projet de loi de santé publique qui sera présentée officiellement le 17 juin. Le SML s’oppose frontalement à MG France, qui réclame avec insistance l’inscription, au chapitre du premier recours, d’un médecin traitant pour les enfants, qui pourrait, à ce titre, bénéficier du forfait spécifique de 5 euros par an et par patient.

Au nom des principes fondamentaux de l’exercice libéral, notamment le principe du libre choix du médecin, le SML estime que la prise en charge en premier recours des enfants ne concerne pas seulement les généralistes ni les pédiatres, mais toutes les spécialités. Opposé à un « parcours de soins contraints », le SML rappelle qu’il revient aux parents de garantir la santé de leurs enfants jusqu’à leurs 16 ans, et aux médecins d’apporter une juste réponse à leurs jeunes patients.

Pour une consultation de prévention à 16 ans

L’instauration d’un tel parcours de soins est une « mesure clientéliste, qui serait source d’inégalité d’accès aux soins par l’augmentation du reste à charge si l’enfant consulte un médecin en dehors », dénonce le SML.

Bien rempli, le carnet de santé « permet déjà un suivi conjoint entre les différents intervenants », argumente le Syndicat des médecins libéraux. Et de suggérer l’ouverture d’une réflexion sur les moyens à donner pour instaurer, au-delà de ce carnet de santé, un temps d’échange pour les professionnels.

Le SML propose la mise en place d’une consultation longue de prévention à partir de l’âge de 16 ans, lors du choix du médecin traitant. Cette consultation serait l’occasion d’insister sur la prévention primaire, la lutte contre les addictions, et de faire œuvre de pédagogie sur le système de soin français.

Cette consultation pourrait aboutir à la création d’un dossier informatisé simplifié, destiné à un suivi de santé publique, « un véritable passeport de prévention ».

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
11.06.2014 à 14h01

« Clientélisme : c'est clair. En plus, regain de paperasse, et risque de ne pas être correctement payé pour les gamins en tiers payant (ou alors il faudra vérifier à chaque fois qu'on est le >MT, surt Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L’Allemagne autorise la prescription et le remboursement du cannabis à des fins médicales

cannabis

Les députés allemands ont donné leur feu vert, ce jeudi, à la prescription médicale du cannabis, mais aussi à sa délivrance en pharmacie et... Commenter

L'équipe santé de Fillon consulte les médecins et promet de supprimer le TPG obligatoire

Fillon

François Fillon prend activement le pouls de la profession. Son équipe santé a rencontré les 18 et 19 janvier les leaders des principaux... Commenter

Primaire à gauche : le comparatif des programmes

Primaire à gauche : le comparatif des programmes-0

Liberté d'installation, secteur II, déserts médicaux, santé publique, politique hospitalière...  « Le Quotidien » a décortiqué les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter