La Wolbachia, le talon d’Achille de l’Anophèle, vecteur du paludisme

La Wolbachia, le talon d’Achille de l’Anophèle, vecteur du paludisme

10.06.2014
  • 1402405532528619_IMG_131401_HR.jpg

Pour la première fois, des chercheurs viennent d’obtenir des preuves expérimentales d’une infection naturelle par des bactéries du genre wolbachia de spécimens sauvages d’Anopheles gambiae, un des principaux vecteurs du paludisme. Les Wolbachia font donc figure de moyen potentiel pour agir sur les populations d’anophèles, et ainsi réduire le risque de transmission du paludisme. Ces travaux, parus dans Nature Communications, sont le fruit d’une collaboration entre plusieurs équipes de l’université de Harvard, de l’Institut de biologie moléculaire et cellulaire (CNRS) et de l’université de Pérouse. Des études précédentes, réalisées en laboratoire, avaient montré qu’une infection par ce type de bactérie réduisait les capacités de reproduction et l’immunité des anophèles. En revanche, on ne savait pas si une infection bactérienne pouvait survenir dans le milieu sauvage. Pour les auteurs, ces nouvelles données sont d’autant plus importantes que les tentatives de contrôle du vecteur par le biais d’insecticides se heurtent de plus en plus à l’apparition de résistance chez les insectes. En outre, il existe des exemples réussis d’utilisation des Wolbachia contre les populations sauvages d’Aedes aegypti, responsables de la transmission de la dengue et de la fièvre jaune.

Une nouvelle souche de bactéries

La preuve finale a été apportée par le séquençage des ARN composant les sous-unités 16S des ribosomes retrouvés dans des moustiques collectés autour de trois villages burkinabés. Les chercheurs ont trouvé des sous-unités 16S spécifiques aux Wolbachia dans 11 des 43 sites de collecte, et précisent également avoir identifié au moins deux souches différentes de Wolbachia. Selon un séquençage complet du génome de bactéries issues de deux sites, au moins une de ces deux souches appartenait à un groupe phylogénétique qui n’avait pas encore été identifié et qui pourrait donc être spécifique aux anophèles.

Transmission maternelle

Une dernière question restait en suspens : comment ces bactéries se transmettaient-elles ? En collectant de nouveaux anophèles femelles depuis un des sites positifs au Wolbachia au cours d’une période de ponte, les chercheurs ont constaté que 68 % de la progéniture était infectée par la même souche bactérienne que leurs mères. Il s’agit donc bien, comme chez les autres espèces d’insectes victimes de ces bactéries, d’une transmission verticale : de la mère aux descendants.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le programme santé de Fillon trouble (aussi) Les Républicains

Fillon

Y a-t-il quelque chose qui cloche dans le programme santé de François Fillon ? Ses très proches jurent que non mais, au sein des... 6

Bisphénol A, PCB... les femmes enceintes très exposées en France

femme enceinte exposition perturbateur endocrinien

Plus de 70 % de taux d'exposition au bisphénol A, 99,6 % d'exposition à au moins un phtalate, 100 % d'exposition aux pyréthrinoïdes... les... Commenter

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?

Touraine veut-elle imposer un proche à la direction de Gustave-Roussy ?-1

Un membre du cabinet de la ministre de la santé Marisol Touraine est pressenti au poste de directeur général adjoint du prestigieux centre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter