Maladie coronaire : des cibles thérapeutiques plus fiables identifiées par la génétique

Maladie coronaire : des cibles thérapeutiques plus fiables identifiées par la génétique

05.06.2014

La génétique humaine offre la possibilité d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques plus fiables pour la maladie coronaire, ce qui devrait redynamiser le développement pharmacologique.

« Il y a eu des échecs flagrants dans le développement de nouveaux médicaments pour la maladie coronaire dus au manque d’efficacité. Il faut que nous ayons plus confiance dans les nouvelles cibles thérapeutiques pour la maladie cardiovasculaire, et la génétique humaine pourrait procurer cette assurance », explique au « Quotidien » le Dr Daniel Rader (Université de Pennsylvanie à Philadelphie).

Un exemple remarquable d’une cible identifiée par la génétique humaine est la protéine PCSK9 (protein convertase subtilisin/kexin type 9). Il a maintenant été prouvé que les inhibiteurs de PCSK9 abaissent bien le taux des LDL, et les résultats des études évaluant leur efficacité sur le risque coronarien sont attendus d’ici 2 à 3 ans. À l’inverse, si l’on considère les échecs du varespladib (inhibiteur du sPLA2 ou secreted phospholipase A2) et du darapladib (inhibiteur de la Lp-PLA2 ou lipoprotein-associated phospholipase A2), il est intéressant de noter que les données génétiques ne plaidaient pas en faveur d’une association avec la maladie coronaire. La génétique a permis d’identifier d’autres cibles prometteuses, telles que l’ApoC3, l’ADAMTS7 et le cGC.

ApoC3 et ADAMTS7

Ainsi un variant « perte de fonction » de l’ApoC3 est associé à un taux réduit de triglycérides (biomarqueur circulant) ainsi qu’a une réduction de l’athérosclérose coronarienne, ce qui plaide pour évaluer des inhibiteurs d’ApoC3.

Des variants communs « perte de fonction » du gène ADAMTS7 (codant pour une métalloprotéinase matricielle des vaisseaux) ont été associés à une protection contre la maladie coronaire, et la prochaine question sera de savoir si une réduction de l’activité de cette enzyme pourrait offrir une protection.

Des mutations rares entraînant une perte de fonction du gène codant pour la protéine cGC (soluble guanylyl cyclase) ont été associées dans une famille à une maladie coronaire précoce. Ceci suggère que des activateurs de la cGC pourraient réduire le risque coronaire chez l’homme, comme cela a été montré chez la souris. Une approche inhibant l’ApoC3 et des activateurs de la cGC est déjà en développement clinique.

Science Translational Medicine, 4 juin 2014, Daniel Rader

Dr Véronique Nguyen
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
06.06.2014 à 09h35

« On va pouvoir bientôt identifier le gène du doigt qui appuie sur la gâchette ! les inhibiteurs sont à l'étude...
merci la médecine de pointe !

DR FOLAMOUR »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manuel Valls : « La généralisation du tiers payant chez le médecin est indispensable »

valls

L'ancien Premier ministre assume : candidat à la primaire à gauche, il juge nécessaire de repenser les règles d'installation, veut... 64

Gare au risque cardiovasculaire pendant la vague de froid, prévient la Fédération française de cardiologie

froid

Alors que la vague de froid s'étend ce mercredi à la quasi-totalité de la France, les appels à la vigilance se multiplient. La Fédération... 3

Primaire à gauche : le comparatif des programmes

Primaire à gauche : le comparatif des programmes-0

Liberté d'installation, secteur II, déserts médicaux, santé publique, politique hospitalière...  « Le Quotidien » a décortiqué les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter