L’« Obama car » débarque en France

L’« Obama car » débarque en France

05.06.2014
  • 1401973411527803_IMG_131155_HR.jpg

Dernière étape de la tournée européenne de Barack Obama, la France et les plages de Normandie, où se tiennent, demain, les commémorations du 70e anniversaire du débarquement allié. Sécurité oblige, rien n’est détaillé sur le parcours du président américain entre Paris et la Normandie. Mais Obama ne se déplace jamais seul.

Surnommée « La Bête », la Cadillac qui véhicule le président Barack Obama dans tous ses déplacements routiers, y compris à l’étranger, n’a rien d’une voiture ordinaire – elle est équipée pour parer au pire.

Et c’est bien normal au vu de l’histoire américaine marquée par les assassinats de quatre présidents, Abraham Lincoln, James Abram Garfield, William McKinley et John F. Kennedy alors qu’il paradait dans une Lincoln décapotée à Dallas.

La « Bête » noire qui existe en une douzaine de répliques, est entièrement blindée, par une carapace de 20 cm d’épaisseur (acier, aluminium, titane, céramique) capable de stopper un dispositif explosif improvisé, et des vitres qui ne s’ouvrent pas hormis celle du chauffeur (spécialement entraîné par la CIA), très épaisses, qui rendent les portières si lourdes qu’il est presque impossible pour le président de les ouvrir de l’intérieur : elles pèsent autant que les portières d’un avion de ligne.

Des bouteilles d’oxygène et des poches de sang

« Cadillac One », comme elle est plus formellement appelée, est équipée de caméras de vision de nuit et scellée contre toute attaque biochimique éventuelle. Même si ses caractéristiques sont classées secret défense, on sait qu’elle contient des bouteilles d’oxygène placées sous les sièges et un équipement médical d’urgence, incluant des poches de sang correspondant au groupe sanguin d’Obama, dans l’éventualité où l’ambulance accompagnatrice serait coupée du convoi présidentiel.

Sous cet angle, bien sûr « Air Force One » fait plus fort, avec un médecin à disposition sur chaque vol prêt à s’occuper du président s’il devait y avoir une urgence et une salle médicale pouvant se transformer en bloc opératoire.

Dr Véronique Nguyen
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
06.06.2014 à 04h02

« "PARANO" quand tu nous tiens ! »
JFK a prononcé la même phrase quand Jackie lui a suggéré de refermer la capote... »

Répondre
 
05.06.2014 à 16h23

« "PARANO" quand tu nous tiens ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Antibiorésistance : l'OMS publie la liste des bactéries pour lesquelles la recherche de nouveaux antibiotiques est prioritaire

OMS

Pour mieux lutter contre l'antibiorésistance, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publie ce lundi une liste des bactéries résistantes... Commenter

Place des cliniques dans la présidentielle : la FHP délivre ses bons et mauvais points

fhp

Attentive à la tournure de la campagne électorale où la santé et la protection sociale tiennent une bonne place, la Fédération de... Commenter

La société Ophta City condamnée à 30 000 euros d'amende pour exercice illégal de la médecine

Poursuivie par l'Ordre des médecins, l'ARS des Hauts-de-France, la caisse primaire d'assurance-maladie du Nord et par le Syndicat national... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter