Pénaliser les médecins qui ne prescrivent pas assez de génériques : le projet du GEMME ulcère la CSMF

Pénaliser les médecins qui ne prescrivent pas assez de génériques : le projet du GEMME ulcère la CSMF

12.05.2014
  • 1399897705521421_IMG_129378_HR.jpg

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) n’a pas goûté la dernière idée du patron du GEMME. Dans une interview au « Quotidien du Pharmacien », Pascal Brière, président de l’instance qui défend les intérêts des industriels du générique, fait une proposition choc. Afin d’encourager le développement du générique en France, il suggère de pénaliser financièrement les médecins qui n’atteindraient pas un objectif de substitution.

« Le vrai problème à régler est la sous-utilisation du générique au niveau de la prescription, attaque Pascal Brière. [...] On peut lancer tous les génériques du monde, si les médecins continuent de prescrire massivement certains princeps, [...] tous des efforts seront réduits à néant. »

Pascal Brière estime que 2 milliards d’euros d’économies supplémentaires pourraient être réalisés chaque année en France en combinant les objectifs de substitution des pharmaciens à un objectif des prescriptions des médecins. « Il faut s’inspirer de l’exemple allemand où les médecins se voient proposer des objectifs comparables à ceux des pharmaciens français en matière de substitution, déclare le président du GEMME. [...] S’ils sont au-dessous de ces objectifs de prescription, ils ont une pénalisation financière. »

Médecins, pas commerciaux

La CSMF estime que le président du GEMME a « outrepassé son rôle » en s’immisçant dans la prescription des praticiens. « Les industriels du générique n’ont aucune consigne ni pression à exercer sur les médecins », affirme la Confédération, qui rappelle que leur prescription demeure « libre et indépendante ». « Il appartient à chaque médecin de choisir en fonction du cas de son patient, dans l’unique intérêt de celui-ci, les produits qu’il lui prescrit. Ceci n’est évidemment pas l’affaire des fabricants de ces produits. »

Le syndicat ajoute qu’il revient en revanche aux industriels de mettre à disposition des patients les produits et d’éviter les ruptures d’approvisionnement. « Les médecins libéraux ne sont pas les commerciaux des industriels du GEMME, pas plus qu’ils ne sont ceux des autres producteurs de médicaments », conclut la CSMF, qui demande d’exclure le président du GEMME de « toute discussion concernant l’évolution du médicament ».

Il y a quelques jours, l'Union française pour une médecine libre (UFML) s'était déjà élevée contre « cette volonté d'agir sur les pratiques et les prescriptions médicales » : « Les médecins ne sont pas au service des industriels fabricants de médicaments génériques et certainement pas des outils de prescription qui assurent leur fond de roulement économique. » 

L'organisation a demandé que soit réaffirmée « la nécessaire indépendance des médecins vis-à-vis de l'industrie pharmaceutique. »

 

 

Ch. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 56 Commentaires
 
14.05.2014 à 20h42

« Il n y a qu a rendre obligatoire la prescription en DCI : on ne perdra alors plus notre temps avec des stupidités ... »

Répondre
 
13.05.2014 à 19h54

« Solution simple : fixation d'un prix identique pour le princeps et le générique. Qui fixe le prix des médicaments ( l'état ). Qui a intérêt à entretenir cette confusion ( les labos ). Qui change sys Lire la suite

Répondre
 
14.05.2014 à 10h55

« TOP +1000 »

Répondre
 
13.05.2014 à 19h37

« Si les génériques étaient peu ou moins efficaces il y aurait une dégradation visible de l'état de santé des patients. Nous n'avons pas constaté de drame sanitaire avec les génériques. Ne sommes nous Lire la suite

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 13.05.2014 à 14h12

« Ah, le bon vieux temps où le potard était un bon copain du toubib! Mais c'est révolu, l'être humain se recroqueville dans sa tour d'ivoire et on lit ces propos scandaleux... Je dirais, moi, qu'on de Lire la suite

Répondre
 
13.05.2014 à 13h09

« Moi je dis qu'ils devraient même faire les consultations à notre place, hein... responsabilités et embêtements compris... »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter