La justice refuse pour la première fois l’adoption d’un enfant conçu par AMP à l’étranger

La justice refuse pour la première fois l’adoption d’un enfant conçu par AMP à l’étranger

02.05.2014
  • 1399034965519564_IMG_128880_HR.jpg

Le tribunal de grande instance de Versailles a refusé, par un jugement rendu le mardi 29 avril, l’adoption de l’enfant du conjoint dans une famille homoparentale, au motif que cet enfant a été conçu dans le cadre d’une assistance médicale à la procréation (AMP) à l’étranger.

Ce tribunal a estimé « que le procédé qui consiste à bénéficier à l’étranger d’une assistance médicale à la procréation interdite en France, puis à demander l’adoption de l’enfant, conçu conformément à la loi étrangère mais en violation de la loi française, constitue une fraude à celle-ci et interdit donc l’adoption de l’enfant illégalement conçu ». Et de rappeler la décision du Conseil constitutionnel du 17 mai 2013 qui souligne que l’AMP n’est pas ouverte aux couples de femmes en France.

Selon l’avocate Caroline Mecary, « deux couples de femmes » ont demandé au TGI de Versailles l’adoption par leurs épouses respectives de leurs enfants nés par PMA à l’étranger, une procédure que devait autoriser la loi sur le mariage pour tous de mai 2013. « J’ai plusieurs décisions rendues favorables sur des situations absolument comparables », a-t-elle assuré. Les deux couples feront appel.

« Versailles est connu pour être un tribunal conservateur. Il a choisi une interprétation extrêmement restrictive de la loi », analyse Me Mecary.

Failles législatives

« Les évolutions législatives de 2013 sont insuffisantes. Ce jugement démontre, de manière criante et violente, l’inégalité qui persiste entre les enfants des familles homoparentales et les enfants des familles hétéroparentales », réagit l’association Enfants d’arc en ciel. Pour Homosexualités et socialisme, ce jugement confirme la « crainte que la loi Taubira soumette les familles homoparentales au bon vouloir arbitraire des juges, et, en l’espèce, à leurs arguments farfelus ».

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a réaffirmé la semaine dernière que l’assistance médicale à la procréation pour les couples de femmes homosexuelles « n’est pas à l’ordre du jour » alors que la loi sur la famille a été reportée sine die en février. Les associations avaient dénoncé « la reculade » du gouvernement.

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les dépassements rétablis à l'hôpital, une « insulte à la démocratie » selon les usagers

depassement

Le Collectif interassociatif sur la santé (CISS, usagers) s'offusque de la récente ordonnance rétablissant officiellement les dépassements... 9

Les consultations avancées de médecine générale par les hôpitaux ulcèrent la FMF

fmf

L'organisation par certains hôpitaux de consultations de médecine générale hors les murs de l'établissement, comme à Maubeuge (Nord), fait... 3

Gare au risque cardiovasculaire pendant la vague de froid, prévient la Fédération française de cardiologie

froid

Alors que la vague de froid s'étend ce mercredi à la quasi-totalité de la France, les appels à la vigilance se multiplient. La Fédération... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter