Un rapport confirme que l’exposition à la pyridostigmine est la cause du syndrome de la guerre du Golfe

Un rapport confirme que l’exposition à la pyridostigmine est la cause du syndrome de la guerre du Golfe

30.04.2014
  • 1398845673518987_IMG_128753_HR.jpg

Un rapport du Comité consultatif de recherche sur les maladies des vétérans de la guerre du Golfe (Research Advisory Committee on Gulf War Veterans’Illnesses) publié ce lundi 28 avril confirme que les symptômes présentés par les anciens combattants du conflit irakien ont bien pour origine une exposition aux substances chimiques. Le rapport, le deuxième après celui de 2008 qui avait conclu que les troubles décrits dans le syndrome de la guerre du Golfe correspondaient bien à une pathologie bien réelle, fait le bilan des derrières connaissances épidémiologiques, les investigations étiologiques, la physiopathologie mais aussi la recherche thérapeutique sur le sujet.

Jusqu’à 250 000 soldats concernés

Les conclusions confortent celles de 2008 selon lesquelles 25 à 30 % des soldats engagés sur le théâtre des opérations ont pu être touchés soit 170 000 à 250 000 des 700 000 Américains déployés en Irak.

En plus des symptômes décrits dans le syndrome du Golfe (douleurs diffuses, céphalées, troubles de la mémoire et troubles cognitifs, fatigue, difficultés respiratoires, symptômes gastro-intestinaux et anomalies cutanées), d’autres pathologies ont été décrites telles que les tumeurs cérébrales conduisant à une mortalité prématurée chez ceux qui ont été exposés à des gaz neurotoxiques après l’explosion d’un dépôt d’armes de Khamisiyah en Irak ou chez ceux exposés aux fumées toxiques provenant des puits de pétrole incendiés. Des études ont également montré une augmentation de la prévalence de la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Du point de vue psychiatrique, il a été observé une fréquence plus élevée de stress post-traumatique, de troubles anxieux, de dépression et d’addictions à l’alcool mais ces pathologies ne sont observées que chez moins de 10 % des participants au conflit de 1990-1991 et diffèrent cliniquement des symptômes du syndrome de la guerre du Golfe.

Pesticides et bromure de pyridostigmine

La cause du syndrome n’est donc pas psychologique. En revanche, l’exposition aux pesticides et au bromure de pyridostigmine trouvé dans les comprimés prescrits aux soldats pour les protéger des gaz de combat. Les soldats ont également été exposés à d’autres gaz neurotoxiques comme le sarin et le cyclosarin à l’origine de troubles cognitifs visibles sur les images IRM. En revanche, l’association entre syndrome de la guerre du Golfe et vaccins ou entre le syndrome et une exposition à de l’uranium appauvri n’a pas été établie.

Quant à la recherche thérapeutique, « les premiers résultats sont encourageants », soulignent les experts.

La recherche se poursuit pour identifier d’autres marqueurs de la maladie en dehors de l’imagerie (IRM, PET scan) et des tests de mémoire.

Dans son rapport, le Comité fait un certain nombre de recommandations pour une meilleure caractérisation du syndrome mais aussi en faveur de la recherche. Il regrette notamment le manque d’étude sur les autres maladies qui peuvent toucher les vétérans de la guerre du Golfe comme la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson ou certains cancers.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Le Dr Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme

Cahuzac

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait des comptes cachés à l'étranger, a été condamné jeudi à Paris à trois ans de prison... 9

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 3

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter