Lien d’intérêts : après l’affaire Morelle, des médecins veulent réécrire le « Sunshine Act »

Lien d’intérêts : après l’affaire Morelle, des médecins veulent réécrire le « Sunshine Act »

25.04.2014
  • 1398436766518285_IMG_128551_HR.jpg

L’Union française pour une médecine libre (UFML), le Syndicat national des jeunes médecins généralistes (SNJMG) et l’association Formindep demandent au législateur de mettre en place les conditions d’une vraie transparence sur les relations entre les laboratoires pharmaceutiques et les professionnels de santé.

Ces organisations dénoncent les insuffisances du « Sunshine Act à la française » mis en place en 2013.

Influences mercantiles

L’UFML et le SNJMG rappellent qu’Aquilino Morelle, qui a démissionné le 18 avril de son poste de conseiller à l’Élysée après la révélation par Mediapart de ses liens d’intérêt avec un laboratoire pharmaceutique, a été l’un des principaux rédacteurs du décret du 22 mai 2013 mettant en place le « Sunshine Act ». Or, ce texte organise, selon eux, une transparence en trompe-l’œil en ne mentionnant pas les informations relatives aux conventions conclues entre laboratoires et professionnels de santé.

Le SNJMG invite « solennellement » les pouvoirs publics à « tout mettre en œuvre pour protéger la santé des Français des influences mercantiles ». Pour sa part, l’UFML demande la réécriture des textes en vigueur, « afin que nul ne puisse échapper à la déclaration de ses conflits d’intérêt, surtout lorsque ceux-ci sont majeurs ».

Un projet de décret contesté

De son côté, le Formindep s’émeut d’un projet de décret qui accorderait des délais importants aux laboratoires pour mettre en ligne des informations relatives aux liens d’intérêt avec des professionnels.

Le Formindep et l’Ordre des médecins ont déposé un recours devant le Conseil d’État contre le décret du 22 mai 2013. La procédure est en cours.

H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
28.04.2014 à 10h00

« Il n'y a pas que l'industrie pharmaceutique ! Les assurances et mutuelles dans leur liens avec les professions libérales doivent être tout aussi concernées. Les scandales à venir le démontreront. »

Répondre
 
27.04.2014 à 16h57

« S'il y a des corrompus, c'est qu'il y a des corrupteurs. De même que s'il y a des drogués, c'est qu'il y a des dealers.
La croyance en la concurrence libre et non-faussée est aussi crédible que cell Lire la suite

Répondre
 
27.04.2014 à 13h15

« Pour être plus exact, l'existence d'une convention avec un professionnel de santé doit être faites sous 15 jours sur le site national prévu à cet effet. »

Répondre
 
26.04.2014 à 13h20

« La corruption modèle Cahuzac ou Morelle relève des tribunaux et on remarque que l'action judiciaire est très lente. Mais ce n'est rien à côté du népotisme massif de la nomination des PU-PH. Qui sait Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À la faculté de médecine Saint-Antoine, des vidéos pour sensibiliser les futurs médecins à l'empathie

saint antoine

Mettre en scène les consultations chez un généraliste pour sensibiliser les futurs praticiens à la relation médecin-patient, c'est... Commenter

Cancer du sein : l'INCa et l'ANSM recommandent d'éviter le docétaxel

inca

Dans le prolongement du courrier qui a été adressé aux oncologues le 15 février 2017 l’agence nationale de sécurité du médicament et des... 2

Accès aux soins, reste à charge : un think tank réclame l'extension des réseaux de soins

réseaux de soins

La fondation Concorde jette un pavé dans la mare de l'Assurance-maladie en réclamant dans une note récente le développement des réseaux de... 14

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter