Compte secret, liens avec les labos, le Dr Cahuzac confie ses remords à Vanity Fair

Compte secret, liens avec les labos, le Dr Cahuzac confie ses remords à Vanity Fair

23.04.2014
  • 1398269669517563_IMG_128359_HR.jpg

Un an après ses aveux sur l’existence d’un compte bancaire caché, le Dr Jérôme Cahuzac raconte pour la première fois dans l’édition de mai du magazine « Vanity Fair » l’histoire du mensonge qui l’a conduit au ban de la société.

Quelle est sa réaction lorsqu’il apprend qu’un journaliste de Médiapart a connaissance de l’existence de son compte caché ? « Je suis stupéfait, raconte le chirurgien. Je sais ce qu’il en est mais je ne vois pas ce qui permet à un journaliste de suspecter que j’ai un compte. J’ai toujours été extrêmement prudent. [… ] Ils ne peuvent avoir aucune preuve. Je me dis que c’est du bluff. »

Suit la publication en ligne de l’article accusateur de Mediapart. Jérôme Cahuzac nie tout en bloc. Ses amis le soutiennent. Il ne peut plus reculer. « Je n’ai pas eu d’autre choix que de mentir à mes amis, explique-t-il à Vanity Fair. Leur dire la vérité, c’était les placer face à une alternative insupportable : soit ils se taisaient et je faisais d’eux mes complices, soit ils me dénonçaient et notre amitié était détruite. Dans tous les cas je les perdais. »

« Trop de force dans mes dénégations »

Le médecin évoque un regret : « Si un seul d’entre eux m’avait demandé, les yeux dans les yeux : " Jérôme, qu’y a-t-il de vrai dans tout ça ? " Je crois que j’aurais pris mon courage à deux mains et que j’aurais tout dit. Mais ils ne m’ont rien, demandé. Pour eux, j’étais au dessus de ça et j’ai mis trop de force dans mes dénégations. »

Il évoque son mensonge devant les députés à l’Assemblée nationale. Un moment de désolation pour lui. « Je lis dans les yeux des autres que j’ai franchi l’obstacle mais en réalité, je suis dévasté. » Il se souvient du moment où il croise le regard du président de l’Assemblée, Claude Bartolone : « J’étais le seul à savoir que ce que j’avais fait était abominable. J’ai atteint un point de non-retour. Désormais, je suis vissé à mon mensonge. »

Le Dr Cahuzac raconte également ses années fastes, du temps où il était consultant auprès des laboratoires pharmaceutiques et à la tête d’une clinique spécialisée dans les implants capillaires. Dans les années 90, le médecin gagne beaucoup d’argent, notamment grâce aux clients de sa clinique qui le paient en espèce.

« Je ne savais pas quoi faire de cet argent », confie-t-il au magazine. Il ouvre un compte en Suisse pensant être « tranquille ». Il reconnaît alors avoir été « complètement inconscient ». Deux versements pour un montant de plus de 1,3 million de francs proviennent de l’industrie pharmaceutique.

La crainte des rumeurs

Pourquoi avoir dissimulé ces revenus s’ils n’avaient rien d’illicites ? Pour ne pas qu’ils passent pour une «  contrepartie de services rendus », lorsque Jérôme Cahuzac travaillait au ministère de la Santé auprès de Claude Évin.

Et pourquoi, durant toutes ces années, n’a-t-il pas fermé ce compte secret ? « À chaque fois, je me suis heurté au même obstacle : la rupture de l’anonymat », explique le médecin qui a entre-temps entamé une nouvelle carrière politique en se faisant élire député en 1997 et en briguant la mairie de Villeneuve-sur-Lot. « L’existence du compte est devenue un boulet. » Le Dr Cahuzac n’en a pas fini avec lui puisqu’il doit encore expliquer aux deux juges d’instruction, qui l’ont mis en examen, l’origine des fonds qui y ont été versés.

S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 14 Commentaires
 
24.04.2014 à 19h57

« Il est indigne d’être médecin. Ce n'est qu'un politicien cynique et hypocrite, un délinquant de plus .Je crois qu'il mérite la légion d'honneur ! D'ailleurs il me paraît capable de la demander. »

Répondre
 
24.04.2014 à 16h10

« Et un autre médecin, énarque, et cetera et conseiller (démissionnaire) du président de la République française est sur le devant de la scène pour présomptions de conflits d'intérêts... Aïe, aïe, aïe Lire la suite

Répondre
 
24.04.2014 à 09h57

« Le travail de communication des plus riches et des mieux connectés des délinquants en col blanc est impressionnant et le Dr Cahuzac- défendu notamment par Me Jean Veil et s'offrant en plus les servi Lire la suite

Répondre
 
24.04.2014 à 08h03

« Et il explique dans ce même article que l'argent ne l'interesse pas ; or il passe de secteur 2 en secteur 1 lorsqu'il laisse tomber la chirurgie ... Même dans ces psudos aveux ce menteur pathologiqu Lire la suite

Répondre
 
24.04.2014 à 07h13

« Et il continue à mentir ! Et à prétendre que l'argent déposé en Suisse provient de versements en liquide de patients et non de dessous de table de labos ? Qui protège-t-il? On attend en tout cas les Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le Dr Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme

Cahuzac

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait des comptes cachés à l'étranger, a été condamné jeudi à Paris à trois ans de prison... 7

L'espérance de vie en recul en 2015 aux États-Unis, selon les CDC

Longévité

L'espérance de vie des Américains a reculé en 2015, une première depuis 1993 selon un rapport des autorités sanitaires américaines. Un... Commenter

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter