Fichier nominatif à l’hôpital Pompidou : Martin Hirsch tente de calmer le jeu, les médecins restent crispés

Fichier nominatif à l’hôpital Pompidou : Martin Hirsch tente de calmer le jeu, les médecins restent crispés

16.04.2014
  • 1397661365515881_IMG_127881_HR.jpg

La communauté médicale parisienne est en émoi, depuis qu’a été révélée l’existence d’un fichier secret recensant l’activité des chirurgiens à l’hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP). Le directeur général de l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) s’est fendu d’un courrier à l’ensemble du personnel, pour désamorcer le conflit et apporter son soutien à la directrice l’HEGP.

Martin Hirsch dénonce tout à la fois les « tentatives de déstabilisation » de l’HEGP, les « mises en cause personnelles et offensantes » visant la directrice de l’HEGP, le président de la CME et le doyen, et les « procédés inacceptables » comme le piratage de la messagerie de la directrice de Pompidou, Anne Costa.

Surveiller l’activité pour mieux réallouer les ressources

Sur le fond de l’affaire – l’existence d’un tel fichier nominatif est-elle légale ? –, Martin Hirsch indique qu’il a demandé à la direction juridique de l’AP-HP de vérifier que la loi « Informatique et liberté » a bien été respectée. En cas de non-conformité, le fichier sera régularisé, promet-il. « La connaissance fine de l’activité peut contribuer à améliorer de façon transparente l’allocation des ressources à l’hôpital », ajoute le DG.

« Il est inacceptable d’exploiter un document de travail, récupéré probablement de manière frauduleuse, pour alimenter des attaques personnelles déplacées », écrit encore Martin Hirsch, qui appelle le personnel à retrouver le « sens de l’intérêt général » pour que l’hôpital continue sa mission.

La directrice de l’HEGP a qualifié par mail certains chirurgiens de « faiblards », après avoir surligné leur nom d’une couleur jaune indiquant que leur activité n’était pas satisfaisante. Inacceptable, cela aussi ? Le DG de l’AP-HP se garde bien de tout commentaire à ce propos.

La Commission médicale d’établissement de Pompidou s’est réunie hier soir. La direction de l’hôpital a indiqué que les données nominatives ont été extraites à partir de fichiers déclarés à la CNIL (un logiciel de gestion de rendez-vous et un logiciel de gestion des dossiers patients). « Ces fichiers ne reflètent pas notre activité réelle. Pour beaucoup d’entre nous, les chiffres sont faux, gronde ce médecin. Et puis tout dépend de l’usage qu’on en fait ensuite. »

Le feu couve et les syndicats s’en mêlent

Six chirurgiens ont porté plainte au pénal. Leur avocat n’exclut pas de déposer une nouvelle plainte dans trois mois, avec constitution de partie civile cette fois, ce qui lui permettra d’accéder directement aux éléments de l’enquête.

Le syndicat des chirurgiens des hôpitaux de Paris a de son côté saisi la CNIL, qui a transféré le dossier au bureau des plaintes. Le syndicat a choisi un avocat spécialisé en droit de l’informatique pour défendre ses intérêts. Il songe à se porter partie civile pour soutenir les chirurgiens de l’HEGP ciblés par des commentaires peu élogieux. Alain Faye, secrétaire général du syndicat des chirurgiens de l’AP-HP, précise : « Des noms de confrères ont été surlignés en bleu, leur activité est soi-disant correcte, mais la directrice ajoute que tel ou tel ne réalise pas personnellement toutes les interventions. La directrice insinue qu’il y a des chirurgiens tricheurs. Si tel est le cas, cela ouvre une question médico-légale : qui rédige le compte-rendu opératoire ? Qui assume la responsabilité de l’opération ? Des groupes de patients pourraient s’alarmer de ce type de pratiques couvertes par l’administration. Cette histoire va aller très loin. »

L’intersyndicale des médecins de l’AP-HP, qui représente l’ensemble des praticiens des 37 hôpitaux, s’est réunie le 7 avril. Elle s’est également émue de la situation, et apporte son soutien aux chirurgiens qui ont saisi le procureur. « Nous savons ce que nous valons, c’est pourquoi nous sommes fortes têtes. Ce n’est pas à la direction qui ne connaît rien à la chirurgie et à la médecine de porter des jugements de valeur sur notre activité », s’enflamme un chirurgien.

Delphine Chardon
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 27 Commentaires
 
19.04.2014 à 23h12

« Profession observatrice amusée »

Répondre
 
18.04.2014 à 09h33

« La communauté des spécialistes libéraux de la capitale n'est pas du tout en émoi! Ce serait une vraie farce de leur demander de soutenir ceux de leurs confrères qui abusent du système au nom de appa Lire la suite

Répondre
 
17.04.2014 à 13h44

« Profession: jeunes médecins aspirant à une carrière hospitalière
Le problème n'est pas le taux horaire que tel ou tel médecin hospitalier effectue car cela est expertement difficile à évaluer. En ef Lire la suite

Répondre
 
17.04.2014 à 10h47

« Tout chef d'entreprise tient une comptabilité analytique et il n'est pas illégal de connaître l'activité des chirurgiens ce qui permet de mieux organiser leurs services. C'est comme le système de v Lire la suite

Répondre
 
19.04.2014 à 22h52

« Quand on est pharmacien, on ne s'occupe pas des affaires des médecins. »

Répondre
 
17.04.2014 à 10h15

« 1. L'activité médecin par médecin paraît logique dans le cadre d'une comptabilité analytique.
2. La comptabilité analytique est indispensable pour piloter un établissement.
3. Ensuite, tout dépend Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
sécurité

968 agressions déclarées en 2016 : année noire pour la sécurité des médecins

Le nombre de d'agressions de praticiens déclarées s'est envolé en 2016 pour atteindre un nombre record, selon un bilan de l'Observatoire de la sécurité des médecins publié en exclusivité par « le Quotidien ». Dans deux tiers des cas, les incidents concernent un généraliste. Les menaces verbales restent majoritaires mais les cas de vandalisme augmentent. 5

Baisses des forfaits techniques, suppression du modificateur ZLes radiologues en grève contre les coups de rabot tarifaire Abonné

La Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) appelle les spécialistes à une journée de grève nationale aujourd'hui pour refuser... Commenter

La surveillance active, une option viable dans les cancers de la prostate localisés

prostate

Deux études observationnelles publiées dans le « JAMA » dressent un tableau complet des effets secondaires associés aux différentes... 1

La CSMF réclame une loi de santé rectificative et détaille son projet politique

ortiz

À un mois du premier tour de la présidentielle, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) a placé le futur président de la Rép... 11

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter