Evzio, le traitement « grand public » de l’overdose aux États-Unis

Evzio, le traitement « grand public » de l’overdose aux États-Unis

15.04.2014
  • 1397579735515663_IMG_127825_HR.jpg

La Food and Drug Administration vient d’autoriser la mise à disposition d’Evzio, un dispositif auto-injectable contenant 0,4 mg de naloxone, disponible sur prescription, pour la prise en charge de l’overdose aux opiacés. Le traitement s’adresse aux professionnels mais aussi à l’entourage des toxicomanes. L’auto-injecteur tient dans la poche et s’utilise dans toutes les situations d’urgence où une overdose est suspectée. Le principe est le même que celui des auto-injecteurs contenant de l’épinéphrine pour les allergies.

Aux États-Unis, le Centre de traitement et de prévention des maladies (CDC, Atlanta) alerte régulièrement sur l’augmentation considérable des overdoses, notamment après le décès de l’acteur Philip Seymour Hoffman. En 2010, les overdoses après prescription d’opiacés ont été responsables de 16 651 décès et environ 3 000 décès ont été attribués à l’usage d’héroïne.

Sauver des vies

« Les overdoses et les décès résultent d’un mésusage des opioïdes obtenus soit sur prescription, soit de façon totalement illicite et ce phénomène devient un problème très préoccupant aux États-Unis », a déclaré Bob Rappaport (directeur de la division Anesthésie au sein de la FDA). Evzio est le premier dispositif destiné à délivrer une dose de naloxone en dehors des lieux de soin. Rendre ce dispositif disponible peut sauver des vies et faciliter la prise en charge dans les situations d’urgence. » Evzio s’injecte en intramusculaire ou en sous-cutané, par exemple, dans la face antérolatérale de la cuisse, même à travers les vêtements.

Le chlorhydrate de naloxone est un antagoniste pur, spécifique et compétitif des morphinomimétiques et des morphines endogènes. Il n’a pas d’activité pharmacologique propre, par contre, lorsqu’il est injecté à des

sujets ayant reçu des morphinomimétiques, il antagonise leurs effets : dépression respiratoire, somnolence, myosis, bradycardie, hypotension et également analgésie. Administré par voie intramusculaire ou sous-cutanée, son délai d’action est de 3 minutes.

Appeler les urgences

Son administration ne dispense pas d’appeler les services d’urgence, bien au contraire, il est clairement indiqué aux utilisateurs de contacter les urgences dès l’injection. Enfin, la FDA précise que son utilisation en dehors d’une situation d’overdose, entraînerait un syndrome de sevrage aux opiacés associant diarrhée, nausées, vomissements, tachycardie, hypertension artérielle, tremblements et risque d’arrêt cardiaque.

Dr Anne Teyssédou
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 17

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 12

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter