Plus de cuistot le week-end : les internes de Brest entament une grève des gardes

Plus de cuistot le week-end : les internes de Brest entament une grève des gardes

14.04.2014
  • BrestInternesGrèveCuistot

Les internes en médecine de Brest s’apprêtent ce 14 avril à déposer un préavis de grève, en fin de journée, pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail et d’accueil. « Nous entamerons, à compter du mardi 22 avril une grève illimitée des gardes et astreintes », confie au « Quotidien » Cédric Mou Chi Sanprésident des internats de Brest.

Après la suppression des deux postes de cuisiniers, le week-end, dans les internats de la Cavale blanche et du Morvan, les internes ont décidé, lors d’un vote à main levée, de manifester leur mécontentement. Ce midi, une centaine d’entre eux ont déjeuné dans le hall de l’hôpital.

« Nous travaillons beaucoup, en moyenne 60 heures par semaine et nous pouvons manger très tôt ou très tard, explique Cédric Mou Chi San. Or, le week-end, les internes n’ont plus à l’internat que des barquettes, préparées à la cuisine centrale, la nourriture est infecte. D’ailleurs, ils ne mangent plus sur place tellement c’est dégoûtant. »

Hôpital à la diète

Au CHU de Brest, on s’étonne de la réaction des internes, que l’on juge disproportionnée.

« La décision de supprimer la présence des deux postes à l’internat le week-end a été prise dans le cadre d’un plan de retour à l’équilibre, explique Gwendal Maringue, directeur des affaires médicales du CHU. Nous ne voulions pas monopoliser un cuisinier pour 10 personnes qui prenaient leur repas le dimanche ».

Dans un courrier adressé aux internes, le CHU souligne que « toutes les catégories de personnels de l’établissement sont concernées par le plan de retour à l’équilibre ».

Le CHU assure qu’il n’y pas de changement dans la qualité des plats servis. « Ils ont toujours été préparés à l’unité de production et réchauffés par les cuisiniers des internats », affirme Gwendal Maringue. Il ajoute que ces plats sont servis à l’ensemble des personnels du CHU. La direction ne voit d’ailleurs pas de la même façon que les internes le contenu de leurs plateaux-repas. « Je mange tous les midis à ce self et je ne suis pas mort, on y mange plutôt bien », souligne avec malice le directeur des affaires médicales.

Cette affaire illustre en filigranes, selon le responsable du CHU, la crainte des internes est de voir fermer leur internat. « Il n’en est absolument pas question », assure Gwendal Maringue.

Problématique nationale

Le dossier ne laisse pas insensible l’Intersyndicat national des internes (ISNI). Son président, Emanuel Loeb, a récemment assisté à une réunion au CHU de Brest. « La problématique de l’accueil en internat est nationale, affirme-t-il. Les CHU sont dans l’obligation de réduire leurs dépenses et leur masse salariale. Et ils ne voient dans l’internat qu’un poste de dépenses. Or, l’internat est aussi un lieu d’échanges et de communication entre professionnels. Il n’est pas rare que les internes se demandent entre eux s’ils ne peuvent pas avoir une consultation ou un examen complémentaire pour un patient. »

L’an dernier, les internes de Metz s’étaient mobilisés pour dénoncer leurs mauvaises conditions de logement et la nourriture insuffisante.

« Je ne comprends pas comment on peut regretter le manque d’attractivité de l’hôpital public et détériorer les conditions d’accueil à l’internat », conclut Emanuel Loeb.

Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 60 Commentaires
 
19.04.2014 à 14h40

« Manger à l'internat est convivial... Quand on a le temps d'y aller, quand à 14h, 15h ou 16h(pour déjeuner!) il reste quelque chose,
car nous on nous sert 2 grands plats en tout et pour tout et que Lire la suite

Répondre
 
18.04.2014 à 17h07

« La véritable économie est de supprimer les trois quarts de l'administration hospitalière; on pourra alors "déjeuner en paix...."

DR ERIC LASSEUR
Chirurgien des hôpitaux. »

Répondre
 
17.04.2014 à 09h02

« Bonjour. Que les internes se défendent avec le droit du travail puisqu'ils sont salariés, c'est-à-dire respect strict des 35 heures, quota d'heures supplémentaires limitées, respect du temps de paus Lire la suite

Répondre
 
15.04.2014 à 21h38

« La suppression du poste de cuisinier paraît financièrement justifié. On a connu pire problème que de devoir se réchauffer des barquettes pour le dîner. Qd on a la chance de prendre le temps de dîner Lire la suite

Répondre
 
15.04.2014 à 19h25

« Cette action pourrait prêter à sourire... Mais quand nous recevons un courrier d'un hôpital et que nous regardons la colonne de gauche nous nous apercevons qu'il y a une pléthore de cadres .. M Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter