Assurance-maladie, santé : l’ordonnance choc du MEDEF

Assurance-maladie, santé : l’ordonnance choc du MEDEF

09.04.2014

Le MEDEF ne s’était pas exprimé sur la santé depuis longtemps. Au moment où ce sujet revient au premier plan (stratégie nationale de santé, plan d’économies de 10 milliards d’euros pour l’assurance-maladie), les entreprises envoient un signal fort au gouvernement.

Dévoilée lors de la 1re rencontre des entreprises de santé, organisée ce mercredi à Paris en présence de nombreux experts et industriels, la contribution « santé » du MEDEF préconise un « programme pluriannuel de réformes structurelles » du système de soins conjuguant « efficience, innovation et responsabilité ». L’hôpital serait recentré sur les « cas lourds et complexes et les urgences avérées ». La médecine de ville, elle, serait « mieux structurée et coordonnée », en écho aux objectifs du gouvernement. Le MEDEF parie que, grâce aux gains de productivité et d’efficience, 15 à 20 milliards d’euros par an pourraient être économisés à l’horizon 2017 dans le champ de l’assurance-maladie, sous réserve de renforcer aussi la gouvernance du système.

Diminuer le nombre de lits

La seule réduction des capacités hospitalières publiques au profit d’une offre de premier recours plus lisible (rééquilibrage hôpital/ville) présente un potentiel de 7 à 10 milliards d’euros d’économies par an, selon le MEDEF. « Il conviendrait de nouer un pacte de confiance avec les acteurs hospitaliers (...) qui bénéficieraient en retour d’une partie des gains réalisés », précise la contribution. Au menu : développement massif de la prise en charge ambulatoire, réduction des surcapacités hospitalières (nombre de lits en soins aigus), réorganisation des urgences, multiplication des maisons de santé, réforme du réseau officinal des 22 000 pharmacies...

Parallèlement, le MEDEF juge que des marges d’efficience doivent être mobilisées (2 à 3 milliards d’euros ) dans le fonctionnement même et la gestion des hôpitaux (écart de productivité avec le privé, disparités des tarifs MCO...). Le MEDEF défend l’idée d’une « autonomie plus forte des hôpitaux » et d’un intéressement des gestionnaires et des équipes médico-administratives aux résultats. Le patronat met l’accent sur les projets performance assortis d’objectifs (achats, gestion des lits, factures...), la consolidation de la T2A, l’équité de traitement public/privé ou encore la simplification administrative.

En ville, la construction d’une médecine de parcours est plébiscitée, à condition de l’adosser à des « systèmes d’information modernes et interopérables » et à des nouvelles tarifications à la pathologie. Pour les patients les plus complexes, le MEDEF envisage la création de « gestionnaires de cas » assurant la coordination des professionnels et régulant les interventions. Les outils de maîtrise médicalisée doivent être renforcés et étendus aux prescripteurs hospitaliers (biologie, radiologie...), plaide le MEDEF.

Les patients, eux, seraient incités (via le remboursement) au strict respect des protocoles ou des parcours les plus efficients. Le régime des ALD serait géré de façon « plus dynamique ». Autre piste : un ticket modérateur d’ordre public (non remboursé ni par la CNAM, ni par les complémentaires) par acte et/ou par parcours de soins. Quant au tiers payant généralisé, les patrons y voient un « très mauvais signal »...

Panier de soins recentré

Le MEDEF ne se contente pas d’examiner l’efficience du système de santé. À moyen terme, le patronat défend une architecture de financement « compatible avec les exigences de compétitivité », en distinguant mieux ce qui relève de la solidarité, de la mutualisation et de la responsabilité individuelle. Écartant « le modèle étatique » (honni) mais aussi, faute de débat, « le modèle concurrentiel qui mérite un intérêt », le MEDEF prône un schéma « réaliste », prévoyant tout de même une diminution de 10 milliards d’euros de l’assurance-maladie obligatoire (transférés vers les complémentaires où l’effort individuel). Le panier de soins couvert par la solidarité nationale serait recentré sur les soins et services essentiels. Cette proposition se traduirait par une baisse parallèle des cotisations maladie.

En tout (mesures d’efficience et de financement), avance le MEDEF, c’est donc une réforme globale qui pourrait procurer une baisse de 25 à 30 milliards d’euros des dépenses d’assurance-maladie obligatoire. Sans diminuer la qualité des soins ?

Cyrille Dupuis
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 14 Commentaires
 
10.04.2014 à 18h01

« Alors là, BRAVO ! ! ! !
Que l'ambassadeur du MEDEF se ridiculise dans l'énumération scolaire et mimétique de "solutions" clefs en mains sorties tout droit des greniers de la rue de Ségur (dossier so Lire la suite

Répondre
 
T Médecin ou Interne 10.04.2014 à 01h21

« Si la médecine avec des médecins correspond à des malades ayant des maladies il est insupportable de continuer. Il faut donc passer à une médecine sans médecins et ainsi il n'y aura plus de maladie. Lire la suite

Répondre
 
10.04.2014 à 00h56

« La première "économie" concernant la SS et dont le MEDEF se garde bien de parler, serait le paiement des charges sociales dues depuis de nombreuses années par les patrons "voyous", du CAC 40 entre a Lire la suite

Répondre
 
09.04.2014 à 23h51

« L'organisation des soins est importante, mais avant tout c'est la compétence qui est gage d'économies. Il y eut une thèse du Dr Anne de Champaux il y a une 40aine d' années sur les erreurs de diagn Lire la suite

Répondre
 
10.04.2014 à 18h08

« S'il suffisait d'accumuler du savoir pour bien faire, il y a beau temps que la France serait guérie de tous ses maux sanitaires et sociaux; et cela est vrai pour tous domaines, y compris politique . Lire la suite

Répondre
 
09.04.2014 à 22h38

« Et rien sur notre facture pharmaceutique nationale de 34 Md €, de loin la plus élevée d'Europe alors qu'on peut y réaliser les 10 Md d'économie annoncés, par une diminution des prix et une meilleur Lire la suite

Répondre
 
10.04.2014 à 12h54

« Bonne remarque ! »

Répondre
 
10.04.2014 à 17h40

« Facture pharmaceutique nationale : 22,6 Mds € en 2013, on a déjà fait plus de 10 Mds d'économie par rapport à vos chiffres. »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 15

Des files d'attente quatre jours par an pour prendre rendez-vousSous le feu des critiques, un ophtalmo gardois défend sa méthode Abonné

Le Dr Thierry Bangil, ophtalmologue à Pont-Saint-Esprit, organise une fois par trimestre une prise de rendez-vous pour le renouvellement de... 5

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter