Biosimilaires : un potentiel gisement d’économies mal encadré

Biosimilaires : un potentiel gisement d’économies mal encadré

08.04.2014

La substitution par des biosimilaires des médicaments biologiques va-t-elle permettre à l’Assurance-maladie de réaliser entre 500 millions et un milliard d’euros d’économies par an ? C’est le pari des pouvoirs publics qui, dans la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) de 2014, ont introduit la possibilité pour les pharmaciens de substituer, en initiation de traitement, un médicament biologique par un biosimilaire.

L’économiste de la santé, Claude Le Pen, a présenté les résultats d’une étude sur ces biosimilaires. Commandé par Amgen, laboratoire américain, ce travail met en évidence le fait que la France est aujourd’hui le seul pays européen à se doter d’une telle législation. Pour le professeur à l’université Paris-Dauphine, les économies potentiellement générées par ces médicaments sont le principal motif de cette décision qui est loin de faire l’unanimité, notamment chez les prescripteurs.

Quelles incitations financières pour le pharmacien ?

La LFSS 2014 prévoit la création par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) d’une « liste de référence » de médicaments biosimilaires. Le texte précise que la substitution doit se faire impérativement à l’initiation du traitement et que le prescripteur doit en être informé. Les modalités d’application de ces principes sont toutefois renvoyées à des décrets d’application futurs.

Plusieurs questions sont en suspens, selon Claude Le Pen : comment le pharmacien saura-t-il que la prescription d’un médicament biologique de référence correspond à une initiation de traitement ? Comment informera-t-il le prescripteur de la substitution ? Quelles incitations financières pour l’inciter à s’engager dans un acte de substitution « très contraignant et très consommateur de temps, susceptible en outre d’affecter ses marges commerciales » ? Faudra-t-il créer un dispositif de tiers payant contre biosimilaire pour inciter les patients à accepter cette substitution ?

Un champ qui devrait s’élargir

L’économiste ne répond pas à ces questions, mais il note que « la substitution n’est pas le seul, ni nécessairement le meilleur moyen de contribuer au développement des biosimilaires ». Il précise que l’Allemagne et l’Hexagone atteignent déjà de très bons taux d’utilisation des biosimilaires « sans passer par ce dispositif ». Il est vrai qu’en Europe, seules trois molécules sont aujourd’hui « biosimilarisées », la Somatropine, le Filgrastim et l’Epoiétine.

Le champ du biosimilaire devrait cependant bientôt s’élargir. D’ici à 2020, dix brevets représentant 10 % du marché vont tomber dans le domaine public. Amgen lui-même prévoit de produire le trastuzumab, le bevacizumab, le cetuximab, le rituximab, l’infliximab et l’adalimumab à l’horizon 2017.

H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
09.04.2014 à 10h21

« Liste de référence" pas assez avec "liste de médicaments dangereux", liste de-ci, liste de-là; "bientôt ce sera quoi?" Je plains sincèrement les pharmaciens et cela ne m'étonne pas qu'ils mettent la Lire la suite

Répondre
 
09.04.2014 à 07h25

« Bonjour.
Encore une fois faux problème et source de situations délicates
Qui fixe le prix du médicaments?
Je ne comprend pas cet acharnement pour le générique.
Une solution simple (mais sommes n Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 17

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 12

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter