À Troyes, la télémédecine vole au secours du désert médical

À Troyes, la télémédecine vole au secours du désert médical

07.04.2014
  • 1396874367512911_IMG_127192_HR.jpg

Le bassin de Troyes, dans l’Aube, manque de médecins : il n’y a que 231 généralistes pour 300 000 personnes. Décidé à améliorer l’accès aux soins, et à regagner la confiance des professionnels, le centre hospitalier s’implique dans la e-santé depuis 2009. Son projet a été présenté au forum WoHIT, la semaine dernière, à Nice.

L’hôpital a ainsi déployé un dossier médical personnel qui regroupe 15 000 inscrits et 150 médecins de ville connectés. Un système d’archivage des images numériques a également été mis en place, auquel 450 médecins de ville envoient régulièrement clichés et comptes rendus.

Géolocalisation et télédiagnostic

La télémédecine est devenue routinière à Troyes. Chaque jour, la régulation du SAMU se sert d’un système de géolocalisation pour repérer où se trouve chacune des 40 ambulances privées du département. Une télé-cabine a été installée à l’hôpital pour prendre en charge les AVC, et éviter les deux heures de transport vers Reims. Le patient aux urgences de Troyes est filmé en caméra HD. À 110 km de là, un neurologue examine les signes cliniques et analyse les IRM. C’est lui, le spécialiste rémois, qui prescrit le dosage pour la thrombolyse que réalisera l’urgentiste. En six mois, affirme l’hôpital de Troyes, onze vies auraient ainsi été sauvées.

L’hôpital de Troyes, parfois, sert à son tour de référent. Le petit centre hospitalier de Bourbonne-les-Bains n’a pas de radiologue pour interpréter les clichés que prennent ses manipulateurs radio. Il a pris l’habitude de les envoyer à l’hôpital de Troyes, qui réceptionne les images au sein de son système d’archivage. Un radiologue troyen procède alors à la lecture et à l’analyse.

Le déploiement de la télémédecine a un coût, mais elle est aussi source d’importantes économies, souligne le directeur du système d’information du CH de Troyes, Michaël de Block.

D. Ch.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
08.04.2014 à 19h38

« De deux choses, l'une:
ou bien la politique sanitaire impulsée par nos énarques depuis 40 ans et plus est la bonne, et il n'y aura pas de déserts médicaux ni de pénurie de soins à terme; ou bien les Lire la suite

Répondre
 
08.04.2014 à 19h14

« "Le désert médical c'est comme le réchauffement climatique",
"l'information et la peur -"de" ! »

Répondre
 
07.04.2014 à 19h30

« Comment peut-on parler de désert avec "500 généralistes pour 300 000 personnes" soit 1 MG pour 600 habitants ? »

Répondre
 
07.04.2014 à 20h48

« Exact, il y a en France 60500 généralistes pour 66 millions de Français, cela fait 1 MG pour 1090 Français. Mais l'ARS Champagne Ardenne s'appuie sur certain territoire comme celui d'Aix en Othe po Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter