Risque médical : les chirurgiens accrédités feraient moins d’erreurs que les autres

Risque médical : les chirurgiens accrédités feraient moins d’erreurs que les autres

03.04.2014
  • 1396514318512044_IMG_126907_HR.jpg

Le cabinet Branchet, qui assure 7 000 spécialistes libéraux exerçant en plateau technique, publie une cartographie des risques opératoires. Le courtier constate que les spécialistes accrédités sont moins ciblés par les réclamations de patients que les spécialistes non accrédités (le risque baisserait de 10 % après accréditation).

Autre enseignement : plus le médecin est sensibilisé à la gestion des risques et plus sa pratique est sécurisée. La probabilité de survenue d’un sinistre diminuerait de 20 % lorsque le médecin a suivi une formation à la gestion des risques. Autrement dit, il existerait un lien direct entre la formation reçue par le médecin, et son comportement au bloc.

La clé de l’information du patient

Une façon, pour Branchet, de mettre en avant son programme de formation, dispensé en lien avec l’association ASSPRO (association de prévention du risque opératoire). Un millier de médecins ont été formés par ASSPRO l’an dernier. Le cabinet de courtage et ASSPRO souhaitent doubler le nombre de participants à ces stages de formation médico-légale.

L’étude du courtier identifie plusieurs leviers pour diminuer le risque au bloc opératoire. L’information des patients, en particulier, joue un rôle majeur : un défaut d’information est retenu dans 45 % des dossiers que traite le cabinet Branchet. Les règles de l’art ne seraient pas respectées dans 20 % des cas. L’antibioprophylaxie chirurgicale, en particulier, n’est pas satisfaisante lors d’une intervention sur dix. Et la lutte contre l’infection du site opératoire, une fois sur trois, est de mauvaise qualité.

D. Ch.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
05.04.2014 à 09h44

« "Une façon, pour Branchet, de mettre en avant son programme de formation," : tout est dit"

Qu'entendez-vous par "tout est dit"?
Branchet comme tous les assureurs est intéressé par une baisse Lire la suite

Répondre
 
04.04.2014 à 21h10

« " Une façon, pour Branchet, de mettre en avant son programme de formation," : tout est dit. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 17

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 12

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter