Les négociations sur la rémunération des équipes repoussées d’une semaine, au 10 avril

Les négociations sur la rémunération des équipes repoussées d’une semaine, au 10 avril

28.03.2014
  • 1396023767510887_IMG_126629_HR.jpg

La réunion entre les syndicats de libéraux de santé et l’assurance-maladie qui devait donner le 3 avril le coup d’envoi des négociations interprofessionnelles sur la rémunération des équipes de soins de proximité, est repoussée au 10 avril.

À la demande du gouvernement, l’assurance-maladie devait donner le top départ des négociations « dans les meilleurs délais » afin d’aboutir à un accord « avant la fin du mois de juillet ».Initialement donnée, la date du 3 avril ne constituait pas à proprement parler le premier round de ces discussions très attendues, mais la poursuite « des échanges préalables à l’ouverture officielle des négociations », selon la lettre type envoyée à chaque syndicat impliqué.

Problème : le conseil de l’Union nationale des caisses d’assurance-maladie (UNCAM), où siègent les partenaires sociaux, doit encore se réunir le vendredi 4 avril pour adopter les orientations. Un calendrier délicat pour le directeur de l’assurance-maladie, Frédéric van Roekeghem, qui ne peut décemment entamer des négociations sans le mandat de son conseil.

Fureur de MG France

Ce énième report, ajouté aux difficultés du mois de mai, parsemé de « ponts », complique la tâche des syndicats de professionnels, très divisés sur la marche à suivre.

Le Dr Jean-François Rey, président de l’Union nationale des professionnels de santé (UNPS) reste confiant dans la capacité des professionnels à mener à bien ces négociations. « La totalité des syndicats de l’UNPS ont vocation à participer à ces discussions pour apporter leur pierre à l’édifice, commente le gastroentérologue. Certes, cela fait du monde, mais ensemble, nous pouvons aboutir rapidement si nous le souhaitons. » Son de cloche différent du côté de MG France. « Furieux », le Dr Claude Leicher pointe le risque des atermoiements actuels qui « découragent tout le monde ». « Les médecins de secteur I attendent ces négociations depuis un an et demi, s’agace-t-il. Toute cette affaire est à la mesure de l’implication de ce gouvernement, qui ne semble discuter qu’avec la CSMF et l’assurance-maladie. »

Plus d’informations dans l’édition du lundi 31 mars du « Quotidien ».

Anne Bayle-Iniguez
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
29.03.2014 à 20h16

« Dans un contexte où il faut trouver 50 milliards d'économie de dépenses publiques, donc en partie dans le domaine de la santé, de quelle somme dispose-t-on pour financer de nouvelles dépenses ?!! Lire la suite

Répondre
 
Raphaël L Médecin ou Interne 29.03.2014 à 08h51

« Équipes ? Quelles équipes ? J'ai des amis infirmiers avec qui je travaille depuis plus de trente ans pour soigner des patients à domicile, souvent jusqu'à leur décès et je n'attends pas d'obligation Lire la suite

Répondre
 
29.03.2014 à 06h34

« Et le c reste à 23 euros , au plus bas de la moyenne Européenne. Mais dormez , brave gens JF Rey , la CSMF ou MG France vont discuter d'une obole, contre toujours plus d'indicateurs ou de procédures Lire la suite

Répondre
 
28.03.2014 à 19h23

" Aboutir a un accord avant la fin du mois de juillet " et après ce sera quand à la saint glinglin ! Comme disent certains ! Money money ! Quand tu nous tiens !  »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 12

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 9

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter