La pollution de l’air intérieur encore plus nocive que la pollution atmosphérique

La pollution de l’air intérieur encore plus nocive que la pollution atmosphérique

25.03.2014
  • 1395765183509620_IMG_126276_HR.jpg

Les nouvelles données publiées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) permettent une nouvelle évaluation de l’exposition des populations à la pollution atmosphérique et à celle de l’air intérieur. Si la seconde est la cause de 3,7 millions de morts prématurées, l’air intérieur est à lui seul responsable de 4,3 millions de décès précoces. L’OMS estime donc que 7 millions de décès sont dus à la pollution, les individus étant exposés à la fois à la pollution de l’air intérieur et extérieur, le décompte final est inférieur à la seule addition de la mortalité attribuée aux deux sources. Cette nouvelle évaluation représente « plus du double des estimations précédentes », précise l’OMS, confirmant que « la pollution de l’air est désormais le principal risque environnemental pour la santé dans le monde ».

Le poids des maladies cardiovasculaires

Les nouvelles estimations tiennent compte des données de l’exposition à la pollution extérieure dans différentes parties du monde élaborées au moyen d’une nouvelle cartographie mondiale élaborée à partir des données obtenues par satellite, des mesures de surveillance au sol et des données sur les émissions polluantes à partir de sources clés, ainsi que sur une modélisation des déplacements de la pollution dans l’air. Contrairement aux estimations précédentes, l’exposition des populations rurales a été mesurée.

Mais surtout, ces estimations reposent sur les données de mortalité les plus récentes (2012) et reflètent une meilleure connaissance des risques sanitaires liés à la pollution. Si la pollution atmosphérique augmente le risque de cancers, « la grande majorité des décès liés à la pollution atmosphérique est due aux maladies cardiovasculaires », souligne l’OMS.

Pour ce qui est de l’air extérieur, la ventilation des décès par maladie montre que 40 % des décès liés à l’exposition à des polluants sont dus à une cardiopathie ischémique, 40 % à un accident vasculaire cérébral, 11 % à une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), 6 % à un cancer du poumon et 3 % à une infection aiguë des voies respiratoires inférieures chez l’enfant.

Mode de cuisson en question

Les maladies cardio-vasculaires viennent aussi en tête des décès liés à la pollution de l’air intérieur mais dans une moindre mesure. De fait, 34 % de ces décès sont dus à un accident vasculaire cérébral, 26 % à une cardiopathie ischémique, 22 % à une bronchopneumopathie chroniques obstructives, 12 % à une infection aiguë des voies respiratoires inférieures chez l’enfant et 6 % à un cancer du poumon.

« Les risques dus à la pollution de l’air sont désormais plus importants qu’on ne le pensait, en particulier en ce qui concerne les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux. Peu de risques ont un impact supérieur sur la santé mondiale à l’heure actuelle que la pollution de l’air ; les données factuelles indiquent la nécessité d’une action concertée pour rendre l’air que nous respirons plus propre », relève le Dr Maria Neira, directeur du département OMS Santé publique.

Le transport, l’énergie, la gestion des déchets et l’industrie sont les principales sources de pollution atmosphérique. La plus grosse part des décès (88 %) survient dans les pays de faibles et moyens revenus qui accueillent 82 % de la population mondiale. Les régions Pacifique ouest et l’Asie du Sud-Est sont les plus concernées avec respectivement 1,7 million de décès et 900 000. Parmi les pays à revenus élevés, on compte 280 000 morts en Europe et 94 000 dans la région Amérique.

Le mode de cuisson : réchauds à charbon, à bois ou à combustibles de la biomasse représente la principale source de pollution domestique. Là aussi les pays à faibles et moyens revenus sont les plus touchés, l’Asie du Sud Est et la région Pacifique Ouest étant là encore les plus gros pourvoyeurs avec respectivement 1,69 et 1,62 million de décès. L’Inde est l’un des pays particulièrement concernée avec 700 millions de personnes préparant leur repas sur des fours traditionnels. Seulement 19 000 décès surviennent dans les pays à revenus élevés.

Une plate-forme mondiale et des lignes directrices

Pour lutter contre ce fléau, l’OMS annonce la mise en place d’une plate-forme mondiale hébergée par l’organisation sur la qualité de l’air et la santé. Celle-ci permettra de recueillir des données sur les maladies liées à la pollution de l’air et de fournir un appui renforcé aux pays et aux villes sous forme de recommandations, d’informations et de données factuelles sur les bénéfices pour la santé des principales interventions. Une actualisation des mesures de la qualité de l’air dans 1 600 villes de toutes les régions du monde est prévue dans le courant de l’année de même que la publication de lignes directrices sur la qualité de l’air intérieur liée combustibles domestiques.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
26.03.2014 à 08h19

« Lorsque j'ai mis en vente mon appartement , le '' contrôleur technique'' traquait pourtant le moindre petit courant d'air , avec son appareil renifleur. Il faut bien se calfeutrer, être parfaitemen Lire la suite

Répondre
 
26.03.2014 à 00h05

« Ah çà, pour sûr que ce n'est qu'une histoire de ventilation de %... !!!!.. A nous tous d'en faire des courants d'air en gardant bien les pieds sur terre... :) .. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Santé au travail, médiateurs, coaching : comment Touraine veut « soigner les soignants » dans les hôpitaux

touraine

Attendu depuis des mois par la communauté hospitalière, le plan d'action du gouvernement visant à améliorer les conditions de travail des... 4

Vaccination par les pharmaciens, protection maternité : le budget de la Sécu définitivement adopté

vaccin ph

Le Parlement a adopté définitivement ce lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le PLFSS 2017 (projet de loi de financement de... Commenter

Le nombre de cancers a augmenté de 33 % entre 2005 et 2015 dans le monde

En 2015, 17,5 millions de cas de cancer ont été recensés dans le monde, ainsi que 8,7 millions de décès, selon la dernière édition du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter