Nalmefène : le Collège de la médecine générale épingle la HAS

Nalmefène : le Collège de la médecine générale épingle la HAS

24.03.2014
  • 1395681726509098_IMG_126142_HR.jpg

Le Collège de la médecine générale dont le congrès se tient les 3, 4 et 5 avril à Paris, note qu’à la suite des déclarations de la ministre de Santé, l’Agence nationale du médicament (ANSM) a pris « une décision claire » en se prononçant en faveur de la prescription du Nalmefène sans restriction de prescripteur.

En revanche, le Collège pointe les atermoiements de la commission de la transparence de la Haute Autorité de santé (HAS) dont les positions ont varié dans le temps.

Doute sur la compétence des généralistes

Le Collège rappelle qu’après un premier avis évaluant à 4 l’Amélioration du service médical rendu (ASMR) de la molécule et considéré comme faible le Service médical rendu (SMR), la commission a révisé son avis pour conclure à SMR modéré. Cette nouvelle évaluation était assortie d’une procédure de suivi du médicament en vie réelle pour réévaluation à un an et, surtout, d’une restriction de la primoprescription aux spécialistes en addictologie, aux médecins des Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) ou des consultations d’addictologie hospitalières.

Une proposition justifiée entre autres par « la nécessité d’un accompagnement psychosocial qui ne sera pas réalisable en pratique de ville par les médecins généralistes ». Inacceptable pour le Collège qui souligne que les restrictions de prescription ne sont pas du ressort de la commission et qui s’émeut de l’opinion de la Commission sur les compétences des généralistes.

L’addictologie n’est pas une spécialité

Si dans un deuxième temps, la Commission a préconisé des modes de remboursement sélectif en fonction de la qualité des prescripteurs, sa troisième et dernière décision ne trouvent pas non plus grâce aux yeux du Collège puisqu’elle consistait à réserver la prescription à « des spécialités qui n’existent pas ». L’addictologie « n’est pas reconnue comme telle par le Conseil national de l’Ordre des médecins », relève le Collège. De plus, assène-t-il, une telle décision conduirait de surcroît à « exclure de la prise en charge la grande majorité des patients puisque les services spécialisés prennent en charge seulement 5 % des patients concernés ».

Ce constat conduit le Collège à insister sur une prescription du Nalmefène ouverte à l’ensemble des généralistes et à émettre ses recommandations quand aux « prescriptions réservées ». Celles-ci doivent reposer sur des arguments scientifiques (pathologies rares, toxicité ou surveillance particulière des médicaments) et non pas « sur des arguments économiques non avoués, faisant de la médecin générale et des patients les plus défavorisés la variable d’ajustement des économies de santé », conclut le Collège. Nalmefène et Baclofène feront l’objet de communications lors du prochain congrès.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
27.03.2014 à 10h11

« Bien sûr ceux qui ont fait l'effort de se former méritent une rétribution. Sans doute moindre que les dealers !
Mais je crois savoir qu'il y a de la marge
Aux ARmeS. Citoyens !!! »

Répondre
 
26.03.2014 à 10h49

« Je suis en retraite et je m'aperçois qu'il n'y a aucune amélioration quant à la psychiatrie, des désordres mentaux sont de plus en plus sévères, c'est grave, on n'arrive pas à éduquer les enfants en Lire la suite

Répondre
 
25.03.2014 à 08h06

« Épatant : on pourra ajouter le baclofène au shoot parade des antidépresseurs et anxiolytiques des omniprescripteurs. Quand les omnipraticiens accepteront-ils de passer la main ? »

Répondre
 
27.03.2014 à 10h55

« Pas si sûr, dans le propos de notre confrère il y a mille choses à redéfinir. La consommation et la prescription.
Le mal être et la douleur morale.
Le bricolage n'est sans doute pas une spécialité m Lire la suite

Répondre
 
26.03.2014 à 07h56

« La souffrance morale, une réalité, pas un diagnostic. Pour preuve, la France est le grand champion de la consommation d’ATD, hypnotiques et anxiolytiques. L'addictologie: du temps, beaucoup de temps Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Hollande jette l'éponge, que va faire Touraine ?

hollande

François Hollande a créé la surprise jeudi 1er décembre en annonçant qu'il ne briguerait pas un second mandat à l'Élysée. Mais avant de... 23

Les amants diaboliques à l'italienne : un médecin et une infirmière accusés d'une dizaine de meurtres à l'hôpital

Laura Taroni

Soupçonnés d'avoir assassiné plusieurs patients en fin de vie, Leonardo Cazzaniga médecin anesthésiste, et sa maîtresse, Laura Taroni, de... Commenter

Plus de 2 300 personnes ont bénéficié d'une PreP depuis sa prise en charge à 100 % en janvier

prep

La ministre des Affaires sociales et de la Santé et des Marisol Touraine a une nouvelle fois défendu le traitement préventif contre le sida... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter