Secteur I, cliniciens, CCAM technique, CAS : le nouveau patron de l’UMESPE à l’offensive sur tous les fronts

Secteur I, cliniciens, CCAM technique, CAS : le nouveau patron de l’UMESPE à l’offensive sur tous les fronts

20.03.2014
  • 1395312397507832_IMG_125712_HR.jpg

Pas question de traîner : dans ses habits neufs de président de l’UMESPE (branche spécialiste de la CSMF), le Dr Patrick Gasser, gastroentérologue à Nantes, a présenté mercredi une feuille de route ambitieuse pour 2014, exposant une bonne demi-douzaine de « priorités d’action ».

La place du médecin spécialiste libéral dans le parcours de soins est source de vive inquiétude. Le Dr Gasser appelle de ses vœux un vrai « rééquilibrage des moyens » afin que les spécialistes libéraux puissent prendre en charge demain des transferts de l’hôpital vers la ville (chirurgie ambulatoire, sorties précoces d’hospitalisation...). « On parle trop peu des spécialistes dans la stratégie nationale de santé », regrette-t-il, expliquant qu’il n’y aura pas de parcours de soins complet et « sans rupture » si la médecine spécialisée libérale n’est pas intégrée dans la boucle.

Coût de la pratique

Malgré un contexte financier qu’il sait très contraint, le nouveau président de l’UMESPE se montre offensif sur le front des honoraires. Redoutant l’« enlisement » de la CCAM clinique (réforme et hiérarchisation des consultations), le Dr Gasser promet de mettre l’assurance-maladie « sous pression » et réclame la revalorisation « immédiate et impérative » de ces disciplines au bas de l’échelle des revenus. L’extension de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) est également exigée pour les endocrinologues et les pédiatres.

Côté « techniciens », le Dr Gasser ne se satisfait pas des revalorisations « insuffisantes » programmées dans l’avenant 8 (1er mars, 1er juillet). Il demande que s’ouvre, là encore « dès 2014 », une négociation sur la valeur des actes techniques et le « coût de la pratique », sans exclure sur ce point des modulations géographiques (« ce n’est pas pareil dans l’Orne et à Paris »).

Le contrat d’accès aux soins de modération tarifaire, signé par 11 000 médecins ? Il devra « évoluer, être adapté à la situation des grandes villes », avance le Dr Gasser. Il exhorte les complémentaires santé à solvabiliser systématiquement les compléments d’honoraires des signataires de ce contrat, « sans remettre en cause le secteur II ». La vocation du CAS est de se « généraliser », analyse-t-il, ce qui suppose davantage de confiance des spécialistes. Sur l’ensemble du chantier des honoraires, l’UMESPE juge incontournable une « revalorisation significative du secteur I dès 2014 ».

Faire des choix

Si ce volontarisme syndical est de bonne guerre à l’aube d’un mandat, le cahier de doléances de l’UMESPE risque de se heurter à la réalité économique. A ce jour, une seule négociation a été programmée par la CNAM en 2014 : celle sur les rémunérations d’équipe (et la coopération interpro) qui commencera début avril et devrait se terminer en juillet. « Si on veut faire de l’ambulatoire et donner des moyens à la ville, il faudra bien faire des choix et prendre à l’autre secteur [l’hôpital public]. Tous les établissements devront se restructurer », réplique le Dr Patrick Gasser.

Le président des spécialistes confédérés cite trois autres dossiers : la rémunération de tous les médecins spécialistes participant à la PDS en établissement (« ce n’est pas une activité bénévole ») ; la promotion de l’entreprise médicale libérale (auprès des jeunes) ; et la consolidation des liens avec l’hospitalisation privée, respectant le paiement à l’acte et le paiement direct du praticien par le patient.

Cyrille Dupuis
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
21.03.2014 à 14h17

« A propos de ce sous-département de l'Orne par rapport aux nobles parisiens, on sait que ces bouseux ne sont que justes dignes des tarifs administrés. En revanche, pour des réponses strictement ident Lire la suite

Répondre
 
20.03.2014 à 23h21

« Les praticiens participant aux RCP, réunions de concertation pluridisciplinaire de cancérologie, obligatoire avant de traiter un patient, ne sont toujours pas payés. Entre autres, les cancérologues Lire la suite

Répondre
 
21.03.2014 à 08h51

« À la clinqiue où je travaille nous avons reçu une enveloppe du FIR pour faire suite à la circulaire SG/DGOS/2013/361 du 08 octobre 2013 pour la rémunération des médecins qui se rendent en RCP. Les Lire la suite

Répondre
 
20.03.2014 à 20h15

« Rien de nouveau, il reprend le costume de Rey, en adorant l'avenant 8 et la baisse des honoraires, présidents d'une GLURPS qui ne sert à rien qu'à ponctionner les médecins, on reste dans la nomenkla Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter