Bruxelles tacle l’Italie pour le non-respect du temps de travail de ses médecins à l’hôpital

Bruxelles tacle l’Italie pour le non-respect du temps de travail de ses médecins à l’hôpital

21.02.2014

Déférée devant la Cour de justice européenne, l’Italie va devoir justifier les horaires exténuants de ses médecins hospitaliers. Dans la péninsule, les chefs de services et les médecins travaillent entre 60 et 70 heures par semaine et parfois plus de sept jours consécutifs. Pour l’Union européenne saisie par plusieurs associations de médecins, cette situation implique des risques de stress pour les blouses blanches et une augmentation possible des erreurs médicales.

Dans leur rapport, les experts de l’Union européenne dénoncent la loi italienne actuellement en vigueur sur les normes du travail qui n’encadre pas le nombre d’heures et les temps de repos journalier des praticiens hospitaliers. En épluchant le dispositif italien à la loupe, les experts ont également constaté l’absence du droit au repos hebdomadaire minimum.

Silence de Rome

En mai dernier, Bruxelles avait déjà interpellé le gouvernement italien et réclamé des explications. Dans une lettre adressée au ministère de la Santé, la commission européenne soulignait « qu’en Italie, plusieurs droits fondamentaux inscrits dans la directive sur la durée hebdomadaire du travail comme la semaine des 48 heures et le droit à des périodes minimales de repos journalier de 11 heures consécutives, ne sont pas appliqués aux dirigeants du service de la santé publique ».

Face au silence de Rome, l’Union européenne revient à la charge et veut obliger les Italiens à se plier aux dispositifs communautaires (48 heures de travail hebdomadaires, droit au repos journalier et hebdomadaire sans interruption). Bruxelles se montre toutefois flexible, les périodes minimums de repos pouvant être reportées à condition qu’elles soient rapidement récupérées.

L’Italie n’ayant pas obtempéré depuis mai, elle devra s’expliquer devant la Cour de justice européenne. L’affaire se présente mal. Les syndicats de médecins italiens veulent saisir l’opportunité offerte par Bruxelles d’obtenir une modification de leur contrat de travail.

De notre correspondante à Rome, Ariel F. Dumont
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
23.02.2014 à 23h02

« 4 fois 24 heures en 10 jours, en ce moment. Aux urgences. Qui dit mieux? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 6

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter