Tarifs insuffisants, patients mal éduqués, SAMU hégémonique : les libéraux à l’offensive sur la PDS

Tarifs insuffisants, patients mal éduqués, SAMU hégémonique : les libéraux à l’offensive sur la PDS

13.02.2014
  • 1392310397497883_IMG_122791_HR.jpg

La mission d’information sur l’organisation de la permanence des soins a poursuivi ce jeudi ses auditions à l’Assemblée nationale avec les représentants des principaux syndicats de médecins libéraux (MG France, CSMF, SML, FMF), reçus tous en même temps.

Dans un climat apaisé, les leaders syndicaux ont avancé des propositions se voulant constructives, se refusant à dramatiser la situation de la PDS ambulatoire (PDS-A), et rappelant surtout les acquis historiques et irréversibles du mouvement de grève de 2002 (volontariat, régulation libérale, rémunération forfaitaire des astreintes). « Douze ans après, on a 30 000 généralistes engagés dans les gardes », a ainsi salué le Dr Claude Leicher, président de MG France, une façon de couper court aux critiques actuelles sur la démobilisation supposée du secteur libéral.

« La PDS-A fonctionne plutôt bien depuis cette révolte du terrain », a assuré aussi le Dr Luc Duquesnel, président de l’UNOF (généralistes de la CSMF), et artisan d’une organisation des gardes efficace en Mayenne. Pour le SML, la PDS a « démontré son efficacité aussi bien dans les territoires ruraux qu’urbains ».

Des volontaires « bien payés, régulés et accompagnés »

Interrogés dans le cadre de cette mission parlementaire (qui rendra un rapport complet au mois d’octobre), les libéraux ont avancé quelques idées fortes, certes pas toujours neuves.

Rappelant que la PDS peut être source « d’épuisement professionnel » pour des médecins qui travaillent déjà 55 à 70 heures par semaine, le Dr Jean-Paul Hamon, chef de file de la FMF, a mis l’accent sur la nécessité « d’éduquer la population au bon usage de la visite à domicile, des urgences, de l’hôpital » mais aussi de revaloriser parallèlement les tarifs des médecins régulateurs et effecteurs. « Si on veut des médecins volontaires en nuit profonde, il faut qu’ils soient bien payés, régulés et accompagnés », a-t-il résumé.

Il a également expliqué que les maisons médicales de garde (MMG) qui sont placées dans l’hôpital (ou juste à côté) ne pouvaient pas fonctionner sans une réforme du mode de financement et de l’accès aux urgences.

Après avoir regretté les « attaques incessantes » contre les praticiens libéraux (venant de SAMU de France notamment), le Dr Duquesnel (UNOF-CSMF) a défendu le principe des organisations départementales de PDS-A, c’est-à-dire au plus près des besoins du terrain, sachant qu’« il n’y a pas de modèle unique ». Pour gommer les inégalités de financement selon les régions (il existe par exemple des écarts de 70 % de rémunération des médecins régulateurs libéraux), il a souhaité que la PDS revienne dans le giron conventionnel.

Autre mesure forte réitérée par plusieurs responsables : la reconnaissance du numéro unique national 33 33 pour identifier enfin clairement la permanence des soins des libéraux. « Vous, législateur, nous refusez toujours ce numéro unique, sans doute parce que vous être plus sensibles aux arguments de SAMU de France » a taclé le patron de MG France devant les rares députés présents.

« L’hôpital, lumière allumée pour les papillons »...

Le Dr Roger Rua (SML) a plaidé lui aussi pour une réforme de l’accès à l’hôpital qui agit aujourd’hui « comme une lumière allumée dans la nuit pour les papillons », autrement dit qui accueille des patients qui n’ont rien à y faire. « On ne peut plus laisser les urgences hospitalières sans aucun filtre ni régulation à l’entrée », s’est-il agacé. « Aujourd’hui, il n’y a aucune pédagogie, les patients font tout et n’importe quoi, or la PDS ambulatoire s’inscrit dans l’ensemble de l’offre de soins. »

Dénonçant la volonté « hégémonique » des SAMU-Centres 15 sur ce dossier (suspectés de vouloir centraliser toute la régulation libérale), il a appelé de ses vœux une campagne grand public pour sensibiliser la population aux différents modes de recours aux soins. Son slogan ? « Les urgences, c’est pas automatique ! »

Cyrille Dupuis
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 10 Commentaires
 
16.02.2014 à 21h48

« Quelles avancées ! Ca va surement boulverser les gardes et urgences. Encore une commission bidon qui ne sert à rien et qui nous a coûté les yeux de la tête. »

Répondre
 
14.02.2014 à 22h55

« A l'hôpital il devrait y avoir une franchise de 30 euros remboursable uniquement si l'accès aux urgences est justifié
Mais en France tout service public est gratuit pour les tous habitants de la p Lire la suite

Répondre
 
14.02.2014 à 21h39

« Bravo, c'est d'ailleurs une position intelligente et constructive et al seule possible pour réguler et réorienter les malades qui n'ont rien à faire aux urgences .Cela peut aussi se concevoir avec u Lire la suite

Répondre
 
13.02.2014 à 23h42

« Si les "points garde" sont bien équipés, chaque confrère peut y traiter plus de 90 % des appels avec une présence 9h-midi et 14h à 19h. A condition de n'effectuer aucune visite à domicile, laissant Lire la suite

Répondre
 
15.02.2014 à 14h05

« Génial. »

Répondre
 
13.02.2014 à 23h17

« Bravo !!! »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le Dr Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme

Cahuzac

L'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui avait des comptes cachés à l'étranger, a été condamné jeudi à Paris à trois ans de prison... 7

L'espérance de vie en recul en 2015 aux États-Unis, selon les CDC

Longévité

L'espérance de vie des Américains a reculé en 2015, une première depuis 1993 selon un rapport des autorités sanitaires américaines. Un... Commenter

La Guadeloupe inaugure un dispositif d'échocardiographie à distance, une première

Télé-échocardiographie d'île à île

Au CHU de Pointe-à-Pitre, les cardiologues ont le bras long, très long, suffisamment long pour traverser les 30 km de mer qui les séparent... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter