Le Pr Lantieri serait dans le collimateur de l’IGAS

Le Pr Lantieri serait dans le collimateur de l’IGAS

04.02.2014

Le spécialiste de la greffe de visage n’aurait pas respecté la suspension d’exercice libéral que lui avait infligée l’ARS d’Ile-de-France au mois de février 2013. Il serait visé depuis peu par une enquête de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), affirme « le Parisien » dans un article publié ce mardi 4 février.

Le Pr Lantieri avait été sanctionné pour ne pas avoir versé à l’hôpital Henri-Mondor la redevance à laquelle il est soumis dans le cadre de son exercice libéral dans cet établissement (avant son arrivée à l’hôpital européen Georges-Pompidou en 2012).

Un « mauvais système »

Le médecin s’en était expliqué dans le « JDD ». Il reconnaissait être en désaccord avec la direction de l’établissement qui, selon lui, refusait de lui payer ses gardes. Il en profitait pour dénoncer ce qu’il appelait le « mauvais » système de paiement des médecins hospitaliers.

Le chirurgien avait été suspendu quatre mois à partir du 1er avril 2013. Selon « le Parisien », il « serait passé outre cette interdiction, en continuant à recevoir et à opérer des patients privés ». L’Igas aurait été alerté par un patient à qui un paiement au noir aurait été demandé par un médecin du service du Pr Lantieri.

S. L.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
09.02.2014 à 15h54

« Les "Saint-Just" de la police des polices vont-ils faire fuir à l'étranger l'un des plus brillants médecins français, à force de le harceler, avec l'appui des médias charognards ? »
Dr Jérôme Lefran Lire la suite

Répondre
 
05.02.2014 à 14h24

« Ce que le Dr Lantieri ne sait pas, c'est que lorsqu'il opère à titre libéral dans un hôpital public, le dit hôpital encaisse des honoraires secteur 1 inclus dans les GHM et ce depuis la T2A ce qui f Lire la suite

Répondre
 
05.02.2014 à 11h59

« Arrêtez de pleurer, les rigolos, c'est ça le socialisme :
on tire sur le privé et on protège le public. Y'a rien de plus honteux chez lui que dans le train de vie de nos politiques. »

Répondre
 
05.02.2014 à 11h05

« De toutes manières, le privé à l’hôpital est une concurrence déloyale vis-à-vis des libéraux, qui prennent, eux, des risques entrepreneuriaux... »

Répondre
 
07.02.2014 à 22h00

« Oui et non.
En fait, le secteur privé à l'hôpital a été autorisé afin de conserver certains médecins ds les services hospitaliers, sinon il n'y aurait plus que des médecins étrangers... Un comble ! Lire la suite

Répondre
 
05.02.2014 à 10h53

« Bien entendu, les praticiens hospitaliers ne sont pas rémunérés à leur juste valeur. Mais cela ne les autorise pas à outrepasser les règles qu'ils connaissent et qu'ils doivent appliquer dans le ca Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

L'ordonnance très libérale de la patronne de l'iFRAP pour « sauver la santé »

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié ne manque pas d'idées. La directrice de la Fondation iFRAP, think tank libéral qui étudie l’efficacité des politiques... 6

Des médecins de Pau pétitionnent contre les pénalités visant les patients « hors parcours »

petition

« Nous demandons un moratoire pour stopper les sanctions financières dont sont victimes les patients ne trouvant pas de médecin traitant. »... 1

Création d'un modèle miniature d'appareil reproducteur féminin

Woodruff Lab

Une équipe de l’université Northwestern (Illinois, États-Unis) a développé un appareil reproducteur féminin miniature, et l'a présenté dans... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter