L’AMUF scandalisée par les propos d’une directrice d’ARS mettant en cause les urgentistes

L’AMUF scandalisée par les propos d’une directrice d’ARS mettant en cause les urgentistes

27.01.2014
  • 1390842641492386_IMG_121191_HR.jpg

L’Association des médecins urgentistes de France (AMUF), présidée par le Dr Patrick Pelloux, a très vivement réagi aux propos de Marie-Sophie Desaulle, directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS) des Pays de Loire, et présidente du collège des directeurs d’ARS.

Interrogée le 16 janvier dans le cadre de la mission d’information parlementaire sur la permanence des soins (PDS), Madame Desaulle s’était montrée critique vis-à-vis du travail des médecins urgentistes, parlant de leurs « pratiques extraordinairement divergentes ».

« Au sein des services d’urgences, avait-elle indiqué, il y a des pratiques différentes selon les urgentistes, voire selon leurs qualifications ». Elle avait précisé que, dans un CHU des Pays de Loire, « il y a des actes qu’un urgentiste pense être en capacité de faire lui-même, comme en gastro-entérologie ou en pneumologie. Mais dans un hôpital de proximité, l’urgentiste souhaitera avoir systématiquement l’avis d’un spécialiste ».

Émoi et indignation

Pour Patrick Pelloux, « de telles allégations ont provoqué l’émoi et l’indignation de milliers de médecins mis en cause ». L’urgentiste précise que Marie-Sophie Desaulle étant présidente du collège des directeurs d’ARS, ses propos « engagent l’ensemble des directeurs d’ARS ».

L’AMUF rappelle que « les urgentistes qui travaillent dans les établissements non CHU ne sont pas des incompétents qui demandent systématiquement des avis aux spécialistes. Ils font ce qu’ils peuvent face à la désertification médicale que des personnes comme Mme Desaulle ont permise depuis des années ».

Le Dr Patrick Pelloux sera auditionné par la mission d’information sur la PDS le 20 février prochain. Nul doute qu’il y fera entendre sa petite musique.

H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 31 Commentaires
 
01.02.2014 à 14h26

« Je suis d'accord avec la plupart des commentaires précédents. Ceci dit, c'est un peu l'arroseur arrosé... Comme ça Pelloux ressent l'effet que ça fait de se faire accuser injustement de tous les mau Lire la suite

Répondre
 
28.01.2014 à 13h33

« 1) Chaque médecin exerce dans la limite de leur compétence, et c'est à lui de faire appel à un autre confrère si nécessaire.
2) Chaque médecin doit respecter ses confrères, qu'il soit urgentiste ou Lire la suite

Répondre
 
29.01.2014 à 08h48

« De plus selon le cas vu aux urgences il arrive que le spécialiste soit sollicite non par incompétence ( comme le sous entend l'ars) mais surtout pour la prise en charge. Pour anticiper. Et n'impor Lire la suite

Répondre
 
28.01.2014 à 12h15

« Ces hauts fonctionnaires qui savent tout sur tout, se posent en juges sans se remettre en cause ni jamais rendre de compte lorsqu'ils échouent... »

Répondre
 
28.01.2014 à 12h13

« Cardiologue dans un petit hôpital je dois reconnaitre que l'on est très souvent sollicité par les urgentistes, est-ce un mal ? Nous sommes peut être plus "dérangeables " qu'un confrère du CHU occupé Lire la suite

Répondre
 
28.01.2014 à 11h16

« À propos de M Pelloux "les urgentistes [.] non CHU demandent systématiquement des avis aux spécialistes. Ils font ce qu’ils peuvent face à la désertification médicale que des personnes comme Mme D Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plan maladies rares : les associations en appellent aux présidentiables Abonné

accroche evenement

À moins de 2 mois des présidentielles et à 3 mois et demi des législatives, les 210 associations et acteurs de la recherche, rassemblés dans... Commenter

Deux avenants sur l'avantage maternité et la télémédecine soumis à signatureLes « négos » reprennent, la FMF songe à partir Abonné

revel

L'assurance-maladie et les syndicats tenteront de s'accorder, mercredi, sur deux avenants relatifs à l'avantage supplémentaire maternité et... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 16

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter