Les médecins hospitaliers s’opposent à un statut de PH pour les sages-femmes

Les médecins hospitaliers s’opposent à un statut de PH pour les sages-femmes

21.01.2014
  • 1390325135490679_IMG_120659_HR.jpg

L’évolution du statut des sages-femmes vers davantage d’autonomie risque de « déstructurer » les salles d’accouchement et de mettre en danger les patientes, alertent ce mardi 21 janvier cinq intersyndicales de praticiens hospitaliers (SNAM-HP, INPH, CPH, CMH, Avenir Hospitalier) et le SYNGOF, syndicat de gynécologues obstétriciens.

La profession formule cette mise en garde à la veille d’une nouvelle réunion au ministère de la Santé sur le statut des sages-femmes, en grève (70 % de la profession) depuis le 16 octobre. Le Collectif à l’origine de la contestation demande que les sages-femmes hospitalières sortent de la fonction publique et obtiennent un statut sur le modèle de celui des médecins.

Cette nouvelle réunion sera la seconde pour les PH, conviés à la table en tant qu’acteurs hospitaliers par Édouard Couty, qui pilote la réflexion. Entre les deux réunions, dix jours se sont passés. Et clairement, le ton est monté.

Un danger pour les femmes ?

Le « déficit de reconnaissance des sages-femmes doit être entendu rapidement, car ce mouvement génère notamment dans les salles d’accouchement des tensions délétères pour l’ensemble des professions qui les côtoient, et à terme pour les femmes », écrivent les cinq intersyndicales.

Les organisations mettent également en garde « l’ensemble des sages-femmes et les pouvoirs publics sur l’aventurisme qui consisterait pour elles à sortir de la fonction publique hospitalière, pour se diriger vers un statut de praticien hospitalier ».

Plus critiques, les gynécologues obstétriciens du SYNGOF (qui fait partie d’Avenir hospitalier) entendent « alerter les pouvoirs publics sur les conséquences des dérapages dans la pratique de certaines sages-femmes ».

« L’autonomisation des sages-femmes, portée par le climat d’effervescence actuel, ne peut se faire au péril des patientes. C’est pourtant le cas si les sages-femmes dévient vers le suivi gynécologique au-delà de la physiologie à laquelle se limitent leurs compétences », ajoute le syndicat.

L’information sur les compétences des sages-femmes ne doit pas laisser croire qu’elles « peuvent en toute sécurité, assurer le suivi gynécologique au même titre que les docteurs en médecine », conclut le SYNGOF, rejoignant les propos de la Fédération nationale des collèges de gynécologie médicale, première instance médicale à s’être inquiétée des revendications nouvelles des sages-femmes.

Anne Bayle-Iniguez
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 28 Commentaires
 
22.01.2014 à 23h39

« Je me souviens d'une garde d'externe : un accouchement qui se passait mal. Le PH bien au chaud dans son lit n'a pas bougé. L'interne de spé, mal dans sa peau, ne savait pas dans quel sens se mettait Lire la suite

Répondre
 
23.01.2014 à 12h30

« Pardonnez-moi, mais je suis tenté de vous répondre – et alors ? Personne, aucun médecin ne conteste l’utilité ni les talents des sages-femmes ; qui conteste que les sages-femmes (plus que les médeci Lire la suite

Répondre
 
23.01.2014 à 10h20

« Les sages-femmes ont un métier formidable. Elles ont été formées pour suivre et accoucher des femmes enceintes dans le strict respect de la physiologie. Profiter des déserts médicaux pour espérer se Lire la suite

Répondre
 
22.01.2014 à 20h32

« Je suis sage-femme et je ne revendique pas d'être considérée médecin. Je souhaite que lorsque je pratique un accouchement, une échographie au CHU il soit reconnu acte SF et PAS médecin pour cela je Lire la suite

Répondre
 
22.01.2014 à 13h25

« Après s’être déchirés entre eux – et tout en persévérant – les Médecins n’en ont pas fini avec les paramédicaux : que cela ait été voulu ou non (l’ambiguïté première, la racine du mal me paraît êtr Lire la suite

Répondre
 
22.01.2014 à 11h33

« Le stress est réel du côté de nos collègues praticien GO en clinique privée, qui ont construit leur activité autour de la prise en charge globale des grossesses physiologiques, avec parfois un côté Lire la suite

Répondre
 
22.01.2014 à 09h42

« Pourquoi est-ce que dans les autres pays c'est une profession para médicale et en France une profession médicale ? Depuis quand d'ailleurs est ce une profession médicale ? Et pourquoi ? »

Répondre
 
22.01.2014 à 12h26

« Ou voyez-vous de la colère? C'est juste une question, pour essayer de comprendre le problème. Il n'y a aucune colère.
Par ailleurs, vous dites que les Gynécos devraient faire les accouchements à Lire la suite

Répondre
 
22.01.2014 à 10h20

« Tout simplement parce qu'elle ont un Droit de Prescription et la responsabilité qui va avec (quand j'entends prescription, c'est de substances à usage systémique). Et droit de prescription d'examens Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 3

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 10

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter