Myélome multiple : un duo supplante un trio

Myélome multiple : un duo supplante un trio

17.01.2014
  • 1389964889489600_IMG_120415_HR.jpg

La présentation, lors du congrès de l’American Society of Hematology* des résultats de l’étude First a confirmé la supériorité de l’association lenalidomide - faibles doses de dexaméthasone sur la triple association melphalan-prednisolone et thalidomide qui représentait, jusqu’à ce congrès, le traitement standard du myélome multiple ne pouvant bénéficier d’une transplantation**.

10 % des cancers hématologiques

Le myélome multiple représente 1,3 % de tous les cancers mais 10 % des cancers hématologiques (20 500 nouveaux cas et 12 216 décès en Europe, en 2012). On sait que c’est un cancer du sujet âgé, avec un âge médian de diagnostic de 65-70 ans (après 75 ans, dans un tiers des cas). Le mélanome est un cancer grave avec une survie médiane allant de 30 à 62 mois, cela en dépit de progrès thérapeutiques certains, en particulier pour les myélomes nouvellement diagnostiqués (NDMM), avec les associations MPT (Melphalan - Prednisolone - Thalidomide) et VMP (Velcade - Melphalan - Prednisolone). Cependant, ces associations ne sont utilisées que pendant une période de temps limitée, en raison de la toxicité et en particulier du risque élevé de cancers secondaires.

1 cycle tous les 28 jours

L’étude First dont les résultats ont été présentés par le Pr T. Facon (Lille) change la donne, en montrant que l’association lenalidomide avec de faibles doses de dexaméthasone (Rd) administré en continu jusqu’à la survenue d’une rechute (1 cycle tous les 28 jours) améliorait significativement le pronostic par rapport au protocole MPT mais aussi par rapport à un protocole Rd limité à 72 semaines (18 cycles).

La survie sans progression (PFS) est significativement améliorée (HR = 0,72, p = 0,00006), cela dans tous les sous-groupes préspécifiés. L’analyse intermédiaire montre aussi une amélioration de la survie globale (HR = 0,78, p = 0,0168). Le taux de réponse est de 75 %, avec une durée médiane de réponse de 35 mois. Tous les critères secondaires sont également améliorés, notamment la qualité de vie.

Enfin la tolérance est globalement meilleure dans le groupe Rd, avec en particulier une réduction du nombre de cancers secondaires hématologiques (0,4 % versus 2,2 %) alors même que les patients ont été traités plus longtemps.

* American Society of Hematology, New Orleans (7-10/12).

** Présentation orale n° 2.

Dr Alain Marié
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La délégation de tâches, nouvelle arme anti-déserts ?Le Sénat mise sur les paramédicaux pour pallier la pénurie de médecins Abonné

para

Plusieurs sénateurs de tous bords ont proposé, lors d'un débat, de renforcer le rôle des paramédicaux pour améliorer l'accès aux soins, et... 1

Antibiorésistance : l'OMS publie la liste des bactéries pour lesquelles la recherche de nouveaux antibiotiques est prioritaire

OMS

Pour mieux lutter contre l'antibiorésistance, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publie ce lundi une liste des bactéries résistantes... 1

Place des cliniques dans la présidentielle : la FHP délivre ses bons et mauvais points

fhp

Attentive à la tournure de la campagne électorale où la santé et la protection sociale tiennent une bonne place, la Fédération de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter