La cardiologie du futur au congrès de la SFC à partir d’aujourd’hui à Paris

La cardiologie du futur au congrès de la SFC à partir d’aujourd’hui à Paris

15.01.2014
  • 1389786953488935_IMG_120242_HR.jpg

La cardiologie française innove : c’est ce que la Société française de cardiologie (SFC) souhaite mettre en exergue dans le cadre de son congrès annuel qui s’ouvre ce mercredi 15 janvier au Palais des Congrès pour 3 jours. De fait, dans la discipline, les progrès diagnostiques et thérapeutiques sont de taille.

Les techniques d’imagerie, par exemple, se sont nettement perfectionnées. « Les applications actuelles de l’échocardiographie 3D sont multiples, permettant, en complément du 2D, d’améliorer l’analyse de l’anatomie et de la fonction cardiaque. Les progrès d’imagerie pour les patients souffrant de valvulopathies mitrales et aortiques sont notables et permettent de mieux évaluer les valves (en 3D) et donc, d’améliorer la prise en charge des pathologies valvulaires », explique le Pr Christophe Leclercq, président du comité scientifique des Journées européennes de la Société française de Cardiologie (JESFC), CHU de Rennes.

Optimiser la prise en charge des patients

En outre, les techniques d’imagerie actuelles prennent en considération des informations concernant les déformations du muscle cardiaque dans le temps et l’espace pour les confronter à des normes précises.

« Cela nous permet, de plus en plus, de faire un diagnostic ultra précoce d’une anomalie (déformation du myocarde, par exemple) pour sélectionner les patients exposés à un risque cardiaque. Le développement des équipements d’imagerie ultra portables pourront, par ailleurs, optimiser la prise en charge des patients admis dans les services d’urgence. Quant aux techniques d’imagerie hybride - associant les propriétés physiques de la scintigraphie avec le scanner ou l’IRM, elles permettent l’obtention d’une imagerie anatomique et fonctionnelle », précise Pr Ariel Cohen, éditeur en chef de la revue « Archives of Cardiovascular Diseases », membre du Comité Scientifique de la SFC.

Une médecine de plus en plus personnalisée

La télémédecine sera de plus en plus intégrée dans la pratique des spécialistes en cardiologie pour la prise en charge des patients hypertendus, des insuffisants cardiaques ou porteurs de prothèses implantables (stimulateur cardiaque, défibrillateur). Autre thématique qui sera développée lors du congrès : la génétique.

La pharmacogénétique et l’identification de facteurs génétiques spécifiques ouvrent la porte à une médecine plus personnalisée. Par exemple, des techniques thérapeutiques complexes - telles que le transfert dans les cellules de gènes manquants ou défaillants - sont en cours d’évaluation. Les traitements médicaments sont également de plus en plus ciblés. À l’avenir, de nouveaux traitements à base d’anticorps monoclonaux pourraient modifier en profondeur les protocoles de traitements des hypercholestérolémies.

Simulateur et cœur artificiel

Les traitements interventionnels sont également en plein essor : des développements technologiques importants sont notamment réalisés dans le domaine de prothèses électriques implantables telles que les simulateurs dépourvus de sonde et miniaturisés.

« Le problème lié aux simulateurs cardiaques comprenant une, deux ou trois sondes, c’est l’occlusion potentielle des axes veineux et l’infection liées à ce matériel. En cas d’infection, l’extraction des sondes est une technique non dénuée de morbidité et de mortalité. Aujourd’hui, deux sociétés ont mis au point une "capsule" comprenant tous les composants d’un simulateur classique, mais ne nécessitant pas d’ouverture cutanée, ni de mise en place de sonde de stimulation, réduisant ainsi le taux de complications liées aux sondes. Ces stimulateurs sans sonde sont implantés par voie veineuse fémorale droite. Une étude débutera très prochainement en France pour évaluer cette technologie prometteuse », assure le Pr Leclercq.

Autre avancée et non des moindres : le cœur artificiel - implanté le 18 décembre dernier à l’hôpital européen Georges-Pompidou - sera présenté par le Pr Alain Carpentier, l’un de ses concepteurs, lors du congrès de la SFC. Enfin, les potentialités thérapeutiques des cellules souches feront également l’objet de discussions tout au long de ces journées dédiées aux innovations en cardiologie.

En savoir plus sur les 24e Journées Européennes de la Société Française de cardiologie (programme des échanges, FMC, « Training Centers », points forts du congrès…) : www.sfcardio.fr ou www.jesfc.org.

 HÉLIA HAKIMI-PRÉVOT
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter